Changer d'édition

Une coproduction luxembourgeoise nominée aux César
Culture 2 3 min. 22.02.2019 Cet article est archivé

Une coproduction luxembourgeoise nominée aux César

«Pachamama», un film d'auteur face aux superproductions.

Une coproduction luxembourgeoise nominée aux César

«Pachamama», un film d'auteur face aux superproductions.
(PHOTO: DOGHOUSE FILMS)
Culture 2 3 min. 22.02.2019 Cet article est archivé

Une coproduction luxembourgeoise nominée aux César

"Pachamama", un film du réalisateur argentin Juan Antín, auquel a contribué le studio de production Doghouse Films de Differdange, sera en compétition vendredi soir dans la catégorie film d'animation.

SW avec AFP - Présidée par l'actrice franco-britannique Kristin Scott Thomas, la 44e cérémonie des César se déroulera à partir de 21 heures à la salle Pleyel, avec Kad Merad en maître de cérémonie.

Le Luxembourg sera tout particulièrement attentif à la catégorie "film d'animation", où le long-métrage "Pachamama" sera en compétition face à "Astérix, le secret de la potion magique" d'Alexandre Astier et Louis Clichy et "Dilili à Paris" de Michel Ocelot.

David Mouraire, un des fondateurs du studio de production Doghouse, qui a coproduit ce film du réalisateur Juan Antin, s'est réjoui de cette nomination.

«C'est un prix pour un film d'auteur, mais c'est surtout un prix pour la créativité» a-t-il souligné. Pour lui, la nomination de «Pachamama» face aux deux autres superproductions est à considérer comme un vrai exploit.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Ce n'est pas la première fois que le Grand-Duché est représenté à ce prestigieux concours du cinéma français. En 2016 déjà, deux coproductions luxembourgeoises avaient été nominées: «L’enquête» et «Le tout nouveau testament»; les équipes des deux films étaient revenues bredouilles.

"Le Grand Bain" grand favori

Les films qui mènent les nominations pour les César 2019 sont «Le Grand Bain» de Gilles Lellouche, sur des cabossés de la vie qui s'adonnent à la natation synchronisée, et «Jusqu'à la garde» de Xavier Legrand, film choc sur les violences conjugales, avec dix nominations chacun, dont meilleur film et meilleur réalisateur.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Ils devancent la comédie de Pierre Salvadori «En liberté!» et le western en anglais de Jacques Audiard «Les frères Sisters» en lice dans neuf catégories, dont celle du meilleur film et du meilleur réalisateur également.

«La Douleur» d'Emmanuel Finkiel, adaptation du récit de Marguerite Duras sur le retour de son mari des camps de concentration, et «Pupille» de Jeanne Herry, émouvant parcours d'une adoption, raflent respectivement huit et sept nominations.

Viennent ensuite «Guy» d'Alex Lutz, tendre hommage aux anciennes gloires de la chanson et «Mademoiselle de Joncquières», marivaudage et film d'époque d'Emmanuel Mouret avec six nominations, ou encore «Les Chatouilles» d'Andréa Bescond et Eric Métayer sur la pédophilie, cinq fois cité.

Le réalisateur du «Grand bain», Gilles Lellouche, figure aussi dans la catégorie meilleur acteur. Il fera face à Denis Ménochet en père de famille menaçant dans «Jusqu'à la garde», Romain Duris en syndicaliste dans «Nos batailles» ou Vincent Lacoste en jeune homme forcé à grandir quand sa sœur meurt dans «Amanda».

Romain Duris en syndicaliste dans «Nos batailles», sera en compétition dans la catégorie meilleur acteur.
Romain Duris en syndicaliste dans «Nos batailles», sera en compétition dans la catégorie meilleur acteur.

Edouard Baer en marquis libertin dans «Mademoiselle de Joncquières», Alex Lutz en vieille gloire de la chanson dans «Guy» et Pio Marmaï en innocent injustement incarcéré dans «En liberté!» figurent aussi dans cette catégorie.

Pour les actrices, Elodie Bouchez dans «Pupille», Sandrine Kiberlain dans ce même film et Mélanie Thierry en Marguerite Duras dans «La douleur» comptent parmi les sept nommées. Virginie Efira pour «Un amour impossible», Léa Drucker dans «Jusqu'à la garde», Cécile de France dans «Mademoiselle de Joncquières» et Adèle Haenel dans «En liberté!» leur feront face.

Une cérémonie hommage à Aznavour

Le César du public, créé l'an dernier et récompensant le film ayant fait le plus d'entrées en salles, reviendra cette année aux «Tuche 3» d'Olivier Baroux (près de 5,7 millions de spectateurs), après «Raid dingue» de Dany Boon en 2018.

Pour la première fois, un «César des lycéens» sera remis cette année, récompensant leur film préféré. Attribué par 2.000 élèves de terminale, il sera annoncé le 25 février.

Cette cérémonie sera par ailleurs dédiée à Charles Aznavour, décédé le 1er octobre 2018 à l'âge de 94 ans.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des étoiles montantes
Le Magritte du meilleur acteur du cinéma belge revient au jeune acteur-danseur Victor Polster.
Best actor award winner Victor Polster poses during the 9th edition of the 'Magritte du Cinema' film awards ceremony in Brussels on February 2, 2019. - The awards are given to films made by Belgian French-speaking producers. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP) / Belgium OUT
«Pachamama»: en route pour les «Césars»
Le film d’animation «Pachamama» du cinéaste argentin Juan Antín, une coproduction du studio luxembourgeois Doghouse Films de Differdange et d’autres studios d'animation en France et au Canada, est éligible aux «Césars 2019».
Le Luxembourg sur le tapis rouge de Cannes
Le Festival de Cannes lance ce soir sa 71ème édition. Pour l'occasion, le Luxembourg s'affiche en festivalier professionnel, témoignage de l'intérêt du pays pour le milieu cinématographique.
Au milieu des professionnels du métier, le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle (Fonspa), créé par le gouvernement luxembourgeois  en 1990, a pour objectif de soutenir financièrement la coproduction et la distribution des œuvres luxembourgeoises.