Changer d'édition

Tout pour la musique avec le «Sonotron»
Le grand studio d'enregistrement du rez-de-chaussée est équipé d'une scène, d'un studio son et d'un espace lounge.

Tout pour la musique avec le «Sonotron»

Photo: Lynn Theisen
Le grand studio d'enregistrement du rez-de-chaussée est équipé d'une scène, d'un studio son et d'un espace lounge.
Culture 3 min. 07.09.2018

Tout pour la musique avec le «Sonotron»

Thierry HICK
Thierry HICK
Le nouveau projet du centre 1535° de Differdange va être lancé prochainement...

Le bourgmestre de Differdange Roberto Traversini se prête au rêve: «Avec ce projet nous allons accueillir un temple de la musique.» L'idée du «Sonotron» a de quoi séduire tout musicien à la recherche d'un lieu de répétition.

«Notre travail consiste à mettre à disposition des lieux et des infrastructures. Aux personnes intéressées d'apporter le contenu et des idées»: Tania Brugnoni résume l'idée fédératrice du centre 1535° de Differdange, qu'elle dirige et où près de 500 personnes travaillent.

Avec le «Sonotron» il n'en sera pas autrement. Le bâtiment C, l'ancien «Kesselbetrib», est resté dans son jus. Une partie des installations a été transformée afin d'accueillir les toutes nouvelles infrastructures. Les installations de 1.000 m2 sont sur deux niveaux et se composent de neuf salles de répétition de tailles variables, d'un grand studio d'enregistrement (130 m2, équipé d'une scène, d'un studio son, un bureau, un coin lounge et une mezzanine) et d'un petit studio son.


La ville de Differdange a investi 1,5 million d'euros.
La ville de Differdange a investi 1,5 million d'euros.
Photo: Lynn Theisen

1,5 million d'euros

Le coût des travaux d'1,5 million d'euros est porté par la Ville de Differdange, qui estime le coût d'exploitation à 200.000 euros annuels. Une nouvelle convention – 50.000 euros par an – pour le «Sonotron» vient d'être conclue avec le ministère de la Culture – les autres activités du centre 1535° étant liées par des conventions avec le ministère de l'Economie.

Qu'ils soient musiciens confirmés ou tout simplement amateurs, l'accès aux salles de répétition leur sera garanti, promet Tania Brugnoni. «Notre but est de démocratiser l'accès à la musique.» Le «Sonotron» est ouvert aux personnes de tout âge, de tout niveau de formation musicale et à tous les genres de musique sans distinction. «La demande est énorme», insiste Roberto Traversini, qui s'appuie sur une pareille offre proposée par la maison des jeunes de Differdange.

A vol d'oiseau de la Rockhal

A vol d'oiseau du «Sonotron» se situent les salles de répétition et le Rocklab de la Rockhal. «Notre offre est complémentaire», note Tania Brugnoni. Le partenariat devra être encore affiné par la suite pour dépasser le stade actuel des bonnes intentions.

Sam Reinhard, le responsable du Rocklab de la Rockhal, balaye d'une main une éventuelle concurrence entre les deux offres. «Ce nouveau projet est profitable pour l'éco-système musical du pays. Notre offre, qui comporte un programme d'accompagnement, est totalement différente. Nous allons développer les échanges, par exemple au travers de nos ,Afterwork Sessions‘».

Chaque salle de répétition sera équipée d'une batterie, d'amplificateurs et d'une sonorisation.
Chaque salle de répétition sera équipée d'une batterie, d'amplificateurs et d'une sonorisation.
Photo: Lynn Theisen

Des locations à l'heure

Le «Sonotron» se distingue des autres infrastructures similaires par son mode de fonctionnement. Ici, pas de location de longue durée – comme c'est par exemple le cas à la Rockhal où les groupes peuvent rester plusieurs semaines en vue de préparer un nouvel album. A Differdange, la location des salles répondra au principe du «time sharing». Les musiciens pourront réserver les installations à l'heure, excluant des occupations à long terme, car les plages horaires prévues ne seront proposées que sur une période déterminée, renouvelables par la suite. Les salles et studios seront – en principe – accessible de 10 ou 11 heures jusqu'à 23 heures. Le coût horaire est estimé entre cinq et neuf euros l'heure. Tous ces détails techniques ne sont pas encore arrêtés. Tout comme la nomination de l'exploitant du studio son du rez-de-chaussée. Un appel à candidatures externes devra trouver l'exploitant idéal.

Le public pourra découvrir ces nouvelles installations (et les autres activités du centre) lors de la journée portes ouvertes au 1535° le 30 septembre, de 10 à 19 heures. Plus d'informations sur le site internet dédié.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.