Changer d'édition

Santé: Fumer sans s'intoxiquer, c'est possible ?
Culture 3 min. 09.05.2017 Cet article est archivé

Santé: Fumer sans s'intoxiquer, c'est possible ?

Santé: Fumer sans s'intoxiquer, c'est possible ?

Culture 3 min. 09.05.2017 Cet article est archivé

Santé: Fumer sans s'intoxiquer, c'est possible ?

Consommer du tabac de manière non nocive ? Un rêve pour tous les fumeurs. De récents appareils à tabac dit "chauffé" prétendent y parvenir, mais l'histoire est trop belle pour être vraie.

(JV avec AFP) - Consommer du tabac de manière non nocive ? Un rêve pour tous les fumeurs. Philip Morris lance en France un appareil à base de tabac «chauffé», présenté par le fabricant comme «potentiellement moins nocif» que la cigarette.

Mais l'histoire est trop belle pour être vraie: les spécialistes rappellent que tout produit contenant du tabac demeure inévitablement «toxique» et «addictif».

Contrairement aux cigarettes électroniques, qui fonctionnent avec un liquide qui peut renfermer de la nicotine, ces produits "sans fumée" contiennent bien du tabac. Mais ce dernier est chauffé (jusqu'à environ 300°, selon les dispositifs), générant une «vapeur de tabac», sans atteindre la température de combustion (environ 850°).

Les cigarettiers investissent dans les produits sans fumée

Japan Tobacco International (JTI) a lancé la Ploom, un appareil en forme de stylo qui chauffe de petites capsules de tabac à usage unique, commercialisé en France depuis 2014.

British American Tobacco (BAT) teste depuis décembre 2016 au Japon et depuis avril en Suisse une «chaufferette» rectangulaire baptisée Glo, dans laquelle on insère des bâtonnets de tabac.

La cigarette électronique, autre tentative pour rendre la consommation de fumée moins nocive, ne contient pas de tabac; seulement un liquide plus ou moins enrichi en nicotine.
La cigarette électronique, autre tentative pour rendre la consommation de fumée moins nocive, ne contient pas de tabac; seulement un liquide plus ou moins enrichi en nicotine.
Wikimedia Commons

Le groupe le plus avancé sur ce nouveau marché est Philip Morris, présent dans 20 pays - dont le Japon, le Royaume-Uni et la Suisse - avec IQOS, là aussi une sorte de stylo, comportant des recharges en forme de cigarettes et une «lame chauffante contrôlée électroniquement», a expliqué à l'AFP Tommaso Di Giovanni, directeur de la communication pour les «produits sans fumée».

Avec IQOS, «il y a moins d'odeur, pas de cendres, pas de fumée», avance-t-il. Le produit aurait un «fort potentiel d'être significativement moins nocif par rapport à une cigarette conventionnelle», car l'utilisateur n'est pas exposé aux produits toxiques de la fumée de cigarette, qui se forment lors de la combustion.

La Glo, quant à elle, produirait «90% à 95% moins de substances toxiques qu'une cigarette conventionnelle», a aussi déclaré à l'AFP Eric Sensi-Minautier, directeur des affaires publiques de BAT France, à partir de tests en laboratoire.


"Il faut être extrêmement prudent", selon un pneumologue

«Tout ça est absolument non avéré», avertit Albert Hirsch, professeur de pneumologie, car il n'y a pas encore d'études indépendantes et on n'a pas un recul suffisant sur ces produits.

«L'industrie du tabac nous a déjà fait le coup il y a 40 ans, avec le filtre, puis les cigarettes légères, et on s'est aperçu qu'il y avait des risques majeurs, donc il faut être extrêmement prudent», renchérit Yves Martinet, également pneumologue et ancien président de l'Alliance contre le tabac (ACT).

«La nouvelle Directive européenne sur les produits du tabac stipule qu'il est interdit aux industriels du tabac de prétendre qu'un de leurs produits est moins dangereux qu'un autre dans la mesure où la consommation de tabac tue quelle que soit sa forme», rappelle l'ACT.

Un produit "fait pour créer de la dépendance"

«Il est possible que ça soit moins toxique, mais qu'on se fasse tuer par un pistolet 22 long rifle ou par une kalachnikov, dans les deux cas, on est mort», résume le Pr Bertrand Dautzenberg, spécialiste de la lutte contre le tabac. Même s'il y a «beaucoup moins de monoxyde de carbone dans l'air expiré qu'avec les cigarettes», il y en a quand même un peu, souligne-t-il.

De plus, certaines substances cancérigènes, les nitrosamines, sont naturellement présentes dans le tabac, même sans qu'il soit brûlé.

Enfin, ce produit est «fait pour créer de la dépendance», estime le Pr Dautzenberg. En effet, «une fois allumé, on doit prendre les 10 à 15 bouffées en cinq minutes» - contrairement à une cigarette électronique.

Cela entraîne des «pics de nicotine», phénomène qui augmente le nombre de récepteurs de la nicotine et «entretient la dépendance», explique-t-il.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'e-cigarette garde un arrière-goût nocif
Le gouvernement américain veut interdire l’utilisation d’arômes dans les cigarettes électroniques. Au Grand-Duché, pareille mesure ne figure pas à l'ordre du jour. Mais le Luxembourg reste vigilant sur la toxicité de la «vapoteuse».
(FILES) In this file photo taken on October 02, 2018 a man exhales smoke from an electronic cigarette in Washington, DC. - British American Tobacco on September 12, 2019 said it planned to cut 2,300 jobs globally by January as its new boss seeks to drive revenues in controversial e-cigarettes. (Photo by EVA HAMBACH / AFP)
Les mastodontes du tabac changent de stratégie
Deux des plus grands cigarettiers mondiaux, Philip Morris International et Altria, sont en pourparlers pour refusionner. Le projet consiste à trouver, ensemble, les moyens de compenser l'inexorable chute des ventes de cigarettes.
(FILES) In this file photo taken on January 19, 2006, a woman holds a cigarette during the grand opening of the new Marshall McGearty Tobacco Lounge in Chicago, Ilinois. - Tobacco maker Philip Morris International announced on August 27, 2019, it was looking into teaming up again with its former parent company, the Altria Group. A merger could help the two companies confront declining cigarette sales and diversify in a consumer market shifting toward newer e-cigarettes and other non-traditional products. (Photo by JEFF HAYNES / AFP)