Changer d'édition

Un jeune cinéma français plein de vitalité
Culture 1 4 min. 19.02.2015 Cet article est archivé
Cérémonie des Césars ce vendredi

Un jeune cinéma français plein de vitalité

Culture 1 4 min. 19.02.2015 Cet article est archivé
Cérémonie des Césars ce vendredi

Un jeune cinéma français plein de vitalité

Thomas Cailley pour "Les Combattants", Thomas Lilti pour "Hippocrate" ou Céline Sciamma pour "Bande de filles": les réalisateurs trentenaires sont bien représentés cette année aux César illustrant la bonne santé du jeune cinéma français.

(AFP) - En lice dans neuf catégories pour les prestigieuses récompenses du cinéma français qui seront décernées vendredi, "Les Combattants" de Thomas Cailley, histoire d'amour sur fond de stage commando, est le deuxième long métrage le plus nommé cette année aux César, derrière le "Saint Laurent" de Bertrand Bonello.

Très remarqué à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et déjà couronné par plusieurs prix, le premier film de ce cinéaste de 34 ans concourt notamment pour le César du meilleur film et du meilleur réalisateur.

Egalement largement représenté, "Hippocrate", récit d'un médecin débutant plongé dans le monde de l'hôpital, est nommé dans sept catégories, autant que le film "Yves Saint Laurent" de Jalil Lespert, autre opus sur le couturier français.

Ce deuxième film de Thomas Lilti, 38 ans, cinéaste au parcours atypique - il est également médecin généraliste - avait aussi été remarqué à Cannes, où il était sélectionné à la Semaine de la critique.

Ces deux productions ont connu un succès inattendu en salles cet automne, rassemblant près de 950.000 spectateurs pour "Hippocrate" et 400.000 pour "Les Combattants".

Leur nombre de nominations, aux côtés de films de cinéastes confirmés comme Abderrahmane Sissako ou Olivier Assayas, a cependant surpris, y compris les intéressés.

"C'est inouï", a commenté à l'AFP Thomas Cailley. "On ne s'attendait pas à avoir autant de nominations dans toutes les catégories un peu importantes", a indiqué de son côté Thomas Lilti.

"Sensibilité"

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Céline Sciamma, 36 ans, est aussi en lice pour le César du meilleur réalisateur avec "Bande de filles", fresque intime et frondeuse mettant en scène des adolescentes noires de banlieue, son troisième long métrage après les remarqués "Naissance des pieuvres" et "Tomboy".

Quant à "Party Girl" de Marie Amachoukeli, 35 ans, Claire Burger et Samuel Theis, tous deux 36 ans, portrait d'une entraîneuse de bar et de sa famille éclatée, auréolé de la prestigieuse Caméra d'or à Cannes, il concourt dans la catégorie meilleur premier film. Le Conseil régional de lorraine souhaite d'ailleurs bonne chance à l'équipe du film par le biais d'un communiqué envoyé ce jeudi matin.

Il y côtoie notamment "Fidelio, l'Odyssée d'Alice" de Lucie Borleteau, 34 ans, histoire d'une mécanicienne sur un vieux cargo.

Ces films singuliers vont d'un genre hybride mêlant fiction et documentaire pour "Party Girl" à un récit initiatique teinté de comédie romantique décalée et drôle pour "Les Combattants", témoignant d'une inventivité des jeunes auteurs français.

"Le cinéma français se renouvelle beaucoup au travers de premiers films", estime Elisabeth Tanner, agent artistique chez Artmedia, société qui représente 600 artistes, comédiens, réalisateurs ou scénaristes. "Aux Etats-Unis ou ailleurs, ils n'ont pas le quart du renouvellement que l'on a", ajoute-t-elle.

Thomas Cailley, Céline Sciamma et le trio de réalisateurs de "Party Girl" ont en commun d'avoir tous été formés à la Fémis, école de cinéma française longtemps réputée pour former des cinéastes intellectuels. Elle compte cette année 26 anciens étudiants parmi les nommés aux César contre huit l'an dernier.

Des films comme "Les Combattants" ou "Party Girl" ont "peut-être un point commun, c'est qu'ils sont beaucoup dans la sensibilité. Ce n'est pas du cinéma abstrait, ce n'est pas du cinéma qui copie le cinéma d'avant", renchérit le directeur général de la Fémis Marc Nicolas.

"Le jeune cinéma est en bonne santé", estime-t-il. "On a des générations nouvelles qui arrivent et sont prêtes à en découdre".


Sur le même sujet

Auteur de huit longs métrages, le réalisateur a consacré toute sa vie au cinéma. Alors qu'il s'apprêtait à tourner un nouveau film en septembre, ce dernier a trouvé la mort à La Rochelle à l'âge de 56 ans.
Pol Cruchten
Le long-métrage «Viendra le feu» d'Oliver Laxe ainsi que le film d'animation «Les hirondelles de Kaboul» et «Chambre 212» ont été annoncés en sélection officielle au 72ème Festival du cinéma international.
Le Magritte du meilleur acteur du cinéma belge revient au jeune acteur-danseur Victor Polster.
Best actor award winner Victor Polster poses during the 9th edition of the 'Magritte du Cinema' film awards ceremony in Brussels on February 2, 2019. - The awards are given to films made by Belgian French-speaking producers. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Succès pour le film franco-mauritanien
Sur huit nominations, "Timbuktu" a reçu sept prix, dont les prestigieux trophées du meilleur film et meilleur réalisateur. Face à cette déferlante, les autres films se sont partagé les prix restants.
Avec sept César sur huit nominations "Timbuktu" a réalisé un score inédit.
La 65e édition du festival du film de Berlin, réputé sensible aux sujets politiques, a couronné samedi le cinéaste iranien dissident Jafar Panahi, interdit de travailler dans son pays et de voyager à l'étranger, en décernant l'Ours d'or à son film "Taxi".