Changer d'édition

Bénéfice en chute libre pour la Spuerkeess
Économie 2 min. 06.04.2019 Cet article est archivé

Bénéfice en chute libre pour la Spuerkeess

Pour expliquer ces résultats, la direction de la banque avance «de nouvelles normes».

Bénéfice en chute libre pour la Spuerkeess

Pour expliquer ces résultats, la direction de la banque avance «de nouvelles normes».
Photo: Gerry Huberty
Économie 2 min. 06.04.2019 Cet article est archivé

Bénéfice en chute libre pour la Spuerkeess

Mara BILO
Mara BILO
La Banque et Caisse d'épargne de l'Etat (BCEE) a publié vendredi ses résultats de l'année 2018. Et avec 175,4 millions d'euros, le résultat net de la banque au 31 décembre 2018 recule de 27,2 % par rapport à l'année 2017.

L'établissement bancaire, dont l'Etat luxembourgeois est l'unique propriétaire, a dégagé un produit bancaire total de 537 millions d'euros en 2018 contre 606,9 millions d'euros en 2017, ce qui correspond à une baisse de 11,5 %. 

En cause, la nouvelle norme comptable IFRS 9, comme l'explique la BCEE: «sous cette nouvelle norme comptable, la Spuerkeess a l'obligation d'évaluer un éventail plus large d’instruments financiers à la valeur de marché par le compte de résultats; ceci engendre un accroissement de la volatilité de son compte de résultat.» 

Impact des résultats de SES

Cette forte baisse s'explique par ailleurs par la diminution de 1,8 % de la marge nette d’intérêts. «Les taux d'intérêts sont à un niveau historiquement bas», explique la direction dans un entretien avec le Luxemburger Wort. Autre facteur essentiel: «la diminution de dividendes de la part de participations stratégiques détenues par la Spuerkeess dans le cadre de sa mission de contribution au développement de l'économie luxembourgeoise.» 

La BCEE est actionnaire de la société de satellites SES, or «la diminution des dividendes a forcément eu un impact», constatent les membres de la direction. Les autres participations de la banque sont, quant à elles, restées stables.

L'augmentation des coûts du personnel reflète l'application de l'accord salarial négocié en 2015

Les frais généraux sont passés de 328,2 millions d'euros à 342,3 millions d'euros, ce qui correspond à une hausse de 4,3 %. Cette augmentation «résulte des impacts sur les coûts de personnel liés à l'évolution des carrières des agents et d'un renforcement des effectifs au niveau commercial, dans les métiers digitaux et dans les fonctions de contrôle», indique la BCEE. 

L'établissement luxembourgeois a en effet embauché 92 nouveaux collaborateurs pendant l'année 2018. «Cette augmentation des coûts de personnel n'a rien à voir avec l'accord signé en février dernier avec le syndicat des fonctionnaires», explique la direction. «L'augmentation des coûts du personnel reflète l'application de l'accord salarial négocié en 2015 pour les employés de la fonction publique et la mise en place des comptes épargne-temps.»

Prêts et avances en hausse de 4,9%

Avec la nouvelle norme comptable, la Spuerkeess a su renforcer ses capitaux propres qui augmentent de 3.689,6 millions d'euros à plus de quatre milliards d'euros, ce qui correspond à une hausse de 8,6 %. «Les capitaux propres dépassent les quatre milliards d'euros pour la première fois», se réjouit la direction. 

«Nous sommes satisfaits des résultats, qui correspondent à nos prévisions. La position de notre banque, déjà stable, s'en trouve renforcée», précisent les membres de la direction en mettant l'accent sur les «activités directement liées à notre 'core banking business' qui montrent la bonne santé de notre banque». Ainsi, par exemple, les prêts et avances à la clientèle ont progressé de 4,9 % par rapport à 2017.

Le bénéfice dégagé en 2018 permettra à l'établissement bancaire luxembourgeois de procéder au paiement d'un dividende de 40 millions d'euros en faveur de l'Etat et d'allouer le surplus à ses réserves. 


Sur le même sujet

Un prêt pour ma maison
Aujourd'hui, les futurs propriétaires de biens immobiliers choisissent de contracter un prêt à taux fixe.
Exercice 2014: Croissance modérée pour Raiffeisen
La banque Raiffeisen a ralenti la cadence en 2014, dans un environnement marqué notamment par le niveau très bas des taux d'intérêt. La coopérative boucle l'exercice avec un résultat net en hausse de 0,9 %, notamment grâce aux crédits accordés à l'économie luxembourgeoise.
Guy Hoffmann: "Raiffeisen possède encore un fort potentiel pour gagner du terrain sur la concurrence." (Photo: Guy Jallay)