Changer d'édition

Shelomo Selinger, le sculpteur de lumière
Shelomo Selinger: «Le granit c'est une matière exceptionnelle. Elle prend la lumière d'une manière fantastique».

Shelomo Selinger, le sculpteur de lumière

Photo: Francis Verquin
Shelomo Selinger: «Le granit c'est une matière exceptionnelle. Elle prend la lumière d'une manière fantastique».
Culture 7 2 3 min. 16.06.2018

Shelomo Selinger, le sculpteur de lumière

Une petite oasis dans l'arrière-cour d'un immeuble de la rue Letellier à Paris. C'est là que nous avons rencontré Shelomo Selinger, 90 ans. Le sculpteur et dessinateur franco-israélien a créé le monument à la mémoire des victimes de la Shoah mis en place cette semaine derrière la cathédrale de Luxembourg et qui sera officiellement inauguré ce dimanche. Rencontre.

De Marc Thill (Traduction: Maurice Fick)

«Entrez dans mon petit chez moi idyllique», invite Shelomo Selinger en ouvrant la porte. «Désolé pour le temps, je n'y peux rien», dit-il en souriant, alors qu'il pleut dans le ciel gris au-dessus de Paris. Les gouttes roulent le long des bustes et donnent une clarté inattendue aux statues. «J'aime le granit, car il reflète mieux la lumière que le marbre», explique le sculpteur avec un froncement de sourcils. 

Shelomo Selinger a sculpté de ses mains dans un granit «Rose de la Clarté», l'imposant monument à la mémoire des victimes de la Shoah qui sera officiellement inauguré ce dimanche 17 juin 2018 en présence du couple grand-ducal et du Premier ministre, au boulevard Roosevelt, sur la place entre la cathédrale Notre-Dame et l'ancien Couvent Ste Sophie à Luxembourg.

«Le granit c'est une matière exceptionnelle. Elle prend la lumière d'une manière fantastique qu'elle fait rejaillir avec une grande générosité hors de sa matière. Cette pierre qui est tellement dure, elle contraste de façon extraordinaire avec la fragilité de l'eau. Peut-être que je m'attache à cette pierre pour y puiser sa puissance, dans mon existence d'être fragile», explique Shelomo Selinger:



Claude Marx. Président du Consistoire israélite de Luxembourg. Photo: Guy Wolff
«Il y a eu une sorte d'omertà au Luxembourg»
Installé cette semaine près de la cathédrale de Luxembourg, le monument à la mémoire des victimes de la Shoah sculpté par le sculpteur et dessinateur franco-israélien, Shelomo Selinger, sera officiellement inauguré ce dimanche en présence du couple grand-ducal. Claude Marx, ancien président du Consistoire israélite de Luxembourg, explique pourquoi l'endroit du monument a failli finir en «casus belli».

Lors de la libération du camp de concentration de Theresienstadt, un médecin militaire juif de l'Armée rouge le trouve enterré, sous les morts. Il repère une faible respiration, l'emmène dans un hôpital de campagne et lui sauve la vie. Pendant sept ans, Shelomo Selinger souffrira d'amnésie, se souvenant à peine de son martyre.

Aujourd'hui, il a 90 ans. Il y a deux ans, il a commencé à sculpter le monument à la mémoire des victimes de la Shoah pour le Luxembourg.

Au départ, il avait songé s'inspirer d'une sculpture en bronze qu'il nous montre en l'attrapant sur une étagère. C'est la statue de bronze que Selinger avait présentée à l'Association luxembourgeoise du souvenir de l'Holocauste il y a plus de deux ans, MemoShoah. C'est une copie du travail que les déportés français avaient offert à Simone Veil en 2008 lors de sa nomination à l'Académie française. Mais ça ne s'est finalement pas passé comme ça.

Simone Veil est une survivante de l'Holocauste, comme Shelomo Selinger.

Shelomo Selinger est le créateur de nombre de sculptures en mémoire de la Shoah. Officier de la Légion d'honneur, ses œuvres se trouvent au camp de Drancy, au nord-est de Paris, son «Monument aux justes parmi les Nations» est érigée à Yad Vashem, son «Requiem pour les Juifs d'Allemagne» est debout à Bosen en Allemagne, une autre de ses oeuvres  se trouve au Mont Carmel à Haïfa.

Le monument luxembourgeois, une colonne de plus de quatre mètres de haut, d'où émergent des flammes et des têtes, a été sculpté dans une pierre de granit rougeâtre, du «Rose de la Clarté», c'est son nom officiel. L’œuvre est née à Perros-Guirec sur la côte bretonne. C'est là que se trouve la carrière de granit.

«La sculpture est aussi pour moi mon chemin de la liberté. La liberté n'est pas une chose acquise une fois pour toutes mais c'est une démarche. C'est comme des prisonniers qui creusent un tunnel pour aller vers la lumière. Ils sont uniquement libres quand ils creusent. Ni avant, ni après. L'action de creuser c'est la liberté. Et moi, tous les jours je creuse», explique Shelomo Seligner en souriant.

Son œuvre monumentale a été érigée nuitamment cette semaine le long du boulevard Roosevelt à Luxembourg:



Sur le même sujet

«Il y a eu une sorte d'omertà au Luxembourg»
Installé cette semaine près de la cathédrale de Luxembourg, le monument à la mémoire des victimes de la Shoah sculpté par le sculpteur et dessinateur franco-israélien, Shelomo Selinger, sera officiellement inauguré ce dimanche en présence du couple grand-ducal. Claude Marx, ancien président du Consistoire israélite de Luxembourg, explique pourquoi l'endroit du monument a failli finir en «casus belli».
Claude Marx. Président du Consistoire israélite de Luxembourg. Photo: Guy Wolff