Changer d'édition

Stéphane Bern joue son requiem pour un président
Culture 10 2 min. 04.10.2019

Stéphane Bern joue son requiem pour un président

Le cercueil de Jacques Chirac traverse ici la foule des dignitaires et officiels invités à ses obsèques.

Stéphane Bern joue son requiem pour un président

Le cercueil de Jacques Chirac traverse ici la foule des dignitaires et officiels invités à ses obsèques.
Photo: AFP
Culture 10 2 min. 04.10.2019

Stéphane Bern joue son requiem pour un président

Notre chroniqueur revient sur l'hommage populaire et officiel qui ont suivi la disparition de Jacques Chirac, cette semaine. Des honneurs venant rappeler combien la France aime, comme des monarques, ceux qui la dirigent au nom de la République.

Vu de Luxembourg, l’hommage solennel que la France vient de réserver à son ancien président de la République (1995-2007) Jacques Chirac a de quoi surprendre. Tous les édiles de la République laïque rassemblés sous les voûtes de l’église Saint-Sulpice de Paris semblaient se recueillir devant la dépouille mortelle d’un ancien monarque.

Pourtant, il s'agissait bien là d'un élu au suffrage universel, un homme qui aimait la France et que les Français aimaient, un chef d’État obsédé par l’idée de rassembler la nation désunie. Mieux, le président Chirac aura d’abord reçu l’hommage populaire d’une foule innombrable venue s’incliner devant son cercueil dans ce lieu historique symbolique que sont les Invalides – fondé par Louis XIV et où repose Napoléon Ier – dans un dernier élan de communion nationale.


«C'était mon ami et l'ami du Luxembourg»
De Jacques Chirac, qu'elle a connu publiquement et en privé, Lydie Polfer, bourgmestre de Luxembourg et ancienne ministre des Affaires étrangères, gardera le souvenir d'un «grand homme qui respirait la chaleur humaine avec un respect profond pour l'autre». Elle raconte.

Et le lendemain, il recevait l’onction de doubles funérailles. Privées et familiales à Saint-Louis des Invalides, puis nationales à Saint-Sulpice. Et cela comme pour illustrer la théorie d’Ernst Kantorowicz, dans Les Deux Corps du roi : d’un côté, un hommage institutionnel est rendu au titulaire du rôle, de l’autre un adieu personnel à l’homme. 

Deux messes qui inaugurent dès 1970, à la mort du Général de Gaulle, un cérémonial devenant la règle pour les présidents de la Ve République. Ce fut ainsi déjà le cas pour le chef de la France libre, pour lequel le 12 novembre 1970 se déplacèrent 80 chefs d’État étrangers, dont le président des États-Unis, Richard Nixon, et le chah d’Iran.

Jacques Chirac aura également réuni un aréopage de dirigeants du monde dans un ultime sacre par ses pairs. Du président russe Vladimir Poutine à l’ancien président américain Bill Clinton, de nos Grands-Ducs de Luxembourg au prince Albert II de Monaco, des présidents africains à l’Émir du Qatar, les princes de Danemark, le comte de Wessex représentant sa mère la reine Elizabeth II… sans oublier les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande aux côtés du doyen Valéry Giscard d’Estaing, dans un tableau de famille internationale destiné à frapper les imaginations. 

Cette image en dit long de la France qui cherche, derrière ses vieux symboles, à retrouver son unité perdue. «Le roi Chirac est mort, vive le roi !» écrit l’Académicien Marc Lambron dans le Journal du Dimanche

Par un rituel plein de sacralité, présidé par le président de la République et son épouse Brigitte Macron, le pays se rassemble et prend de la hauteur. Cette verticalité du pouvoir témoigne de l’ambivalence des institutions françaises. Comme si le pays gardait une sorte de nostalgie monarchique inavouable, un reste de culpabilité depuis le régicide.


(FILES) In this file photo taken on May 10, 2006 French President Jacques Chirac attends a ceremony commemorating, for the first time in France, the abolition of slavery more than 150 years ago, which marked the formal end of a practice it has since branded a crime against humanity, in the Luxembourg Gardens in the centre of Paris. - Former French President Jacques Chirac has died at the age of 86, it was announced on September 26, 2019. (Photo by PATRICK KOVARIK / AFP)
Jacques Chirac meurt à l’âge de 86 ans
Le 22e président de la République française est mort ce jeudi. «Le président Jacques Chirac s'est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement», a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Les funérailles de Jacques Chirac attestent, s’il était besoin, que la France est une république monarchique… quand les monarchies d’Europe ont, elles, une pratique démocratique très républicaine. Le président portugais Mario Soares avait tout compris en affirmant : «Un bon président est un président qui se comporte comme un roi».

Jusqu'au Japon, dans les travées de la Coupe du monde du rugby, les Français ont voulu témoigner leur sympathie au président Chirac.
Jusqu'au Japon, dans les travées de la Coupe du monde du rugby, les Français ont voulu témoigner leur sympathie au président Chirac.
Photo: AFP



Sur le même sujet

L'immense hommage populaire à Jacques Chirac
Deuil national, messe à Saint-Sulpice et inhumation dans la stricte intimité: la France fait ses adieux ce lundi à Jacques Chirac auquel des milliers de personnes ont rendu hommage aux Invalides tout ce week-end.
Plus de 7.000 personnes sont venues rendre hommage à l'ancien président de la République française ce dimanche.
Stéphane Bern d'humeur critique
Notre chroniqueur revient sur l'initiative du prince Harry d'Angleterre en faveur de déplacements plus «verts». Sauf que son altesse va maintenant devoir se montrer plus rigoureuse dans ses propres voyages, et ce n'est pas gagné...
TOPSHOTS
Britain's Prince Harry shows children a photograph he has taken on a camera during a visit to a herd boy night school constructed by Sentebale in Mokhotlong, Lesotho, on December 8, 2014. Prince Harry was visiting Lesotho to see the work of his charity Sentebale. Sentebale provides healthcare and education to vulnerable children in Lesotho, southern Africa. AFP PHOTO / POOL / CHRIS JACKSON
La chronique de Stéphane Bern : Mona Lisa superstar
Notre chroniqueur revient cette semaine sur la folie qui entoure le tableau le plus célèbre du Louvre. Il est vrai que la Joconde attire les visiteurs qui se muent, rapidement, en acheteurs. De Vinci fait la fortune du musée même.
A défaut de pouvoir l'approcher, les visiteurs repartent avec une foule de gadgets à l'image de la belle Mona Lisa.
La chronique de Stéphane Bern: billets verts transparents
Notre chroniqueur revient cette semaine sur la polémique du mécénat industriel qui aide le monde culturel à boucler ses budgets. La question de la provenance de ces fonds fait souffler un vent d'éthique dans les grands musées, le Louvre en tête.
The Louvre pyramid in front of the Louvre museum in Paris is seen through soap bubbles on July 19, 2019. (Photo by ALAIN JOCARD / AFP)