Changer d'édition

ArcelorMittal Dudelange: la commissaire Vestager rassure
Économie 2 min. 20.04.2018

ArcelorMittal Dudelange: la commissaire Vestager rassure

Margrethe Vestager

ArcelorMittal Dudelange: la commissaire Vestager rassure

Margrethe Vestager
European Commission
Économie 2 min. 20.04.2018

ArcelorMittal Dudelange: la commissaire Vestager rassure

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, répond aux critiques et explique pourquoi la Commission n'a aucun intérêt à fermer l'usine d'ArcelorMittal à Dudelange.

ArcelorMittal a récemment fait des concessions auprès de la Commission européenne en vue d'obtenir son feu vert pour l'acquisition de l'aciérie italienne Ilva. Le groupe a, pour cela, l'intention de vendre un certain nombre de ses usines en Europe, en Italie, en Belgique et au Luxembourg. 

Dans un communiqué, Etienne Schneider a interpellé la Commission européenne la semaine dernière, arguant que celle-ci agissait "à l’encontre des intérêts de la politique industrielle européenne en entravant la création d’un véritable champion sidérurgique européen capable d’être compétitif sur le marché mondial."

Lundi, avec le bourgmestre de Dudelange, Dan Biancalana, il a enfoncé le clou en s'adressant directement au président de la Commission, Jean-Claude Juncker, et au commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Ce vendredi, dans une longue réponse écrite postée sur son compte Twitter, la commissaire à la Concurrence fait savoir qu'il s'agit d'une décision commerciale d'ArcelorMittal et que l'UE n'a aucun intérêt à voir le site de Dudelange fermer.

Margrethe Vestager écrit dans sa lettre qu'elle partage la vision du ministre et du bourgmestre quant à l'importance du secteur de l'acier en Europe: les usines de production comme les industries qui utilisent ce matériau, l'automobile, l’ingénierie et les millions d'emplois que cela représente.

Elle explique ensuite que la Commission a pris des mesures pour protéger l'industrie de l'acier face aux difficultés économiques extérieures, mais qu'elle doit aussi veiller à ce que, à l'intérieur de l'Union, une concurrence saine et vigoureuse soit de mise, afin de protéger les nombreuses petites et grandes entreprises européennes qui dépendent des produits en acier. 

Décision le 23 mai

En ce qui concerne la procédure de contrôle des concentrations pour l'achat de l'aciérie italienne Ilva par ArcelorMittal, celle-ci n'est pas encore achevée. Une décision finale sera prise le 23 mai prochain.

Dans ce contexte, il appartient désormais à ArcelorMittal de décider quel site supprimer.

Cependant, la commissaire rassure: l'objectif de la Commission est de garantir que les actifs cédés - éventuellement Dudelange - continuent d'exercer une pression concurrentielle sur les sociétés qui fusionnent - ArcelorMittal et Ilva. 

La Commission n'acceptera donc les cessions proposées par ArcelorMittal que si elle est convaincue que les actifs cédés sont viables et durables entre les mains d'un nouveau propriétaire.

Cela signifie que la cession de Dudelange à un acheteur qui fermerait par la suite le site n'est pas une solution acceptable pour les problèmes de concurrence d'ArcelorMittal.

Etienne Schneider s'est dit satisfait de la réponse de Vestager via Twitter:



Sur le même sujet

ArcelorMittal Dudelange: Schneider se tourne vers Juncker et Wiseler
Dans le cadre du projet d’acquisition des usines du groupe italien Ilva par ArcelorMittal, Étienne Schneider et le bourgmestre de la Ville de Dudelange, Dan Biancalana, sont intervenus auprès de Jean-Claude Juncker et de la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Verstager, pour dénoncer la position de la Commission qui oblige ArcelorMittal à céder plusieurs usines en Europe, dont notamment le site de Dudelange.
ArcelorMittal erwägt sich im Übernahmepoker um das Stahlwerk Ilva auch von seinem Standort Düdelingen zu trennen.