Changer d'édition

Automobile: Luxembourg vers un record
Économie 3 min. 15.12.2018 Cet article est archivé

Automobile: Luxembourg vers un record

Le groupe Volkswagen continue d'accroître son rang de numéro des ventes en Europe malgré un marché morose

Automobile: Luxembourg vers un record

Le groupe Volkswagen continue d'accroître son rang de numéro des ventes en Europe malgré un marché morose
AFP
Économie 3 min. 15.12.2018 Cet article est archivé

Automobile: Luxembourg vers un record

Thierry LABRO
Thierry LABRO
L'entrée en vigueur des nouvelles normes d'émissions, début septembre, a plongé le marché européen dans un troisième mois de recul. Le Luxembourg vise toujours un record d'immatriculations de voitures neuves.

Les Luxembourgeois n'avaient jamais acheté autant de voitures en août. 4.187 exactement. La hausse de 22 % par rapport à l'année précédente suivait celles de juin et de juillet (entre 8 et 9 % d'augmentation par rapport aux mêmes mois de l'année précédente), deux autres mois record au Luxembourg. 

Les professionnels de l'automobile ont clairement dû faire des efforts de prix avant l'adoption, le 1er septembre, des nouvelles normes d'homologation WLTP (pour World Harmonized Light Vehicles Test Procedure). Le nouveau protocole est basé sur des cycles de roulage (sur banc) qui reproduisent l’usage d’un véhicule (vitesse maximale supérieure, accélérations plus franches…) d’une manière plus réaliste que l’ancien NEDC. Un second protocole, le RDE (Real driving emissions), complète le premier dans l'homologation des véhicules et évalue les émissions de Nox (diesel) et de particules (essence et diesel). Cette deuxième série de mesures est réalisée en conditions réelles lors d’essais sur route ouverte. Les experts s'attendaient à ce que les résultats des émissions et de la consommation augmentent d'environ 25 %. 

A 2.579 immatriculations d'un nouveau record 

Depuis septembre, le marché luxembourgeois a pris une claque: 2.596 voitures vendues en septembre – le plus mauvais mois de septembre depuis 2001 – en chute de 35 % par rapport à l'année précédente, 4.298 voitures en octobre et 3.529 voitures en novembre (-19,6 % par rapport à novembre 2017). 

Sur l'année, les professionnels sont pourtant toujours au niveau des meilleures années et avec 50.196 voitures vendues depuis janvier, on n'est jamais «qu'à» 2.579 immatriculations en décembre d'un nouveau record. Sur dix ans, la moyenne de décembre se monte à 2.851 voitures. 

Les résultats d'octobre et de novembre renvoient vers les années 2011/2012 (2.642-3.072). En Europe il n'y a qu'en Suède et en Autriche que le marché ait reculé davantage qu'au Luxembourg en novembre (-20,5 % et -20,1 %) mais, note l'Association des constructeurs européens dans les statistiques publiées hier matin à Bruxelles, «la demande a reculé pour le troisième mois consécutif dans l'Union européenne (-0,8 %) sous l'effet de la contraction des cinq marchés principaux». Soient l'Allemagne (272.674), la France (171.611), le Royaume-Uni (158.639), l'Italie (146.991) et l'Espagne (91.063). 

Le groupe Volkswagen accroît son leadership malgré Audi 

Depuis le début de l'année, l'évolution reste positive (+0,5 %) en Europe à plus de 14 millions de véhicules vendus, principalement en raison des ventes en Europe centrale et de l'Est. Le constructeur le plus touché par cette contraction en novembre est Nissan (-28,1 %) avant même que ne surviennent les événements autour de l'emblématique dirigeant Carlos Ghosn. 

Le groupe Renault est à peine mieux loti (-19,2 %) parce que Dacia (+8,6 %) compense le recul de Renault (-28,8 %). 

Le groupe Daimler tire son épingle du jeu (+2,3 %) grâce aux ventes de 70.443 Mercedes (+3,4 %). 

Alfa Romeo dévisse aussi (-48,5 %), mais sur une taille plus petite de 3.766 voitures, alors attention aux analyses. Ce qui vaut aussi pour Jaguar (+46,9 % sur 7.243 voitures) ou Jeep (+24,6 % sur 12.591 ventes). 

Toujours leader du marché européen devant le groupe PSA (16,5 %) et le groupe Renault (16,2 %), le groupe Volkswagen augmente son leadership (23,3 % de parts de marché sur un an). Volkswagen, Seat et Skoda compensent les reculs d'Audi (-11,8 %). 

«L'augmentation des livraisons dans le monde cette année est un résultat très respectable», a commenté le directeur des ventes du groupe Volkswagen, Christian Dahlheim, hier matin. «En novembre, nous sommes légèrement en recul sous l'effet du WLTP en Europe. Mais nous sommes confiants que nous pourrons terminer 2018 légèrement au-dessus de notre record de 2017 malgré un environnement très concurrentiel.» 

Avec un tel appétit, Volkswagen devrait rester une nouvelle fois en tête des constructeurs les plus vendus au Luxembourg. Les derniers chiffres disponibles (octobre) placent le constructeur allemand (6.169) devant BMW (4.681), Mercedes (4.530), Renault (3.538) et Audi (3.367). Pour le seul mois d'octobre, 19 ventes séparaient le leader de Mercedes (414 contre 395).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?
L'Autofestival démarre ce samedi 27 janvier au Luxembourg. Mais une question hante cette année les automobilistes: faut-il encore acheter des moteurs diesel? Nous avons posé la question au président de l'ADAL - l'Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois -, Benji Kontz, et au ministre des Infrastructures, François Bausch. Et ils ne sont pas du même avis...
Nach dem Dieselskandal gibt es jetzt strengere Regeln und schärfere Kontrollen.