Changer d'édition

B Medical Systems jette un froid sur le vaccin
Économie 7 5 min. 14.12.2020

B Medical Systems jette un froid sur le vaccin

Pour Mario Treinen, directeur des opérations, c'est toute l'usine d'Hosingen qu'il a fallu réorganiser pour assurer le boom des commandes de solutions de stockage très basse température.

B Medical Systems jette un froid sur le vaccin

Pour Mario Treinen, directeur des opérations, c'est toute l'usine d'Hosingen qu'il a fallu réorganiser pour assurer le boom des commandes de solutions de stockage très basse température.
Photo : Gerry Huberty
Économie 7 5 min. 14.12.2020

B Medical Systems jette un froid sur le vaccin

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'entreprise, basée au Nord du Luxembourg, a vu son carnet de commandes gonfler à vue ces dernières semaines. Il est vrai que les Etats s'arrachent ses frigos capables de conserver à très basse température les doses anti-covid avant vaccination.

Moins d'activité dans les laboratoires scientifiques, des sociétés timides pour  investir dans de nouveaux équipements, des dons de sang en baisse et donc des besoins de stockage en chute : pour B Medical Systems, le début 2020 a été «disons, inquiétant». Mais quelle fin d'année pour la société installée à Hosingen. «On va dire que notre production a été multipliée par 7 sur un an. Et que d'ici un mois, nous devrions même produire dix fois plus de pièces qu'en 2019», compte Mario Treinen, directeur d'opérations.


Wirtschaft, Die Lage in der Luftfrachbranche. Boom nur ein Strohfeuer, LuxairCargo, Luxair, Cargo, Cargolux, Frachtflugzeug, Coronavirus, COVID 19, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le vaccin anti-covid met au défi la logistique
Pour permettre d'apporter les doses de sérum à la population, ministère de la Santé et experts logistiques se concertent depuis des semaines pour trouver les meilleures solutions. Un challenge de taille en raison notamment de la gestion de la chaîne du froid.

Lui est arrivé dans l'entreprise voilà quelques mois. «Je venais de DuPont de Nemours à Contern (qui fabrique le tissu de protection sanitaire indispensable aux tenues des soignants) et je me suis retrouvé à devoir gérer un autre produit qui allait devenir aussi crucial dans la lutte anti-covid : des systèmes de réfrigération haute performance.» Car passé le creux commercial dû au lockdown généralisé, voilà B Medical plongée au cœur de la tornade vaccinale. 

Ses réfrigérateurs assurant des températures de conservation en dessous des -80°C sont devenus LE bien que les gouvernements ou les institutions s'arrachent. La faute (ou le mérite) aux vaccins anti-covid en développement. «Dès que Pfizer ou Moderna ont fait part de leurs bons taux de réussite (et des spécificités de conservation bien en dessous de -20°C), les demandes en système de réfrigération et de transports en liaison froide n'ont plus arrêté de tomber... Les usines capables de sortir des appareils capables de maintenir des produits à ces niveaux de température extrêmement bas ne sont pas légion. Ici, on ne produit pas le frigo de Monsieur tout le monde.»

Et si le savoir-faire de l'entreprise s'appuie sur plus de trois décennies d'activité, la «ruée vers le froid» lui a ouvert de nouveaux marchés. «Nos armoires frigorifiques et nos box passive de transports étaient déjà largement diffusées à travers la planète. Car B Medical System se fait fort de concevoir des solutions efficaces dans un laboratoire occidental comme au fin fond d'une forêt du Nicaragua», vante Mario Treinen.

De modèle en modèle, les spécificités des appareils sont d'ailleurs impressionnantes: en version électrique ou solaire, capables de s'adapter à des réseaux électriques plus ou moins performants, assurant une parfaite conservation thermique de 5 à 43°C au-dehors et cela dans n'importe quelles conditions d'humidité, de condensation. «Nous assurons même la surveillance à distance de 10.000 appareils disséminés un peu partout sur le globe.» A la moindre défaillance, au moindre degré perdu, au plus petit oubli de fermeture de porte, le client reçoit une alerte via SMS. 

Pour un peu, aujourd'hui, les clients en oublieraient presque que les 'réfrigérateurs' ou les 'glacières' qui sortent des chaînes luxembourgeoises sont des petits bijoux de technologie, tant leur fonctionnement est simple. Et aussi tant il y a urgence à s'équiper. «Nos équipes tournent à 10 heures de travail quotidien, en deux postes, depuis plusieurs semaines pour assurer les livraisons en temps et en heure», assure le directeur des opérations.

La centaine d'ouvriers habituellement en place a recruté 60 salariés en renfort. Et ça va continuer. «Il nous faut des électriciens, des opérateurs en mécanique, des frigoristes, des spécialistes de plasturgie», liste Mario Treinen.

