Changer d'édition

2021 dans la boule de cristal du Statec
Économie 4 min. 03.12.2020 Cet article est archivé

2021 dans la boule de cristal du Statec

L'inflation devrait reprendre l'an prochain, après un calme relatif de la montée des prix en 2020.

2021 dans la boule de cristal du Statec

L'inflation devrait reprendre l'an prochain, après un calme relatif de la montée des prix en 2020.
Photo : AFP
Économie 4 min. 03.12.2020 Cet article est archivé

2021 dans la boule de cristal du Statec

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'institut statistique prévoit une année 2021 marquée par une inflation et un coût salarial stables mais un chômage en augmentation. Un scénario qui ne tient qu'à un fil : la courbe d'évolution du covid-19.

Bien malin qui saura dire à quoi ressemblera l'année à venir. 2020 a prouvé combien les prévisions pouvaient s'avérer fragiles. Mais le Statec se risque à proposer des pistes pour cet avenir. Deux hypothèses -haute et basse- qui ne reposent que sur le degré d'évolution de l'épidémie de covid dans le pays et dans le monde. Deux scénarios qui reposent sur une vérité première : le recul attendu du produit intérieur brut luxembourgeois (la production nationale) pour cette année de 3,5 à 4,5%.


La crise incite les ménages à épargner
Entre mars et septembre 2020, les foyers ont économisé 1,7 milliard d'euros. Selon la Banque centrale du Luxembourg, la part de l'épargne privée atteindrait les 43,5 milliards d'euros.

Une baisse de la dynamique certes, mais que les analyses qualifient de «bonne résistance». Il est vrai que le Luxembourg a mieux résisté que d'autres Etats. A titre de comparaison, la France ou l'Italie tablent actuellement sur une chute de leur PIB de 9%; de l'ordre de -5% en Allemagne ou aux Pays-Bas, contre -12% craint en Espagne... Mais pour 2021, les dés sont entre les mains du covid-19 et ses effets.

Le Statec parle ainsi «d'une croissance attendue de 4% dans le scénario favorable» (progression des infections limitées sans trop d'impact sur l'activité) ou un repli de 0,5% dans le scénario pessimiste (contaminations significatives et restrictions conséquentes). Une telle marge prouve que les mois qui s'annoncent tiendront de la navigation à vue. Et que chaque décision sanitaire aura son pendant socioéconomique.

Source : Statec

Après le relatif maintien des prix cette année (la gratuité des transports et la baisse des prix pétroliers ayant joué positivement), 2021 pourrait voir l'inflation rebondir. Passant de +0,9% à 1,8% l'an prochain.

Même rebond attendu aussi sur le coût salarial. En effet, depuis mars et le «parachute social» déployé par le gouvernement luxembourgeois (chômage partiel principalement, soutiens divers à l'activité), le coût de la main-d'oeuvre pour les entreprises a baissé. De l'ordre de 6%. L'arrêt attendu de certaines lignes de soutien gouvernementales devrait renchérir le prix du travail d'autant dans les mois à venir (+6% annoncés).

Une hausse qui sera limitée, selon le Statec, car l'index (et donc la revalorisation des salaires) ne devrait pas tomber en 2021. L'institut notant aussi au passage que la revalorisation, au 1er janvier, du salaire social minimum «ne devrait provoquer qu'une accélération très marginale des salaires». Une modération qui n'est toutefois pas du goût du patronat luxembourgeois qui, en cette période de crise et d'incertitudes, ne s'est pas privé de le dire.

Pour 2021, le Luxembourg ne devrait pas non plus connaître de flambée du chômage. Optimistes les statisticiens tablent sur un nombre d'emplois proposés déjà en augmentation cette année (+2%) mais également dans les douze mois à venir.  Une croissance du besoin de main-d'oeuvre qui permettrait de contenir le chômage au Grand-Duché. Jusque-là, l'ADEM n'a effectivement pas noté de brusque grimpée du nombre demandeurs d'emploi autre qu'en avril dernier, au tout début de la crise donc.


Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Xavier Bettel, Nora Back, Patrick Dury, Sylvain Hoffmann, Dan Kersch, Francois Bausch, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les syndicats souhaitent accélérer la tripartite
A quelques heures de l'allocution du Premier ministre quant à la probable mise en oeuvre de nouvelles restrictions destinées à lutter contre la pandémie, OGBL et LCGB demandent au gouvernement un réunion avancée par rapport au calendrier initial.

Le Statec estime donc que le taux de chômage augmentera modérément, en 2021. Avec un taux passant de 6,4% à près de 7% l'an prochain. Sachant qu'au dernier bilan, fin novembre, l'ADEM relevait 17.971  demandeurs d'emploi inscrits.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les représentants de l'hôtellerie-restauration ont envoyé un courrier au gouvernement réclamant de nouvelles aides. Une bouteille à la mer pour un secteur touché, mais qui ne veut pas couler.
Flüchtling Alsaleh Wesam eröffnent inmitte der Pandemie ein Restaurant
Entre mars et juillet 2020, les ménages et les entreprises ont continué à avoir recours à l'endettement pour affronter les conséquences de la crise. Mais dans une proportion limitée, à en croire le ministre des Finances.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz,BCEE Spuerkees. Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Prolongé jusque juin 2021, le dispositif devrait connaître deux formes d'application pour les milliers de salariés. La première, d'ici mars, empêchera les industriels bénéficiaires de procéder à des licenciements pour raisons économiques.
Wirtschaft, Dan KERSCH, Franz FAYOT, Konferenz, chômage partiel, Teilarbeitslosigkeit,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Bonne nouvelle pour les consommateurs : pour les mois à venir, le Statec ne prévoit pas d'inflation conséquente. De quoi repousser la prochaine hausse systématique des salaires. Par contre, le Luxembourg doit s'attendre cette année à un déficit public comme jamais connu ces 25 dernières années.
ARBEITER LOGISTIC OUVRIER
Malgré les mesures gouvernementales, l'emploi va chuter au Luxembourg, envisage l'Institut de statistiques. 15.000 postes pourraient disparaître si chômage partiel et congé pour raisons familiales n'étaient plus d'actualité.
Chantier Ban de Gasperich - Photo : Pierre Matgé