Changer d'édition

Moonlight in the Desert tutoie les étoiles
Lors du Festival "On Stéitsch" 2010, au CarréRotondes

Moonlight in the Desert tutoie les étoiles

Photo: Daniel Clarens
Lors du Festival "On Stéitsch" 2010, au CarréRotondes
Culture 4 min. 14.03.2012

Moonlight in the Desert tutoie les étoiles

Le 30 juillet dernier, le groupe rock Moonlight in the Desert, formé par Enzo Guitti, artiste italien vivant au Luxembourg, s'est vu décerner le Popmeup Live en Italie, à Mariano Comense. Rencontre avec le frontman, actuellement en pleine répétition avec son groupe.

Avant de se lancer vaillamment dans la production d'un album et monter sur scène, Enzo Guitti fréquentait déjà assidûment le monde de la scène artistique. Ceux qui apprécient de prendre un café sous la tonnelle du MUDAM Café feront sans plus tarder le lien entre le musicien et le cafetier du musée. Car le frontman du groupe Moonlight in the Desert n'est autre que le sympathique garçon de café aux jolies taches de rousseur et lunettes cernées qui y sert, avec un délicieux accent italien, le meilleur capuccino de la capitale!

Mais depuis qu'il est devenu papa l'année dernière, on ne trouvera Enzo derrière le comptoir du musée qu'à des plages horaires bien précises (lors du set musical du "Wednesday at Mudam", et le week-end) puisqu'il a opté pour un congé parental. Un "détachement" temporaire qui lui permet de combiner ses plus grandes amours: la famille et la musique.

Enzo fut choriste avant de devenir guitariste

"Cela fait depuis l'âge de dix ans que je joue de la guitare; je prenais des cours dans un conservatoire en Italie. Mais avant ça, gamin, j'étais choriste. J'aimais ça, j'avais une voix haut perchée, mais très vite j'ai abandonné la chorale car mes petits copains se moquaient de ma voix jugée trop féminine...", nous confie-t-il. Mais cela ne l'a pas empêché de croire en son coffre et d'y revenir, une fois adulte. "J'ai repris plus tard des cours de chant et toute occasion est bonne pour faire des vocalises, plus particulièrement quand je suis derrière le volant de ma voiture."

C'est en 2006, à la suite de rencontres fructueuses et d'un travail sur lui, qu'il laisse libre cours à sa créativité, écrit et compose une musique pop rock très mélodique, et enfin monte le groupe Moonlight in the Desert composé de Rocco Mercurio (guitare), Dorothée Parisot (bass) et Max Klein (batterie).

Un clip 100% fait maison

La chanson "Peace will be" donnera le titre à l'album autoproduit en 2010. Après une première release party au MUDAM et un concert au Melusina, il part en tournée en Italie où il se produit dans des lieux très divers. S'ensuit une participation en octobre 2010 au festival "On Stéitsch" au CarréRotondes puis l'année suivante au festival "Rock um Knuedler".

Entre-temps, après avoir bricolé lui-même une vidéo du titre "Here there and Everywhere" - quelques séquences filmées devant un rideau pourpre ont par exemple été simplement tournées dans sa chambre -, il s'inscrit à un concours de clip vidéo en Italie. Très vite il est sélectionné, retenu en demi-finale puis en finale. En juillet, c'est l'emballement: il est acclamé à Mariano Comense, près de Milan.

«Here There and Everywhere» bientôt sur la compilation Popmeup

Lors du concours "Popmeup Live" en Italie, à Mariano Comense, le groupe Moonlight finit donc par tutoyer les étoiles en remportant le 30 juillet 2011 la finale. Le groupe luxembourgeois a été récompensé pour son tube et sa vidéo «Here There & Everywhere» extrait de l'album «Peace will be» avec un prix de 5.000 euros, la diffusion sur Radio Number One, une grande radio du nord de l’Italie, ainsi que l'intégration de ce même morceau sur la compilation Popmeup Compilation.

Un son résolument radiophonique

Près d'un millier de groupes avaient participé à ce concours. Lors de la remise du prix, Enzo Guitti a déclaré: «La confiance en ce que je fais me permet de réaliser mes rêves, tout en restant fidèle à moi-même et en gardant les pieds sur terre.»

La musique de Moonlight in the Desert a un son pop rock teinté d'accents soul, inspiré par des artistes comme Sam Cook, Marvin Gay ou encore Pearl Jam, Gavin DeGraw, Stereophonics. Si les textes de l'album sont un tantinet ingénus et l'ensemble guère contrasté musicalement, force est de reconnaître que Enzo Guitti a un sens aigu du son radiophonique actuel: c'est efficace et accrocheur.

Actuellement, il répète le répertoire de cet album toutes les semaines à la Rockhal avec son groupe et le nouveau bassiste. "C'est fantastique: on a déjà trouvé la bonne articulation au sein du groupe. C'est comme si on avait joué ensemble depuis toujours...", s'enflamme-t-il. "J'aimerais beaucoup qu'on devienne le premier groupe du Luxembourg à décoller vraiment sur la scène musicale internationale afin d'ouvrir les portes à d'autres groupes."