Changer d'édition

10.000 suppressions de postes à venir chez Nissan
Économie 24.07.2019

10.000 suppressions de postes à venir chez Nissan

Le groupe Nissan emploie actuellement 139.000 collaborateurs dans le monde.

10.000 suppressions de postes à venir chez Nissan

Le groupe Nissan emploie actuellement 139.000 collaborateurs dans le monde.
Photo: Reuters
Économie 24.07.2019

10.000 suppressions de postes à venir chez Nissan

Le constructeur japonais s'apprête à annoncer un vaste plan de réduction de ses effectifs dans le monde. Une opération qui pourrait permettre à la firme de redresser ses comptes.

(AFP) - A la veille de la publication des résultats trimestriels du groupe Nissan qui devraient être très médiocres, plusieurs médias économiques ont fait part de la volonté du constructeur de se débarrasser d'ici peu de 10.000 de ses salariés. A la Bourse de Tokyo, l'action réagissait peu à cette information; les investisseurs ayant visiblement déjà intégré la perspective de lourdes restructurations.

En mai dernier, lors de la présentation de résultats annuels catastrophiques, le patron du groupe, Hiroto Saikawa, avait déjà promis des «réformes drastiques» susceptibles d'affecter 4.800 postes. Au total, plus de 7% des effectifs seraient in fine concernés, le groupe employant 139.000 collaborateurs dans le monde.

Bénéfice net en chute de 57%

Nissan, qui forme avec Renault la première alliance automobile mondiale, devrait annoncer les suppressions d'emplois jeudi. Les coupes pourraient concerner des usines en Amérique du Sud et dans d'autres régions où la rentabilité de Nissan est faible. 

Lors de son exercice 2018/2019 clos fin mars, le partenaire de Renault et de Mitsubishi Motors avait accusé une chute de 57% de son bénéfice net, à 319 milliards de yens (2,5 milliards d'euros), au plus bas en près d'une décennie. Et il prévoit un nouveau plongeon de moitié cette année, à 170 milliards.

Les ventes mondiales à la baisse

L'entreprise a également subi une chute de ses ventes aux Etats-Unis et en Europe et pâtit des tensions avec Renault, qui détient 43% de son capital. Ces frictions découlent de l'arrestation de l'ancien patron de Nissan, Carlos Ghosn, qui avait sauvé l'entreprise de la faillite en 1999 avant de la diriger pendant quasiment 20 ans. 


ARCHIV - 03.10.2014, Frankreich, Paris: Carlos Ghosn, ehemaliger Vorstandsvorsitzender von Renault-Nissan-Mitsubishi, sitzt auf einer Pressekonferenz von Daimler und Renault-Nissan während des Pariser Autosalons. Der französische Autobauer Renault hat wegen mutmaßlichen Fehlverhaltens seines inhaftierten Ex-Konzernchefs Carlos Ghosn die Justiz eingeschaltet. (zu dpa «Neue Vorwürfe: Renault schaltet im Fall Ghosn Justiz ein» vom 07.02.2019) Foto: Daniel Karmann/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn
Les principaux événements survenus depuis l'arrestation au Japon de Carlos Ghosn, patron déchu de Renault, Nissan et Mitsubishi, soupçonné de malversations financières qu'il nie.

Au cours de l'exercice passé, les ventes mondiales de Nissan ont chuté de 4,4% à 5,52 millions de véhicules. La baisse a été particulièrement prononcée en Europe et aux États-Unis.


Sur le même sujet

Carlos Ghosn de nouveau inculpé au Japon
Carlos Ghosn, magnat de l'automobile déchu, a été de nouveau inculpé ce lundi au Japon pour des accusations de détournement de fonds de Nissan. Il a aussitôt déposé une demande de libération sous caution.
Carlos Ghosn révoqué après 20 ans de règne
Les actionnaires de Nissan, réunis lundi à Tokyo, ont voté la révocation du mandat d'administrateur de Carlos Ghosn, coupant ainsi tout lien avec celui qui a sauvé et dirigé le groupe pendant près de deux décennies et se trouve aujourd'hui en prison.
This picture taken on March 6, 2019 shows former Nissan Chairman Carlos Ghosn leaving his lawyer's office in Tokyo. - Nissan shareholders are expected to eject Carlos Ghosn from its board on April 8, as the detained former chairman fights multiple charges of financial misconduct that have landed him in custody. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP)
Le patron de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, arrêté au Japon
Carlos Ghosn, PDG de Renault et un des plus grands patrons d'industrie au monde, a été arrêté à Tokyo selon les médias, accusé de malversations par la justice après une enquête interne de Nissan, qui veut le démettre de son poste au plus vite.
Carlos Ghosn, PDG de Renault depuis 2009, gagne plus de 7 millions d'euros par an. Au titre de PDG de Nissan, il avait touché pour la période d'avril 2016 à mars 2017, 8,8 millions d'euros.