Changer d'édition

Alexa devrait répondre à la CNPD
Économie 2 min. 09.08.2019

Alexa devrait répondre à la CNPD

L'assistant vocal n'est pas seulement installé dans les enceintes Amazon, mais dans divers robots et produits ménagers.

Alexa devrait répondre à la CNPD

L'assistant vocal n'est pas seulement installé dans les enceintes Amazon, mais dans divers robots et produits ménagers.
Photo: dpa
Économie 2 min. 09.08.2019

Alexa devrait répondre à la CNPD

La Commission nationale de protection des données luxembourgeoise (CNPD) enquêterait sur les éventuelles failles de l'assistant vocal d'Amazon. Une mission menée depuis le Grand-Duché car la firme y a basé son siège européen.

(PJ) D'un côté, l'organisme luxembourgeois de protection de la vie privée. De l'autre, le géant technologique Amazon. Entre les deux, Alexa, l'assistant vocal de la firme fondée par Jeff Bezos. En effet, il appartiendrait à la Commission nationale de protection des données (CNDP) de savoir si l'appareil n'a pas trahi la confidentialité d'enregistrements vocaux captés à l'insu de possesseurs.

Amazon disposant de son siège européen au Grand-Duché - rue Plaetis à Luxembourg-, la CNPD a logiquement été retenue pour mener les investigations, et cela au nom de l'ensemble des États de l'Union. L'autorité luxembourgeoise prenant de fait la «lead authority" que lui confie la législation.

Des enregistrements retranscrits

Depuis avril 2019, des premiers soupçons sont apparus sur la gestion faite par Alexa des enregistrements vocaux réalisés par l'assistant virtuel. Si ceux-ci peuvent être activés à l'aide de la technologie de reconnaissance vocale, qu'en est-il de leur accès.

 


Alexa, cheval de Troie d'Amazon?
Selon le média américain Bloomberg, des milliers d'employés du géant du Web enregistreraient les commandes vocales reçues par l'assistant personnel intelligent... à l'insu des utilisateurs.

Au printemps dernier, l'agence de presse Bloomberg avait obtenu différents témoignages d'employés d'Amazon ayant pu retranscrire certains extraits de conversation pour leur entreprise.

Secret professionnel

Les enregistrements avaient parfois été déclenchés par les locuteurs d'Amazon par accident, et avaient inclus des conversations quotidiennes ainsi que des cas présumés d'agression sexuelle, avait rapporté la BBC quelque temps plus tard. 

«A ce stade, nous ne pouvons pas commenter davantage cette affaire car nous sommes liés par l'obligation de secret professionnel», commente Christophe Buschmann, commissaire de la CNPD.

D'ailleurs, même s'il y avait enquête et découverte d'un problème, l'autorité reste tenue au silence sur sa décision. «Cela afin de ne pas porter grief à l'acteur économique ou privé impacté.» Cependant, il peut être notifié à l'intéressé de porter à la connaissance du public les changements réclamés.


(FILES) A file photo taken on July 30, 2018 shows the logo of US multinational technology company Google with the subtitle in French "Google Assistant in different formats" at a store in Lille, northern France. - Google said on January 23, 2019, it would appeal a record 50-million-euro fine imposed by France's data regulator for failing to meet the EU's strict new General Data Protection Regulation (GDPR). (Photo by DENIS CHARLET / AFP)
Protection des données: le nombre des plaintes a doublé au Luxembourg
Depuis l'introduction du RGPD, Règlement Général sur la Protection des Données, la Commission nationale a du pain sur la planche. Les réclamations se succèdent, les plaintes s'accumulent.

Et que l'on soit assuré que même si la Commission nationale de protection des données ne compte «que» quatre commissaires et une trentaine d'employés, elle a l'étoffe pour mener à bien pareille investigation.

La réaction d'Amazon

En effet, la structure dépositaire de la «lead authority» a la possibilité de demander le soutien d'autres autorités de contrôle nationales, au sein de l'UE.

Du côté d'Amazon, la réaction n'a pas tardé. «Pour Alexa, nous offrons déjà à nos clients la possibilité de refuser que leurs enregistrements vocaux soient utilisés pour développer de nouvelles fonctionnalités», a tenu à préciser un porte-parole de la firme. La firme mettrait à jour l'information qu'elle fournit à ses clients afin de rendre ses pratiques plus claires, et éviter toute crise de confiance dans ses produits.


Sur le même sujet

«Le RGPD se trouve en phase avec l’opinion publique»
Entré en vigueur il y a tout juste un an, le Règlement général pour la protection des données (RGPD) a amené les entreprises à revoir leur manière de gérer les données des clients et de leurs prospects. Bilan avec Tine A. Larsen, présidente de la Commission nationale de la protection des données (CNPD).