Changer d'édition

ArcelorMittal veut supprimer 570 postes au Luxembourg
Économie 3 min. 10.09.2020

ArcelorMittal veut supprimer 570 postes au Luxembourg

Sur les 570 emplois menacés, un tiers concernerait des personnels administratifs et deux tiers des personnels actifs sur les sites de production, selon les syndicats.

ArcelorMittal veut supprimer 570 postes au Luxembourg

Sur les 570 emplois menacés, un tiers concernerait des personnels administratifs et deux tiers des personnels actifs sur les sites de production, selon les syndicats.
Photo: Lex Kleren
Économie 3 min. 10.09.2020

ArcelorMittal veut supprimer 570 postes au Luxembourg

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Déjà impacté par un marché volatile, le numéro un mondial de l'acier annonce ce jeudi vouloir mettre en place «des mesures d'économie» au niveau de son personnel. Plusieurs centaines de personnes pourraient perdre leur emploi.

L'effet tant redouté de la pandémie de covid-19 sur l'économie du Luxembourg commence à se concrétiser. Jeudi, ArcelorMittal Luxembourg, sixième employeur du pays, annonce sa volonté de supprimer «environ 570 emplois» dans le cadre de «mesures d'économies». Une annonce qui intervient quelques heures après la tenue d'un conseil d'administration de l'entité luxembourgeoise du géant mondial de l'acier et qui vise «différents sites industriels et administratifs», selon le communiqué officiel publié ce jeudi. 


Wi , PK ArcelorMittal , Site de Differdange , Stahl , Stahlindustrie , anc Arbed , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
ArcelorMittal sort d'une «année difficile»
Si les sites sidérurgiques luxembourgeois ont tiré leur épingle du jeu, la surcapacité mondiale en acier inquiète le groupe industriel. Les invasions chinoises et la position de l'Europe font donc l'objet d'une veille constante.

Selon les syndicats, la direction envisagerait une réduction d'un tiers de personnels administratifs et de deux tiers des personnels actifs sur les sites de production. «La décision prise par la direction s'intègre dans un contexte économique qui était déjà pour le moins compliqué avant la pandémie, marquée par les prix bas de l'acier en Europe, les fermetures de frontières aux Etats-Unis ou bien encore les effets de ciseaux sur les prix des matières premières», justifie Pascal Moisy, porte-parole d'ArcelorMittal Luxembourg. 

De source syndicale, la direction du groupe aurait également avancé l'argument du futur siège en cours de construction au Kirchberg pour justifier cette réduction des effectifs, puisque le nouveau bâtiment, qui verra le jour à côté de la Héischhaus, sera plus petit que l'actuel site du boulevard d'Avranches. Un élément perçu comme «déplacé dans un contexte post-covid où les bureaux sont vides». Dans tous les cas, pour la direction, la situation actuelle«aboutit à une structure de coûts qui n'est plus en adéquation avec le marché». 


Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba
Les intentions d'ArcelorMittal restent floues
Les syndicats sont sortis déçus, jeudi, de la réunion d'explication du groupe sidérurgique qui compte se séparer de 216 postes d'ici 2024 sur les sites de Belval et Differdange.

Informés, représentants du personnel et gouvernement doivent se réunir «dans les prochains jours» pour mettre en place une consultation destinée à «atténuer l'impact de cette situation», selon les mots du porte-parole. Pour ce faire, plusieurs axes devraient être explorés, que ce soit la mise en place de préretraites ajustement, d'une cellule de reclassement et/ou d'un plan social. Autant de solutions auxquelles viendront s'ajouter d'autres mesures telles qu'une refonte de la gestion des flux ou une accélération de la digitalisation. Des pistes qui avaient déjà été explorées en 2019 lors de l'annonce d'une restructuration sur les sites de Belval et Differdange.

Dans un communiqué publié quelques minutes après l'annonce officielle, le LCGB indique «avoir demandé dans l'urgence aux ministres du Travail et de l'Economie de convoquer une tripartite sidérurgie». Une position officiellement soutenue par l'OGBL et entendue par le gouvernement qui a d'ores et déjà fixé à lundi après-midi une réunion tripartite. «L'objectif que nous nous sommes fixé est clair: qu'il n'y ait pas de licenciements secs», assure Stefano Araujo, secrétaire central OGBL qui entend «exploiter tous les outils à disposition de la tripartite qui reste l'outil de la sidérurgie».

Dans un communiqué publié jeudi soir, Franz Fayor (LSAP), ministre de l'Economie, indique vouloir que «la réduction des effectifs se fasse de manière la plus sociale possible» et rappelle à la direction de l'entreprise son devoir d'«appliquer l'esprit du modèle social luxembourgeois» après avoir bénéficié «pendant de longues années du soutien gouvernemental pour rester compétitif».

A noter que si une baisse des effectifs d'ArcelorMittal au Grand-Duché est attendue dans les prochains mois, la direction assure vouloir maintenir sa présence sur l'ensemble de ses sites et maintenir l'ensemble de ses lignes de production. Selon les derniers chiffres disponibles, le groupe emploie 3.900 personnes au Grand-Duché, tendance à la baisse puisque au début des années 2000, le groupe était représenté par plus de 6.300 personnes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une tripartite sur ArcelorMittal en octobre
Quelques jours après l'annonce du numéro un mondial de l'acier de supprimer plus de 570 emplois, la rencontre entre les représentants syndicaux, la direction et le gouvernement a permis de mettre en place «un premier échange de vue».
Stahlwerk von Arcelor-Mittal in Differdingen
Premier tour de table sur l'avenir d'ArcelorMittal
Quatre jours après l'annonce, par la direction du numéro un mondial de l'acier, de la suppression potentielle de 578 emplois, partenaires sociaux et gouvernement se réunissent ce lundi à 16h30. Une réunion qui ne devrait toutefois pas aboutir à des annonces concrètes.
An employee looks at coils of steel treated by galvanization are stored in the world's largest steel maker ArcelorMittal's "cold factory" of the northeastern France plant of Florange, on April 16, 2013. Usibor steel (weight savings and improved crashworthiness) are producted in the cold factory.   AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN