Changer d'édition

ArcelorMittal en Ukraine: mines, missiles et argent
Économie 7 min. 05.11.2022
Exclusif

ArcelorMittal en Ukraine: mines, missiles et argent

Des réfugiés - notamment de Kryvyi Rih, où ArcelorMittal possède une énorme usine - débarquent d'un train à la gare de Lviv en avril.
Exclusif

ArcelorMittal en Ukraine: mines, missiles et argent

Des réfugiés - notamment de Kryvyi Rih, où ArcelorMittal possède une énorme usine - débarquent d'un train à la gare de Lviv en avril.
Photo: Shutterstock
Économie 7 min. 05.11.2022
Exclusif

ArcelorMittal en Ukraine: mines, missiles et argent

Emery P. DALESIO
Emery P. DALESIO
Le sidérurgiste luxembourgeois doit faire face aux répercussions de la guerre.

Les meubles du bureau de Mauro Longobardo ont tremblé et l'onde de choc a secoué sa poitrine quelques secondes après qu'un missile russe a atteint sa cible à seulement 3 kilomètres de là.


WO fr , DuPont de Nemours , Contern , DuPont Werk , Produktion Tyvek , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'industrie est-elle menacée de délocalisation ?
Les prix élevés de l'énergie en Europe font qu'il est de plus en plus coûteux pour les entreprises de produire sur le Vieux Continent.

Les travailleurs de l'énorme site de production et d'exploitation minière d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih ont été rapidement envoyés pour réparer le barrage hydroélectrique crucial visé par les envahisseurs russes, à environ 80 km de la ligne de front sanglante, a expliqué le principal dirigeant local du sidérurgiste basé au Luxembourg.

Quelques jours plus tard, une autre roquette a explosé dans le puits ouvert de la mine de minerai de fer du site, où les ouvriers travaillaient avant l'attaque du barrage, a précisé le PDG du complexe d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih dans une interview.

Une production limitée

À d'autres moments, «nous avons effectivement reçu des morceaux de roquettes (qui ont été) détruits par le système de défense aérienne de Kryvyi Rih», s'écrasant sur la propriété de l'un des plus grands employeurs ukrainiens, raconte Maura Longobardo au Luxembourg Times. Mercredi, un drone russe a endommagé une installation énergétique de la ville, privant plusieurs quartiers d'électricité et d'eau.

Mauro Longobardo, PDG du complexe Kryvyi Rih d'ArcelorMittal en Ukraine.
Mauro Longobardo, PDG du complexe Kryvyi Rih d'ArcelorMittal en Ukraine.
Photo: ArcelorMittal

Malgré la guerre, l'entreprise poursuit une production limitée, continue de payer ses 26.000 employés et aide le gouvernement de Kiev à tenir le coup après huit mois d'assaut humain et économique de la Russie.

«Parce que les problèmes sont si nombreux et que le temps pour les résoudre est si court, vous êtes toujours concentré sur la solution du problème plutôt que de penser à ce qui va se passer», confie cet Italien de 44 ans, qui travaillait depuis deux ans en Ukraine lorsque les Russes ont lancé leur offensive.

Ligne de front

Bien que les bombes explosent à plus de 2.000 kilomètres à l'est de son siège luxembourgeois, la guerre a également touché ArcelorMittal. L'activité massive de l'entreprise en Ukraine lui confère un rôle économique important, alors que la Russie cherche à étrangler l'économie du pays et à le forcer à se rendre.

ArcelorMittal est le plus grand investisseur étranger direct d'Ukraine et Kryvyi Rih a produit 4,9 millions de tonnes d'acier et a généré un chiffre d'affaires de 3,8 milliards d'euros l'année dernière, a indiqué la société. Les mineurs d'ArcelorMittal ont également extrait 11,7 millions de tonnes de minerai de fer en 2021.

Carrière de minerai de fer à Kryvyi Rih (photo d'archive).
Carrière de minerai de fer à Kryvyi Rih (photo d'archive).
Photo: Shutterstock

Les répercussions de la guerre ont également touché ArcelorMittal au-delà des champs de bataille. La semaine prochaine, la société devrait annoncer que ses bénéfices ont chuté de 70 % au troisième trimestre, pour s'établir à environ 1,4 milliard de dollars, contre 4,6 milliards de dollars un an plus tôt, lorsque l'acier bénéficiait d'une reprise vigoureuse due à la pandémie, selon des analystes dans un rapport publié lundi.

Selon la banque d'investissement Jefferies Group, le plus grand producteur d'acier d'Europe a été le plus durement touché par des coûts de production élevés et des réductions d'activité de la part de clients importants dans les secteurs de l'automobile et de la construction.

Une capacité diminuée de 20%

La capacité européenne de production d'acier a diminué d'environ 20 %, a rapporté Bloomberg la semaine dernière, et ArcelorMittal a annoncé son intention de fermer des hauts fourneaux et de réduire le travail en France, en Espagne, en Allemagne et en Pologne. Les fours redémarreront lorsque les conditions du marché s'amélioreront à nouveau, a déclaré lundi un porte-parole de la société.

