Changer d'édition

ArcelorMittal Dudelange: Schneider se tourne vers Juncker et Wiseler
Économie 3 min. 18.04.2018

ArcelorMittal Dudelange: Schneider se tourne vers Juncker et Wiseler

ArcelorMittal Dudelange: Schneider se tourne vers Juncker et Wiseler

Photo: Lex Kleren
Économie 3 min. 18.04.2018

ArcelorMittal Dudelange: Schneider se tourne vers Juncker et Wiseler

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Dans le cadre du projet d’acquisition des usines du groupe italien Ilva par ArcelorMittal, Étienne Schneider et le bourgmestre de la Ville de Dudelange, Dan Biancalana, sont intervenus auprès de Jean-Claude Juncker et de la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Verstager, pour dénoncer la position de la Commission qui oblige ArcelorMittal à céder plusieurs usines en Europe, dont notamment le site de Dudelange.

Le ministre de l'Economie s'était déjà exprimé à ce sujet vendredi 13 avril dernier, désapprouvant totalement cette cession et soulignant qu'il "interviendrait à la fois auprès de la direction d’ArcelorMittal et auprès de la Commission à Bruxelles pour que le site à Dudelange reste la propriété du groupe".


Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba
ArcelorMittal pourrait céder le site de Dudelange, Schneider "désapprouve"
ArcelorMittal a annoncé vendredi avoir proposé à la Commission européenne des cessions d'actifs en Europe pour lever les inquiétudes liées aux effets sur la concurrence de son projet d'acquisition du groupe italien Ilva. Le site de Dudelange est concerné.

C'est chose faite puisqu'une lettre datée de ce lundi 16 avril, rédigée avec le bourgmestre de la Ville de Dudelange critique cette approche de la Commission qui, selon eux, "empêche la préservation d’une base industrielle compétitive en Europe pourtant nécessaire à la croissance économique et la création d’emplois."

Jeannot Krecké, représentant de l'État dans le Conseil d'administration d'ArcelorMittal s'est également positionné dans ce dossier, selon Etienne Schneider, questionné à ce sujet à la Chambre mardi après-midi: "Jeannot Krecké ne soutient pas la proposition d'ArcelorMittal", a-t-il assuré.

Demande de soutien à Claude Wiseler

Le ministre de l'Economie et le bourgmestre de Dudelange rappellent également que les exigences de la Commission dans le cadre de la transaction ArcelorMittal-Ilva pourraient même "nuire au dialogue social au Luxembourg"

"Par rapport aux efforts fournis par le Luxembourg dans le cadre du modèle social pour soutenir les entreprises industrielles pendant la crise économique et financière de 2008, il est difficile d’expliquer aux partenaires sociaux, notamment aux syndicats et aux salariés concernés, pourquoi il est nécessaire que le site de Dudelange quitte le groupe ArcelorMittal pour le céder à un repreneur inconnu et lui réserver ainsi un avenir incertain", écrivent-ils dans leur missive.

Dans un autre courrier, Étienne Schneider invite le président du groupe parlementaire CSV, Claude Wiseler, à soutenir sa démarche et à intervenir aussi auprès de Jean-Claude Juncker, dans l’intérêt commun de préserver le site de ArcelorMittal à Dudelange dans le giron du groupe: "Toute procédure de vente ne saurait que conduire ce site vers une période d’incertitude nuisible à la préservation d’une base industrielle traditionnelle au Luxembourg".

Claude Wiseler n'a d'ailleurs pas tardé à répondre à la demande du ministre de l'Economie. Mardi après-midi, à la Chambre, le président du groupe parlementaire CSV "assurait qu' évidemment" il allait soutenir la démarche. En revanche, il a rapidement souligné que «c'est tout de même particulier qu'un gouvernement sollicite l'aide d'un parti d'opposition».

L’OGBL et le LCGB s’opposent fermement à toute cession

L’OGBL s’oppose également et "fermement" à toute cession du site de Dudelange. Seul syndicat luxembourgeois siégeant de manière permanente au Comité européen restreint du groupe ArcelorMittal, il défendra clairement cette position.

Le syndicat invite également Etienne Schneider à mandater les représentants de l’Etat luxembourgeois siégeant soit au Conseil d’administration d’ArcelorMittal s.a., soit au Conseil d’ArcelorMittal Luxembourg à voter contre cette décision. 

D’ici le 21 mai, date à laquelle la Commission européenne devrait rendre publique sa décision, l’OGBL participera à diverses réunions sur le sujet, organisées par la fédération européenne des syndicats de l’industrie. Des interventions, tant auprès de la Commission qu’auprès de la direction de l’entreprise, sont également programmées, ainsi que des actions syndicales transnationales.

Le LCGB a également interpellé par courrier recommandé le ministre de l’Economie ainsi que le ministre du Travail afin de demander de toute urgence la "tenue d’une tripartite sidérurgie afin de suivre ce dossier scrupuleusement".

Le syndicat a également demandé conjointement avec ses collègues du syndicat belge CSC une entrevue urgente avec Jean-Claude Juncker.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet