Changer d'édition

A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»
Économie 6 1 4 min. 24.09.2019

A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»

Fin novembre, le groupe Liberty dévoilera ses ambitions pour son nouveau site.

A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»

Fin novembre, le groupe Liberty dévoilera ses ambitions pour son nouveau site.
Photo: Alain Piron
Économie 6 1 4 min. 24.09.2019

A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'investisseur britannique qui a racheté l'usine locale d'ArcelorMittal a levé une partie du voile sur ses intentions. Il compte faire du site un lieu de production plus propre et moins gourmand en énergie et matières premières.

Ce sont désormais les couleurs de Liberty Steel qui flottent au-dessus de l'ancienne usine ArcelorMittal à Dudelange. Et symboliquement, ce mardi, Sanjeev Gupta -président exécutif de GFG Alliance qui possède Liberty- a tenu à hisser haut le drapeau de sa firme, comme on marque un nouveau territoire conquis. Une visite qui marque donc une nouvelle ère pour les installations de la zone industrielle Wolser, propriétés d'ArcelorMittal jusqu'en juillet dernier.

Mais ça, c'était avant que Liberty ne décide de montrer les muscles face aux autres producteurs d'acier. En posant 740 millions d'euros sur la table, la firme raflait non seulement Dudelange et ses 300 salariés mais aussi huit points de production en République tchèque, Roumanie, Macédoine, Italie et Belgique. Il faut d'ailleurs désormais parler de Liberty Liège-Dudelange. 


Dudelange a-t-elle un avenir au delà de l'utilisation de l'Usibor d'ArcelorMittal? La question reste entière.
L'UE approuve la vente d'ArcelorMittal à Liberty House
La Commission européenne a validé ce mercredi l'acquisition de plusieurs usines sidérurgiques, dont celle de Dudelange, par Liberty House.

Pourquoi ce duo? «Parce que les sites sont complémentaires: les laminoirs à froid de Belgique alimenteront notre usine du Grand-Duché», résume Frédéric Tancrez, directeur de l'entité. Une première information signifiant bien que le cordon ombilical reliant jusqu'alors le site à d'autres unités d'ArcelorMittal est bien coupé.

Quel avenir pour le site? C'est la question qui brûlait toutes les lèvres des employés comme des autorités invités. Liberty avait décrété un embargo de 100 jours depuis le rachat, le temps d'auditer précisément la situation locale et globale, Sanjeev Gupta a tout de même consenti à quelques annonces.

Il avait fait la même chose, la veille à Liège, annonçant six millions d'euros d'investissement à venir sans préciser la répartition de la somme entre Belgique et Grand-Duché. Les médias belges avançant que cette somme serait dédiée au seul site de Tilleur, sans que cela ne soit confirmé par l'intéressé.

Déjà, il ne sera pas question de produire à Dudelange, un acier low cost. Au contraire, le site nouvellement acquis a bien d'autres atouts sur lesquels Liberty compte s'appuyer pour produire un «green steel». Un «acier vert» qui restera destiné aux secteurs industriels déjà clients de l'usine luxembourgeoise: bâtiment, automobile, électroménager. 

D'ici fin novembre, le propriétaire reprécisera ses plans pour ainsi s'inscrire dans une «triple durabilité» au Luxembourg, comme l'a mentionné Sanjeev Gupta: économique, sociale et environnementale. 

Même si Liberty se positionne désormais comme 3e plus grand producteur d'acier en Europe après ses acquisitions spectaculaires de l'été, son président n'a pas caché son ambition: «Nous voulons une croissance rapide, nous prendrons des décisions rapides.» Plus rassurant encore pour l'emploi sur le site: «Si nous avons investi ici, c'est bien parce que nous pensons que c'est viable et qu'il y a même du potentiel», insiste le président exécutif de GFG Alliance.

Des propos confortés par ceux du directeur du site: «Actuellement, l'usine produit 600.000 tonnes d'acier galvanisé, ce qui correspond à peu près à sa capacité maximale. Mais nous avons encore des réserves de production pour des produits électro-zingués. Nous tournons à 50-60% de ce que nous pourrions faire.»

Gare au «Dragon aux trois têtes»

Un des objectifs pour Dudelange consisterait donc notamment à renforcer la réputation de son produit Aluzinc (Galvalume®). D'autant que le site luxembourgeois est le seul producteur en Europe de ce matériau aux vertus anticorrosives et esthétiques reconnues par les acheteurs.

Au final, Sanjeev Gupta n'a qu'une peur, et il la désigne comme le «Dragon à trois têtes». Chaque extrémité du monstre économique pouvant mettre en péril le développement du groupe industriel. Cette triple menace peut ainsi se résumer: les coûts élevés de l'électricité au Luxembourg, l'impact de la taxe carbone et la fiscalité.

En attendant fin octobre

Le sidérurgiste doit ainsi faire, par exemple, avec des émissions de CO2 importantes. Cela a un coût pour lui, puisque chaque tonne d'acier produite émet 2 tonnes de dioxyde carbone taxées à raison de 30€/t. «Cela se répercute sur nos coûts en Europe, alors que dans le même temps nos concurrents de Turquie ou Russie exportent vers l'Union sans avoir à payer ce type de taxes», regrette Sanjeev Gupta.

En attendant, reste à patienter encore une trentaine de jours avant de savoir très précisément le sort réservé à l'usine dudelangeoise dans la stratégie du nouveau poids lourd de l'acier qui, en dehors de l'Europe et du Royaume-Uni, est également engagé sur le marché américain, australien et chinois.



Sur le même sujet

«Pas de changement» pour les 300 ouvriers de Dudelange
ArcelorMittal a officiellement vendu son site de Dudelange au groupe britannique Liberty House, à la fin du mois de juin. Un rachat qui n'inquiète pas outre mesure les syndicats, qui vont tout de même engager des discussions pour éclaircir certains détails.
Das ArcelorMittal-Werk in Bissen zählt mehr als 350 Mitarbeiter.
ArcelorMittal dit adieu à Dudelange
Le géant mondial de l'acier a annoncé, ce lundi matin, avoir terminé la vente de ses actifs décidée par la Commission en avril dernier. L'usine du sud du Luxembourg a donc désormais un nouveau propriétaire: Liberty House.
Liberty House darf das Werk Düdelingen von ArcelorMittal übernehmen.
Dudelange: Liberty House peine à rassurer
Liberty House a-t-elle une stratégie industrielle pour Dudelange, qui produira de l'acier Usibor que pendant deux ans après son rachat? La visite-éclair de quatre directeurs au Luxembourg, lundi, n’a pas levé les inquiétudes.
Wirtschaft- ArcelorMittal in Düdelingen, Dudelange. Foto: Chris Karaba