Changer d'édition

Trois mois de plus pour le télétravail des frontaliers français
Économie 2 min. 13.09.2021
Accord trouvé

Trois mois de plus pour le télétravail des frontaliers français

Accord trouvé

Trois mois de plus pour le télétravail des frontaliers français

Photo : Shutterstock
Économie 2 min. 13.09.2021
Accord trouvé

Trois mois de plus pour le télétravail des frontaliers français

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Paris et Luxembourg viennent de prolonger la tolérance fiscale accordée aux salariés embauchés au Grand-Duché pratiquant le home-office jusqu'au 31 décembre 2021. Mais cela ne ferme pas la porte à la renégociation de ce délai.

Pour les Allemands, c'était acté (et prolongé). Pour les Belges aussi, avec même un accord pour 2022. A deux semaines de la fin du précédent accord sur les modalités du télétravail des frontaliers français, Paris et Luxembourg viennent de trouver un terrain d'entente. Pas de raison de revenir sur la tolérance fiscale accordée depuis le début de la crise sanitaire d'ici à la fin de l'année 2021.


«Ce coup de massue ne peut rester sans réponse»
La hausse enregistrée de la taxation sur les revenus 2020 des quelque 110.000 frontaliers français poussent certains élus lorrains à demander des explications au ministère français de l'Economie. Une hausse liée à l'application de la nouvelle convention fiscale franco-luxembourgeoise.

Et la nouvelle est tellement bonne que le Premier ministre luxembourgeois a aussitôt retweeté le message de son ministre des Finances. D'un post, lundi soir, Xavier Bettel (DP) et Pierre Gramegna (DP) confirmant ainsi avoir avancé d'un pas avec leur interlocuteur du côté de Bercy, Bruno Le Maire. 

Mais à l'heure où la dernière réunion belgo-luxembourgeoise a permis de s'entendre sur une acceptation de 34 jours pour les télétravailleurs du royaume employés au Grand-Duché, Paris n'a toujours pas fait savoir si elle entendait modifier la durée accordée à ses ressortissants en la matière. Pour l'heure, la règle des 29 jours télétravaillés maximum (avant que les jours en home-office ne soient déclarés sous le régime fiscal français) reste de mise. Même si dans la réalité des faits ce compteur n'a plus fonctionné depuis le printemps 2020 et le premier lockdown lié au covid.

Mais nul doute que la question sera au cœur des prochaines discussions entre les deux gouvernements de Xavier Bettel et d'Emmanuel Macron. Reporté, comme la Gaichel, le rendez-vous intergouvernemental est désormais prévu pour le 14 octobre prochain. Avec une nouvelle ambassadrice de France pour superviser les débats.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le ministre des Finances luxembourgeois a confirmé, mercredi, que les frontaliers de l'Hexagone pourraient poursuivre leur mission en télétravail jusqu'au 31 août, sans risque de pénalité fiscale. Deux jours plus tôt, Bruxelles avait adopté le même calendrier.
Les négociations entre la Belgique et le Luxembourg en vue du doublement du seuil légal annuel de travail hors de leur bureau pour les frontaliers belges sont au point mort. La faute au veto du Grand-Duché opposé à toute compensation financière.
Le passage de 24 à 48 jours de télétravail pour les frontaliers belges entraînerait un manque à gagner pour le fisc belge
Alors qu'un accord de principe prévoyant notamment un doublement du seuil légal du travail à domicile entre la Belgique et le Luxembourg avait été conclu en mai dernier, le ministre des Finances indique jeudi que le texte «n'avait pas pour objet de couvrir le télétravail».
Le Luxembourg est «sur la bonne voie» et se développe de telle sorte que «les gens de ce pays bénéficieront aussi d'un niveau de vie élevé à l'avenir», a répété le Premier ministre Xavier Bettel lors de son discours sur l'état de la Nation différé à ce mercredi matin. Crèche en partie gratuite dès septembre, transports gratuits pour les bénévoles, un taux de chômage sous la barre des 6% en 2018, la nécessité d'affaiblir Le Pen,... voici les 12 principales annonces.
Ried zur Lag vun der Natioun Xavier Bettel - Photo : Pierre Matgé