Lorsque la guerre a commencé, ArcelorMittal a décidé de payer à l'avance au gouvernement de Kiev les 76 millions de dollars dus cette année pour les droits miniers sur le minerai de fer, «afin que le gouvernement dispose de liquidités fraîches pour utiliser ce dont il a besoin», souligne Mauro Longobardo.

«Je ne sais pas quand nous récupérerons cette somme car, en théorie, s'agissant d'une avance, nous devrions la reprendre car, comme nous ne faisons pas de bénéfices, nous n'aurons pas d'impôts à payer», ajoute-t-il. L'opération a également donné un million de dollars à la banque centrale ukrainienne pour répondre aux besoins humanitaires et un autre million de dollars pour acheter de la nourriture, des médicaments et des ambulances pour les villes voisines.

Un vieux tramway circule près de l'usine d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih en 2021.
Un vieux tramway circule près de l'usine d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih en 2021.
Photo: Shutterstock

Lorsque la guerre a éclaté fin février, ArcelorMittal a déclaré avoir mis en place des plans d'urgence pour sauver les personnes et les biens, et la société a arrêté la production de l'aciérie et les opérations minières dans le pays.

La production a redémarré en quelques semaines, bien qu'un seul des quatre hauts fourneaux produise du métal en fusion. Les mines qui ont fermé en août parce que les produits de minerai de fer dépassaient la demande ont partiellement rouvert le mois dernier.

Rester en vie

Mais la rentabilité n'est qu'un des problèmes de Mauro Longobardo, qui se multiplient à mesure qu'il protège l'investissement d'ArcelorMittal en Ukraine.

Les coupures de courant sont monnaie courante depuis que Moscou a dynamité l'infrastructure électrique de l'Ukraine au cours des trois dernières semaines. Les acheteurs sont moins nombreux, car la récession rampante réduit la demande. Les ports de la mer Noire qui traitaient les exportations d'ArcelorMittal depuis l'Ukraine ont été fermés, réquisitionnés ou minés. Les itinéraires ferroviaires alternatifs vers la Pologne, plus coûteux, sont confrontés à de nombreux retards, car les voies ferrées construites en Ukraine à l'époque soviétique sont d'une taille différente des normes européennes.

La situation est devenue un peu compliquée du point de vue personnel et du point de vue des affaires.

Mauro Longobardo, PDF d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih

Mauro Longobardo fait la navette pendant plus de 18 heures en voiture entre Varsovie, où il s'est temporairement installé avec sa famille après l'invasion, et la ville industrielle qui était la ville natale du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et de son épouse.

Le seul haut fourneau encore en activité à l'aciérie d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih.
Le seul haut fourneau encore en activité à l'aciérie d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih.
Photo: Shutterstock

«La situation est devenue un peu compliquée du point de vue personnel et du point de vue des affaires. Mais je peux vous dire que lorsque vous êtes impliqué à 100% dans ce domaine, vous ne voyez pas cela. Vous le faites tout simplement.»

Cesser de perdre de l'argent

Selon le PDG d'ArcelorMittal à Kryvyi Rih, les cadres ont été invités à prendre des jours de congé volontaires et non rémunérés afin de préserver les liquidités. Les travailleurs de l'aciérie et de l'exploitation minière voisine, dont la capacité de production est réduite à environ 25 %, reçoivent leur salaire intégral. Ceux qui sont renvoyés chez eux par manque de travail reçoivent deux tiers de leur salaire.

L'objectif de Mauro Longobardo est désormais de cesser de perdre de l'argent en raison des activités de l'entreprise. Il réduit les coûts énergétiques et se conforme aux exigences périodiques de conservation de l'opérateur du réseau électrique ukrainien en augmentant l'efficacité. Il est également à la recherche de nouveaux clients sur de nouveaux marchés pour le concentré de minerai de fer.

«Nous considérons qu'il est de notre responsabilité sociale de maintenir les salaires de nos employés... de maintenir un niveau minimum (d'activité économique) dans la ville», confie-t-il. «L'entreprise s'est engagée à le faire. Maintenant, pour combien de temps ? Je ne sais pas, mais je n'ai pas été informé du contraire. Donc pour l'instant, nous continuons à payer».

Cet article a été publié pour la première fois sur Luxtimes

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le gouvernement s'est ainsi engagé à soutenir financièrement le géant de la sidérurgie dans le cadre de plusieurs projets censés réduire l'empreinte carbone d'ArcelorMittal au Luxembourg.
ArcelorMittal, which is headquartered in Luxembourg, has seen revenues continue to rise in 2022
L'entreprise a annoncé qu'elle arrête temporairement ses opérations sidérurgiques à Kryvyi Rih, en Ukraine, afin d'assurer la sûreté et la sécurité de son personnel et de ses actifs.
An employee looks at coils of steel treated by galvanization are stored in the world's largest steel maker ArcelorMittal's "cold factory" of the northeastern France plant of Florange, on April 16, 2013. Usibor steel (weight savings and improved crashworthiness) are producted in the cold factory.   AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN