Changer d'édition

160 emplois sur la sellette à Eurest
Économie 2 min. 08.02.2021

160 emplois sur la sellette à Eurest

Les négociations du plan social avaient démarré le 20 janvier dernier.

160 emplois sur la sellette à Eurest

Les négociations du plan social avaient démarré le 20 janvier dernier.
Photo: Chris Karaba / archives
Économie 2 min. 08.02.2021

160 emplois sur la sellette à Eurest

L’OGBL a annoncé lundi la signature d’un plan social dans l’entreprise de restauration collective de la filiale du groupe Compass. Les premiers licenciements devraient démarrer à partir du 1er mars.

(ASdN) - Entre fermeture de sites, restrictions sanitaires et télétravail, les temps sont durs pour la restauration collective. Eurest en a fait les frais. La filiale du groupe Compass a ainsi annoncé, lundi, la mise en place d'un plan social à la suite d'un accord trouvé entre la direction, la délégation du personnel et l'OGBL. 

«Un retour rapide à une activité normale n'est malheureusement pas prévu dans les prochains mois», a de son côté justifié le syndicat dans un communiqué. Au total, quelque 160 des 700 employés de l'entreprise sont concernés par la mesure.


Déjà en début d'année, 201 postes avaient été supprimés chez RBC au Luxembourg.
La restructuration de RBC attendra encore
Si un plan social a été signé le 13 décembre dernier au sein de la banque canadienne, 43 salariés restent à ce jour dans l'expectative. Raison pour laquelle l'Aleba a donné son accord pour l’extension du plan social.

L’accord, détaille l’OGBL, comprend néanmoins un volet de maintien dans l’emploi afin de limiter les licenciements secs. Celui-ci prévoit ainsi des préretraites-ajustement. Des indemnités extralégales en cas de licenciement et un budget pour la formation et/ou la réorientation professionnelle des personnes concernées ont également été négociés, ajoute le syndicat. 

La mise en œuvre de ces mesures doit s’étaler sur quatre semaines. Les licenciements devraient quant à eux débuter à compter du 1er mars. Pour rappel, les négociations du plan social avaient démarré le 20 janvier dernier, avant d’aboutir en milieu de semaine dernière.

Disparités dans la restauration collective 

Si Aramark a déjà procédé à des licenciements fin 2020, pour l'heure, «aucun autre plan social» ne serait néanmoins en cours dans les entreprises de restauration collective du pays, précise David Angel, secrétaire général de l'OGBL qui rappelle toutefois que le secteur reste considéré comme vulnérable. 

Néanmoins, toutes les entreprises de la restauration collective ne seraient pas à mettre sur le même plan. «Tout dépend de leur activité», justifie-t-il. Car si les activités dites «corporate» battent de l'aile avec la crise, les cantines des centres hospitaliers et établissements scolaires «s'en sortent mieux». Tout comme les groupes «multiactivités», à l'image de Sodexo et Dusselmann, précise David Angel, qui peuvent eux compter sur d'autres secteurs pour faire tourner l'entreprise.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le modèle social luxembourgeois fonctionne encore»
Quatre mois après l'annonce d'une restructuration au sein d'ArcelorMittal, les partenaires sociaux ont signé lundi un accord qui aboutit à l'absence de licenciements économiques, de maintien de tous les sites de production et l'obligation pour le géant de l'acier d'investir.
ArcelorMittal bietet Werk Dudelange zum Verkauf, Foto Lex Kleren
La restructuration de RBC attendra encore
Si un plan social a été signé le 13 décembre dernier au sein de la banque canadienne, 43 salariés restent à ce jour dans l'expectative. Raison pour laquelle l'Aleba a donné son accord pour l’extension du plan social.
Déjà en début d'année, 201 postes avaient été supprimés chez RBC au Luxembourg.
Guardian échappe aux licenciements
Depuis mi-octobre, et l'annonce d'un possible plan social avec 70 emplois menacés, direction de Guardian et OGBL ont mené un bras de fer. Ce lundi, accord a été trouvé pour un plan de maintien dans l'emploi.
21.3. Wi/ITV Guardian , Guus Boekhoudt / et nouv siege Bertrange Foto:Guy Jallay
La restauration collective au service des télétravailleurs
Fortement impacté par la pandémie et les mesures sanitaires qui en découlent, le secteur de la restauration collective doit se réinventer pour regagner les parts de marché perdues. Entretien avec Julien Demoulin, CEO de Sodexo Luxembourg et président de Fedil-Catering.
Vers un nouveau cadre légal pour les plans sociaux?
Les récentes expériences des négociations poussent les syndicats à militer pour une refonte de la loi sur la réorganisation des entreprises. Tant l'OGBL, Aleba que le LCGB pointent des «faiblesses», notamment sur la question des licenciements abusifs.
L'OGBL et le LCGB estiment que la durée des négociations d'un plan social doit être légalement allongée et plaident pour une extension de la notion de licenciement économique abusif.