Changer d'édition

Un million d'euros de la part de la Sacem
Culture 1 3 min. 04.03.2020

Un million d'euros de la part de la Sacem

Dix ans que Marc Nickts manage la Sacem luxembourgeoise.

Un million d'euros de la part de la Sacem

Dix ans que Marc Nickts manage la Sacem luxembourgeoise.
Photo: Anouk Antony
Culture 1 3 min. 04.03.2020

Un million d'euros de la part de la Sacem

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En tout, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique collecte les droits d'auteur auprès de 7.000 clients. Des sommes qui viennent d'abord soutenir les artistes luxembourgeois.

Goûts, modalités d'écoute, supports de diffusion : tout change dans le milieu de la musique. Et la Sacem est bien placée pour constater ces évolutions. «Tenez, notre 7ème compilation d'artistes luxembourgeois sera la dernière à sortir en CD. La prochaine ne sera plus sur disque. Sans doute sur clé USB voire même en dématérialisé», sourit Marc Nickts. Mais pas de quoi inquiéter celui qui gère la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique depuis 2010. «Voilà longtemps que la Sacem a pris le virage numérique. Déjà en 1999, nous passions notre premier contrat avec un service de musique en ligne.»

Rien que l'an passé, au Grand-Duché, 2,1 milliards de chansons ont ainsi été écoutées en streaming. Du coup, même si suivre la programmation des morceaux programmés par les stations radio, les télévisions, dans les cafés, en concerts, en discothèques ou à l'occasion des fêtes locales reste une activité majeure, il faut maintenant veiller sur les titres disponibles via les plateformes musicales du monde entier. «Car notre mission ne change pas: collecter la rémunération liée à la diffusion musicale publique ou la reproduction sur support physique», pointe Marc Nickts.

Et les 1.200 créateurs inscrits à la Sacem grand-ducale peuvent être satisfaits de ce travail de Robin des Bois. L'an dernier, près de la moitié de ces artistes ont reçu une rémunération (550 ayants droit précisément). «On parle tout de même d'une somme de 1 million d'euros qui est revenue aux artistes luxembourgeois.» 

De quoi soutenir la créativité locale, car c'est bien de cela qu'il s'agit: «Si nous arrêtons de percevoir et de redistribuer des droits, c'est la fin de toute opportunité à vivre de son art. Non seulement pour les compositeurs, chanteurs mais aussi tous ceux dont le métier tourne autour de cet art. La Sacem collecte des droits pas des taxes: voilà le refrain que je ne cesse de rappeler.»

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

En 2019, la Société des auteurs versait 5 autres millions d'euros à des artistes d'autres pays. «En fait, avec l'appui de notre grande sœur (la Sacem française) nous avons des accords de réciprocité avec 120 pays du monde», note le manager général. Ainsi, par exemple, si une des quelque 1.390 œuvres déclarées auprès de la structure luxembourgeoise l'an passé  est jouée quelque part sur la planète, son ayant droit bénéficiera d'une rémunération.  

«Compte tenu de la taille du Luxembourg, il est clair que l'export devient vital pour quiconque veut vivre de sa musique au pays», indique Marc Nickts. D'où le coup de pouce de la Sacem accordé volontiers à des actions de promotion des artistes locaux à l'étranger, aussi bien en techno qu'en musique classique d'ailleurs. «En 2019, au total, nous avons d'ailleurs dépensé 125.000 euros pour soutenir la scène nationale.»

Pour sa dixième année à la tête de la Sacem, Marc Nickts annonce que le site de la Société fera peau neuve. Histoire de donner plus d'écho au rôle de la Société et faciliter les démarches de celles et ceux qui souhaitent s'inscrire comme ayants droit. «Car notre rayonnement ne se limite pas aux chanteurs ou compositeurs musicaux, nous veillons aussi sur la répartition des droits aux écrivains et poètes, aux documentaristes, aux plasticiens, aux humoristes, aux auteurs de doublage ou de sous-titrage.» Une grande famille dont les premiers membres luxembourgeois affiliés l'ont été dès 1899; la Sacem 100% grand-ducale naissant en 2003. 


Sur le même sujet

La pandémie fait grimacer le monde de la culture
La forte augmentation des cas de coronavirus n'a pas eu d'impacts conséquents au Luxembourg. Les principaux acteurs du secteur suivent l'évolution de la situation «avec intérêt». C'est ainsi que le concert de Wolf Paradea été annulé aux Rotondes, de même que la prestation de Matt Pokora à Amnéville.
Daughter /@ Atelier / Concert / Photo: Blum L.
Esch 2022 se fera bien avec la Kufa
La KulturFabrik entend bien prendre part aux manifestations célébrant Esch-sur-Alzette comme «capitale européenne de la culture». Même si l'abandon de plusieurs projets pouvait faire craindre un désistement.
Kulturfabrik - Esch - Photo : Pierre Matgé
En été, les musiciens s'exportent bien
Dix ans que l'Asbl Music:LX veille à promouvoir la scène luxembourgeoise à l'étranger. Mais pour que les uns chantent comme des cigales en été, il faut un travail de fourmi toute l'année.
Edsun grand vainqueur des Luxembourg Music Awards
Pour cette première édition des Luxembourg Music Awards, une vingtaine d'acteurs de la musique ont été mis à l’honneur. Notamment Edsun avec trois awards. Retour sur cette soirée riche en émotion à la Rockhal.
Luxembourg Music Awards 2018: l'«Artiste de l’année», Edsun, rafle directement trois prix !
Scène musicale: Les droits d'auteurs en question
Les auteurs-compositeurs dont leurs œuvres musicales sont diffusées touchent des droits d'auteurs: la Sacem-Luxembourg défend leurs droits.  Quelle est la situation dans un marché complexe et diversifié. Musiciens, compositeurs et organisateurs de concerts témoignent.
Jusqu'à 6,41% des recettes nettes d'un concert peuvent être reversés comme droits d'auteurs aux auteurs-compositeurs.