Mais face à la vague de commandes, il faut également revoir toute l'organisation. Mieux gérer les flux de camions près des quais pour les livraisons et les départs, s'assurer des capacités des fournisseurs, pousser les murs pour stocker plus de matériels, investir dans de nouvelles machines.

L'Etat, la commune : tout le monde veille à ce que la croissance se passe au mieux (et au plus vite). «Nous allons même trouver des solutions auprès des entreprises locales qui peuvent être dans une période difficile pour envisager des prêts de main-d'oeuvre, ou leur louer des zones de stockage, voire leur confier du pré-assemblage». Mais dans la précipitation, B Medical System ne veut surtout pas perdre son niveau d'exigence. Chaque appareil est non seulement monté avec soin, mais individuellement contrôlé. Il en va de la réputation de la marque, de ses produits.

Le Luxembourg parmi les clients

«Il y aura aussi un après-covid, et nous serons encore là avec des armoires frigorifiques, des solutions logistiques adaptées pour les échantillons des bio-banques, le sang, le plasma et d'autres vaccins qu'il faudra transbahuter des usines de production jusqu'au bras de n'importe quel humain dans le monde, commente le directeur opérationnel. Alors autant être performants maintenant pour acquérir une nouvelle clientèle».

Mais déjà de nombreux Etats et leur ministère de la Santé, l'Unicef ou le Gavi ont le numéro de B Medical dans leur répertoire. Compris le gouvernement de Xavier Bettel et la direction de la Santé qui ont commandé «une poignée» de ces réfrigérateurs pour équiper les centres de vaccination à venir au Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le profil de sécurité du vaccin Pfizer jugé «favorable»
Les experts de l'Agence américaine des médicaments (FDA) ont estimé dans un rapport publié mardi que le vaccin de Pfizer et BioNTech contre le covid-19 ne présentait pas de risque de sécurité empêchant son autorisation, qui pourrait intervenir d'ici la fin de la semaine.
A nurse prepares the a dose of the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine at the Northern General Hospital in Sheffield, Yorkshire on December 8, 2020. - Britain on December 8 hailed a turning point in the fight against the coronavirus pandemic, as it begins the biggest vaccination programme in the country's history with a new Covid-19 jab. (Photo by Andy Stenning / POOL / AFP)
Une piqûre d'éthique avant la vaccination
Avant d'établir sa stratégie de vaccination, le gouvernement avait promis de s'appuyer sur l'avis du comité national d'éthique. Ses membres ont eu 12 jours pour étudier cette problématique contrainte par le faible nombre de doses vaccinales attendues dans un premier temps.
HANDOUT - 29.11.2020, Rheinland-Pfalz, Mainz: Ein Mitarbeiter des Mainzer Unternehmens Biontech hält ein Fläschen mit Corona-Impfstoff in der Hand. (zu dpa «Auch Golf-Staat Bahrain lässt Impfstoff von Biontech und Pfizer zu») Foto: BioNTech SE/dpa - ACHTUNG: Verwendung nur bis zum 09.12.2020 +++ dpa-Bildfunk +++
D'abord vacciner les soignants
Le Luxembourg réservera ses premières doses de vaccin anti-covid aux personnels de santé, résidents comme frontaliers. Dans l'espoir de créer un premier «bouclier sanitaire» face à l'infection.
Nurse Care Coordinator, Silvana Di Florio (C), wearing protective gear, prepares to enter in the COVID-19 Intensive Care Unit (ICU) of the Tor Vergata hospital on November 24, 2020 in Rome. - Italy, the first European country to be hit by the global coronavirus pandemic, on November 23, 2020 passed the threshold of 50,000 deaths from Covid-19. Most took place earlier this year, but around 15,000 deaths have been reported since the beginning of September. (Photo by ANDREAS SOLARO / AFP)
Des caissons super isolants pour transporter le vaccin
A première vue, ce sont des caissons ordinaires. Mais ceux-là renferment un bijou de technologie: les conteneurs de l'entreprise allemande Va-Q-Tec, spécialiste de l'isolation thermique, vont transporter les antidotes contre le covid-19 dans leur voyage réfrigéré à travers la planète.
An employee of German company Va-Q-Tec carries a vacuum-insulated cooling container at the company's headquarters in Wurzburg, south-central Germany, on December 1, 2020. - Despite their unflashy appearance, Bavaria-based Va-Q-Tec's rectangular white containers could play a major role in the transportation of Covid-19 vaccines around the world. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
Qui veut tester le vaccin en France?
Trois essais de vaccins contre le covid-19 devraient démarrer en France à partir de la mi-décembre sur 2.200 volontaires. Qui est partant pour cette phase test peut s'inscrire sur une plateforme spécialement mise en place.
A woman holds a pharmaceutical vial of German glass company Schott at the company's headquarters in Mainz, western Germany, on November 20, 2020. - As expectations grow that the first Covid-19 jabs will be administered in a matter of weeks, German glassmaker Schott is quietly doing what it has been for months: churning out vials that will hold the vaccine. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)