Changer d'édition

BCO habille les avions sur mesure
Économie 10 1 4 min. 29.10.2020

BCO habille les avions sur mesure

Avant que les adhésifs ne forment plus qu'un visuel, il y a des dizaines d'heures d'assemblage à prévoir sur nacelles.

BCO habille les avions sur mesure

Avant que les adhésifs ne forment plus qu'un visuel, il y a des dizaines d'heures d'assemblage à prévoir sur nacelles.
Photo : DR
Économie 10 1 4 min. 29.10.2020

BCO habille les avions sur mesure

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
C'est à cette PME basée à Steinfort que Luxair a notamment confié le récent relooking de deux appareils. Mais en une douzaine d'années, les décorations adhésives de la société ont déjà brillé sur des centaines d'engins.

Alors que de gros nuages assombrissaient déjà l'horizon des compagnies aériennes, Luxair frappait un joli coup cet été. Offrant à l'artiste Sumo le soin d'apporter ses couleurs vives et son trait de génie sur les flancs d'un Boeing 737-800. Rebelote en septembre, sur un De Havilland Q400 de la compagnie nationale. Mais derrière la patte du graphiste, se cache le savoir-faire de BCO-Aviation

«Rien que pour le premier appareil, LX-LGU, il a fallu compter 11 personnes dédiées à la pose des stickers dans un hangar de l'aéroport de Luxembourg. Une opération qui aura pris près de 19 heures», se souvient François-Etienne Marion, coordinateur des ventes dans la PME. Car tel est le marché au-dessus duquel plane la société : relooker de ses adhésifs high-tech les appareils volants qui voudraient adopter, pour un jour ou plusieurs années, une nouvelle apparence.

Et n'allez pas croire qu'il ne s'agit là que de produire de banals autocollants XXL. «Au contraire, il s'agit aussi de haute technologie comme tout ce qui entoure l'aéronautique, défend Valentin Pauly, directeur des ventes. Nos décorations doivent en effet répondre à toute une série d'obligations avant d'obtenir la certification indispensable pour équiper un appareil». Ce que les naïfs prendront pour de simples adhésifs doit ainsi passer des burning tests démontrant leur capacité à résister X secondes aux flammes, à ce que leur combustion ne dégagent pas d'agents toxiques, etc.

Les pièces qui, mises bout à bout, viendront habiller telle ou telle partie de la carlingue doivent également avoir fait la preuve de leur résistance à toutes sortes de contraintes. Aux rayons du soleil (pour ne pas se décoller), aux changements de température et de météo, à l'érosion due au frottement avec l'air, aux produits de dégivrage employés en hiver mais surtout... à la vitesse. Pas question en effet que tel marquage sur l'empennage, ou telle déco déposée sur la queue d'un appareil ne se décolle sous prétexte que la barre des 900 km/h est dépassée.

En près d'une douzaine d'années (et des centaines de contrats), BCO-Aviation a pu affiner son art de la pose. «On dispose non seulement d'une colle spéciale mais l'on ajoute même un vernis spécial au-dessus des plaques en vinyle multicolore pour qu'elles adhèrent parfaitement», dévoile François-Etienne Marion. Résultat, le marquage peut tenir des années sur une surface parfaitement nettoyée, dégraissée. Cargolux a déjà craqué, Sabena également «mais aussi ASL ou DHL, TAG, AirMalta et bien d'autres», sourient les deux entrepreneurs dont les principaux concurrents sont basés au Sud de la France, à Toulouse berceau d'Airbus, ou au Nord de Pays-Bas.

Des «coups», BCO en a déjà signés de marquants. Comme cet habillage d'une partie de la flotte de Brussels Airlines avec les joueurs de l'équipe nationale de foot belge. Régulièrement, il leur était même demandé de changer le visage de ce Diable Rouge pour un autre, en fonction des choix du sélectionneur... «C'est d'ailleurs parce que notre impression UV, le trait, est nettement plus précise sur adhésif qu'en peinture que les compagnies font appel à cette forme d'habillage». 

Ressources en soute

Bien entendu, le trou d'air enregistré par ses clients ces derniers mois, a créé bien des turbulences dans le devenir du carnet de commandes. Les opérations comme celle de la Luxair se sont fait rares pour la PME qui vient d'obtenir le label Made in Luxembourg. Fort heureusement, nombre de compagnie ayant dû réorienter leur flotte du voyage passagers vers le transport de fret ont pensé à contacter BCO quand il a fallu apposer un peu partout à l'intérieur des appareils de nouveaux stickers rappelant les règles d'entreposage, de sécurité de déplacement au milieu des chargements, etc.

Le «lettrage technique» a pris (temporairement) le pas sur le «relooking sur mesure». La PME a donc revu son plan de vol pour l'année. Non, le chiffre d'affaires n'approchera pas cette année le million d'euros comme l'an passé, mais BCO-Aviation a de la ressource en soute. «Nous produisons aussi les stickers qui habillent les tablettes de siège, concevons aussi les têtières, des coussins personnalisés mais aussi des habillages intérieurs pour jets privés, il faudra creuser cette piste».

Sinon, l'entreprise table aussi sur le transfert d'appareils d'une compagnie à l'autre que la crise pourrait favoriser. Pas question alors de garder les couleurs du précédent propriétaire. «Allô, BCO-Aviation, c'est pour un nouveau costume...»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Lorraine Airport en pleine zone de turbulences
Avec une perte de chiffre d'affaires estimée à 90% pour 2020, la région Grand Est, propriétaire et gestionnaire du site, lance deux vagues de licenciements. L'objectif étant de se séparer d’un peu plus d’un quart des 79 salariés.
Quatar Cargo, Aéroport du Findel, Luxembourg, le 11 Octobre 2018. Photo: Chris Karaba
Aéroport, Frachtflugzeug, Avion, Cargo, Quatar, Boeing, Aéroport, Frachtflugzeug, Flugzeug,
Bienvenue à bord de l'A400M
Commandé par le Luxembourg en 2003, l'avion a été officiellement présenté ce jeudi, au lendemain de son arrivée au Findel. L'occasion de découvrir l'intérieur d'un engin militaire qui aura coûté quelque 197 millions d'euros.
Offizielle Einweihungszeremonie A400M mit G.D. Henri, François Bausch und Armeechef Steve Thull  - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
lux Airport primé dans la lutte contre le covid
L'aéroport de Luxembourg est devenu le premier d'Europe centrale certifié par le «ACI Health programme». Ce dernier a tenu à mettre en évidence les mesures de santé et de sécurité qui ont été mises en place dans le contexte de crise sanitaire.
WI,Flughafen Luxemburg,Findel.Luxairport, Foto:Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Luxair limite les dégâts grâce à sa «prise de risques»
Impactée de plein fouet par les conséquences de la pandémie de covid-19, la compagnie aérienne luxembourgeoise multiplie les destinations pour tenter de répondre au plus près aux attentes de sa clientèle. Une «politique commerciale très agressive» qui aurait permis «d'éviter la catastrophe».
Lokales, Illustration, Luxair Flieger wurde künstlerisch bemalt von SUMO, Flugzeug Boeing 737-8C9, Fluggerät B738 LX-LGU, Ankunft aus Kos  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Cargolux ne s'envole «pas sans son masque»
Son long nez caractéristique est tout bleu parce qu'il porte un masque de protection. Un des gros porteurs de la compagnie de fret aérien luxembourgeoise porte ainsi un message contre le covid-19.