Changer d'édition

Nouveau scandale autour de Facebook et des données des utilisateurs
Culture 2 min. 19.12.2018 Cet article est archivé

Nouveau scandale autour de Facebook et des données des utilisateurs

Nouveau scandale autour de Facebook et des données des utilisateurs

Photo: Christophe Gateau/dpa
Culture 2 min. 19.12.2018 Cet article est archivé

Nouveau scandale autour de Facebook et des données des utilisateurs

Facebook s'efforçait mercredi de minimiser la portée des nouvelles accusations dont il fait l'objet après une enquête du New York Times révélant que le réseau social a partagé les données de ses utilisateurs au bénéfice de géants du Web comme Amazon, Spotify, Microsoft et Netflix.

AFP - «Pendant des années, Facebook a donné à certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde un accès plus intrusif qu'il ne l'a admis aux données personnelles des utilisateurs, ce qui a eu pour effet d'exempter ces partenaires commerciaux de ses règles de confidentialité», écrit le quotidien américain, sur la foi de documents internes et de témoignages anonymes d'anciens employés.

Facebook affirme cependant que ses utilisateurs avaient dû au préalable explicitement donner leur accord. Selon le quotidien, Facebook aurait communiqué à quelque 150 entreprises des données privées telles que messagerie privée, nom des amis de leurs clients ou certaines de leurs publications.

Ces révélations ont de quoi embarrasser Facebook, englué dans de multiples scandales en raison de failles dans la protection des données de ses utilisateurs. Le responsable du développement des programmes et des partenariats de Facebook, Konstantinos Papamiltiadis, a évoqué dans un blog mercredi «l'intégration de partenaires» permettant «des expériences sociales telles que des recommandations d'amis sur Facebook ou autres applications populaires».

Pour les fameux partenaires de Facebook, ces contrats permettaient de récupérer des données sur les internautes pour scruter un peu plus leurs habitudes, pour, assurent-ils, proposer des services adaptés à leurs centres d'intérêt. M. Papamiltiadis assure qu'«aucun de ces partenariats ou fonctionnalités n'a donné à ces entreprises accès à des informations sans le consentement des personnes, ni enfreint notre accord de 2012 avec la FTC», c'est-à-dire enfreint le document signé avec la Federal Trade Commission, l'autorité américaine de la concurrence, qui a pour but de surveiller la manière dont le réseau social suit et partage les données de ses utilisateurs.

Pourtant, le New York Times assure que Facebook a notamment autorisé le moteur de recherche Bing (Microsoft) à voir les noms des amis de ses utilisateurs sans l'accord de ces derniers. Le journal affirme aussi que Netflix et Spotify ont pu lire des messages privés.

Selon cette enquête, Amazon a de son côté pu obtenir des noms et des contacts via des amis, et Yahoo a pu visionner les données publiées sur les pages Facebook. Selon le NYT, les accords passés en 2010 avec les partenaires seraient restés actifs jusqu'à la fin 2017 et pour certains jusqu'au début 2018.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le réseau social a été condamné, ce mercredi, pour avoir trompé ses utilisateurs sur le traitement des données personnelles collectées. Il devra s'acquitter de la somme la plus importante jamais imposée pour violation de la vie privée.
L'amende infligée n'affectera pas la bonne santé financière de Facebook, mais attaque son image. S regulators are expected to unveil July 24, 2019, a settlement with Facebook -- a reported $5 billion fine that might be the least painful part of the agreement for the social network. (Photo by JOSH EDELSON / AFP)
Nouvelle bévue pour Facebook, qui a indiqué jeudi avoir rendu publics des messages postés par 14 millions d'utilisateurs pendant quatre jours pendant le mois de mai. Le réseau social multiplie les controverses sur l'utilisation des données de ses membres, notamment depuis l'affaire Cambridge Analytica en mars dernier.
Facebook peut rapidement devenir votre pire ennemi
Une organisation espagnole de consommateurs a annoncé mercredi qu'elle allait déposer une plainte collective contre le réseau social Facebook, accusé d'avoir exploité illégalement les données personnelles des usagers, et réclamer «au moins 200 euros» de compensation par utilisateur.
Des Luxembourgeois sont-ils concernés par la transmission de données par Facebook à Cambridge Analytica? Si c'était le cas, les plaintes à la Commission nationale de protection des données iraient... en Irlande, explique le Premier ministre et ministre des Communications, Xavier Bettel.
ILLUSTRATION - 25.03.2018, Großbritannien, London: Das Logo von Facebook ist auf dem Display eines Smartphones zu sehen. (zu dpa "Facebook entschuldigt sich in Zeitungsanzeige für Vertrauensbruch" vom 27.03.2018) Foto: Dominic Lipinski/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++