Changer d'édition

Ama Mundu Technologies s'implante à Dudelange
Économie 3 min. 01.09.2020

Ama Mundu Technologies s'implante à Dudelange

Pour Marcel Wilwert (à dr.), «l'avantage de notre technologie par nanofiltration est de pouvoir intégrer notre usine dans les systèmes existants»

Ama Mundu Technologies s'implante à Dudelange

Pour Marcel Wilwert (à dr.), «l'avantage de notre technologie par nanofiltration est de pouvoir intégrer notre usine dans les systèmes existants»
Photo: Lex Kleren
Économie 3 min. 01.09.2020

Ama Mundu Technologies s'implante à Dudelange

Créée en 2015, l'entreprise spécialisée dans la purification de l'eau déménage sur la zone industrielle «Wolser II». Tiens, justement à un jet de pierre du site où l'usine de yaourts grecs Fage est supposée s'établir prochainement.

(JFC, avec Marco Meng) - En langage cherokee, «Ama Mundu» signifie «eau propre». Créée en 2015, la société éponyme installée dans un premier temps à Waldbillig développe des technologies innovantes pour un recyclage écologique et économique des eaux usées. A présent, Ama Mundu Technologies déménage son activité dans la zone industrielle «Wolser II» à Dudelange. Soit à proximité immédiate de la future usine de yaourts Fage. Plus qu'une simple coïncidence.

En effet, le projet du fabricant de yaourts grecs suscite la controverse précisément en raison de son énorme besoin en eau potable et des eaux usées qui seraient rejetées. «Nous pourrions aider à résoudre ce problème», explique l'ingénieur civil Marcel Wilwert. Car s'il est prévu de couvrir la consommation d'eau de Fage à partir du réseau d'eau potable existant, «par contre, nous permettons une gestion du recyclage et, selon nos calculs, nous pourrions économiquement conserver jusqu'à 80% de l'eau en circulation», poursuit l'ingénieur. L'apport en eau potable pour la production de yaourts serait par conséquent réduit.

Marcel Wilwert suggère qu'un premier module de filtrage, plus petit et d'une capacité moindre, soit installé au sein de l'usine Fage, quitte à l'accroître dans un second temps
Marcel Wilwert suggère qu'un premier module de filtrage, plus petit et d'une capacité moindre, soit installé au sein de l'usine Fage, quitte à l'accroître dans un second temps
Photo: Lex Kleren

L'analyse de la qualité de l'eau relève de la responsabilité des autorités compétentes de l'État, des conseils communaux concernés et du Syndicat des eaux du sud (SES), de sorte que Fage dispose d'une garantie de qualité de l'eau potable testée. Mais selon Marcel Wilwert, le producteur de yaourts a besoin d'une sécurité supplémentaire. C'est là que l'ingénieur intervient: «Nous suggérons qu'un premier module de filtrage, plus petit et d'une capacité moindre, soit installé au sein de l'usine Fage. Comme nos systèmes sont modulaires, ils pourraient être progressivement augmentés une fois que nous aurons prouvé notre capacité». 

«L'avantage de notre technologie par nanofiltration est de pouvoir intégrer notre usine dans les systèmes existants et ainsi améliorer la performance et la qualité des stations d'épuration des eaux usées, par exemple», précise Marcel Wilwert, cofondateur de l'entreprise avec l'entrepreneur Michel Reckinger, l'expert agricole Nico Godart et le spécialiste de l'épuration des eaux Emmanuel Trouvé. «Maintenant que nous sommes techniquement consolidés, une production en série va pouvoir démarrer dans un avenir proche sur notre nouveau site», ajoute M. Wilwert.

Actuellement, le nano-revêtement des disques de filtrage est fabriqué en Allemagne, mais Ama Mundu Technologies entend réaliser un revêtement «Made in Luxembourg»
Actuellement, le nano-revêtement des disques de filtrage est fabriqué en Allemagne, mais Ama Mundu Technologies entend réaliser un revêtement «Made in Luxembourg»
Photo: Lex Kleren

Cet investissement permettra à Ama Mundu Technologies de produire des systèmes de filtration au Grand-Duché même. Car jusqu'à présent, cette production était réalisée dans le sud de la France. Au Luxembourg, la société de filtrage de l'eau emploie actuellement sept personnes, mais il faudrait «recruter à court terme 30 à 40 nouveaux employés pour assurer la production», avoue M. Wilwert.

La particularité de la technologie d'Ama Mundu consiste, après un filtrage grossier, à presser l'eau à travers des disques céramiques brevetés recouverts d'un nano-revêtement. Purement mécanique, le processus fonctionne sans aucun produit chimique. Et si actuellement, le nano-revêtement des disques est fabriqué en Allemagne, la société entend réaliser un revêtement «Made in Luxembourg» en collaboration avec l'institut de recherche LIST. Une collaboration qui entrerait dans le cadre d'un projet soutenu par le ministère de l'Économie.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le dossier Fage «reste problématique»
La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ne cache toujours pas ses doutes sur la pertinence de l'installation de l'usine de yaourts grecs à Bettembourg. La partie publique de l'enquête commodo-incommodo vient, elle, de s'achever.
Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable
Fage, une consultation au goût de polémique
Quatre ans qu'a été dévoilé le projet du fabricant de yaourts grecs de s'installer à Bettembourg. Le dossier arrive, enfin, à l'étape de la consultation publique. A chacun de se faire un avis sur les gages avancés par cette usine dont l'impact sur l'environnement est redouté.
Les eaux du Sud concentrent davantage de traces du virus
La quasi-totalité des eaux usées du pays présentent des empreintes du coronavirus et une forte progression de sa concentration est observée dans les stations d'épuration des bassins versants de Bettembourg et Pétange, révèle ce mardi l'étude Coronastep.
Les projets Fage et Google toujours dans le flou
Interrogés ce jeudi en commission, ni la ministre de l'Environnement, ni celui de l'Économie n'ont été en mesure d'apporter de nouveaux éléments. Au grand dam de l'opposition, alors même que ces deux implantations font débat depuis plusieurs années.
Lokales,Bürgerversammlung über Google Projekt in Bissen.Fabien Vieau,Frederic Descamps.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
En finir avec la pollution des cours d'eau
Quatre récentes pollutions de rivière ont mis en lumière la faiblesse des mesures préventives pour ce type de risque industriel. Les députés et la ministre de l'Environnement ont évoqué la question à la Chambre.
Carole Dieschbourg promet des contrôles renforcés en amont pour protéger la qualité des eaux de rivière.
Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.
La porte de Fage s'entrouvre au lait luxembourgeois
Alors que le projet d'une usine de yaourts à Bettembourg alimente toujours la controverse, le ministre de l’Économie a tenté de rassurer le milieu agricole. Etienne Schneider indique que la société à l'intention de s'approvisionner sur le marché local et régional.
L'impact écologique de Fage inquiète toujours autant
Les grandes quantités d'eau que l'usine utilisera pour produire ses yaourts grecs mais aussi les rejets dans l'Alzette poussent Josée Lorsché (Déi Gréng) à s'opposer au projet. D'autant que l'eau potable viendra à manquer dans dix ans.