Changer d'édition

Viande et cancer: Luxembourg, une population à risque?
Culture 4 min. 28.10.2015 Cet article est archivé

Viande et cancer: Luxembourg, une population à risque?

La charcuterie comme la viande tiennent une place importante dans la tradition luxembourgeoise, comme ici à Medernach.

Viande et cancer: Luxembourg, une population à risque?

La charcuterie comme la viande tiennent une place importante dans la tradition luxembourgeoise, comme ici à Medernach.
Photo: archives LW /Armand Wagner
Culture 4 min. 28.10.2015 Cet article est archivé

Viande et cancer: Luxembourg, une population à risque?

Les Luxembourgeois étaient considérés en 2012 comme les plus gros mangeurs de viande au monde. Cela nous expose-t-il davantage aux risques de développer un cancer?

Par Anne Fourney

Les Luxembourgeois étaient considérés en 2012 comme les plus gros mangeurs de viande au monde. Cela nous expose-t-il davantage aux risques de développer un cancer?

Un article paru dans la revue The Economist en 2012 classait les Luxembourgeois comme étant les plus gros mangeurs de viande au monde avec 134,84 kg de viande par an par habitant!

Le communiqué publié par l'OMS, Organisation mondiale de la santé, classant la consommation de viande rouge ou de charcuteries dans les risques de développer certains types de cancer a fait beaucoup réagir. Reprise par la plupart des médias,  l'information a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

La recommandation de limiter sa consommation de viande n'est pas nouvelle. Elle ressort régulièrement des cartons dès qu'une information surgit, que ce soit un scandale alimentaire (la viande de cheval, en 2013), la santé (prévention des maladies cardio-vasculaires ou cancer), le bon équilibre alimentaire (privilégier les viandes maigres), etc.

Au Luxembourg en 2014, les chiffres pour la consommation de viande porcine sont de 37,2 kg par habitant pour l'année et 25,3 kg pour la viande bovine. Cependant, «Il est difficile de comparer les chiffres de la consommation d'un pays à un autre», précise Franck Steichen du service de l'Economie rurale. «Les méthodes employées pour ces calculs ne sont pas les mêmes d'un pays à l'autre». Toutes viandes confondues, le service de l'Economie rurale donne pour l'année 2014 une quantité de 88 kg par an et par habitant. On est donc loin des chiffres publiés par The Economist en 2012.

Les Luxembourgeois, plus malades qu'ailleurs?

Au Luxembourg, les chiffres concernant le cancer colorectal sont stables ces dernières années. En 2012 (données les plus récentes disponibles) un cancer colorectal a été diagnostiqué chez 281 personnes dans le pays. Et l'on compte 116 décès des suites d'un cancer colorectal (source: cancer.lu).

«On mange beaucoup trop de viande au Grand-Duché», rapporte Lucienne Thommes, responsable du département information de la Fondation Cancer au Luxembourg. «C'est une tradition dans le pays de manger beaucoup de saucisses comme la Mettwurscht ou la Wiener, ou de la charcuterie. Ce qu'il faut surtout retenir de cette étude de l'IARC, c'est qu'il faut de la modération dans tout!», estime-t-elle avant de rappeler que le tabac est responsable d'environ un tiers des cancers.

Dans les 20 années à venir, on prévoit une augmentation de 70% des cas de cancer dans le monde, soit 22 millions de nouveaux cas. Pour Lucienne Thommes, il faut prendre en compte le vieillissement de la population: «Plus on vieillit, plus le risque de développer un cancer augmente et ce risque augmente dès la cinquantaine», prévient-elle. «D'autre part, le dépistage est plus efficace, la détection du cancer est plus précoce». Madame Thommes a aussi pour mission d'informer le public sur le cancer colorectal afin de «faire la promotion de la coloscopie». 

Les prochains sur la liste

Toujours dans le domaine de l'alimentation, le prochain colloque de l'IARC portera sur la consommation de café, de maté et de boissons très chaudes.

Sur le même sujet:

Ailleurs sur le web:


Sur le même sujet