Changer d'édition

Morbius, un divertissement accessible
Culture 1 3 min. 03.04.2022
Au cinéma

Morbius, un divertissement accessible

En faisant fi des attentes induites par sa sortie retardée de deux ans, Morbius reste un film qui remplit sa mission de divertissement.
Au cinéma

Morbius, un divertissement accessible

En faisant fi des attentes induites par sa sortie retardée de deux ans, Morbius reste un film qui remplit sa mission de divertissement.
Photo: Megane Kambala
Culture 1 3 min. 03.04.2022
Au cinéma

Morbius, un divertissement accessible

Megane KAMBALA
Megane KAMBALA
Annoncé parmi les 10 films à voir cette année par la rédaction, découvrez notre avis sur le dernier rôle incarné par Jared Leto, Morbius.

Avec sa sortie repoussée de deux ans en raison de la pandémie de covid-19, le film avait intrigué par ses bandes-annonces, notamment en laissant planer la présence du Vautour de Michael Keaton, renforçant le côté super-vilain de la production.

Sans cherchez à vous en dire plus, sachez que si apparition il y a, elle est loin d’être centrale et exploitée dans l’intrigue, même si l’ennemi juré des deux personnages, Spider-man, est annoncé pour la suite logique des opérations.

Pour rappel, le pitch est le suivant: atteint d'une rare maladie du sang, le biochimiste Michael Morbius tente envers et contre tous de trouver un remède pour échapper à sa condition. Il est déterminé à sauver par la même occasion les nombreuses victimes de cette pathologie. Cela le conduira à faire un voyage à la découverte d'une solution radicale, qui bien qu'efficace au premier abord, se révèlera être un cauchemar.


Les 10 films les plus attendus pour 2022
Que la situation sanitaire le permette ou non, ce qui est absolument certain, c’est que l’année 2022 réserve sur le papier un joli florilège de films à voir sur grand écran. Cap sur une sélection de dix d’entre eux.

Cela étant posé, on ne peut pas franchement parler d’un futur succès commercial, même si «Venom», pas mal égratigné par la critique avait finalement réalisé de plus belles audiences qu’annoncé.

Sur la forme, on peut se réjouir de retrouver Jared Leto dans la peau d’un antihéros sur un laps de temps bien plus long que lorsqu’il a revêtu le costume du Joker dans Suicide Squad. Que le personnage principal s’apparente à un vampire suceur de sang renforce également le côté immortel conféré à l’acteur, sur qui le temps ne semble pas vraiment avoir de prise. On peut également saluer la performance de caméléon de Leto, qui passe de malingre à très en forme pour les besoins du rôle.

Des séquences d’actions convenues

Sur le fond, le bât blesse un peu plus: le scénario manque à bien des égards de substance et de profondeur pour bien poser et expliquer tous les aspects de la transformation du personnage et de la quête initiale qui le conduit à cet état. La bande-son du film n’a rien de bien marquant non plus et l’antagoniste principal est très rapidement repérable. L’ensemble conduit à un résultat assez plat, manquant de suspense et où les scènes d’action, bien que réussies, sont assez convenues.

Un rendez-vous manqué avec le multivers de Marvel

Toutefois, il faut bien admettre que l’attente forcée de deux ans et les sorties précédentes de la franchise telles que «Spider-Man: No Way Home», qui a cartonné au box-office, n’aident certainement pas à relativiser le résultat final, sachant qu’avec les possibilités offertes par les nombreux crossover que permet l’introduction du multivers, on s’attendait finalement à mieux.

Un spin-off qui existe toutefois pour lui-même

Finalement, s’il fallait en retirer une chose utile, c’est le fait qu’en bout de piste, le film est largement accessible à toute personne qui de prime abord ne connait pas l’univers Marvel. Tout à fait à l’opposé de superproductions du genre comme «Avengers: Endgame», qui nécessite au départ d’être à jour sur l’ensemble des intrigues propres à chaque héros pour tout assimiler et apprécier le film.

On aurait aussi pu concevoir le film plus sanglant et gore, mais le côté assez lissé des scènes permet de le faire passer en catégorie +12, confirmant la volonté d’accessibilité des producteurs pour ratisser une audience large dans les salles obscures. Le temps nous dira si les résultats sont au rendez-vous…

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.