Changer d'édition

«Mona Lisa ou environnement, c'est un peu un chantage»
Culture 3 min. 10.11.2022
«Attaques de soupe» sur des tableaux

«Mona Lisa ou environnement, c'est un peu un chantage»

Des activistes les mains collées au mur sous les "Tournesols" de Vincent van Gogh après avoir jeté de la soupe à la tomate sur le tableau à la National Gallery à Londres.
«Attaques de soupe» sur des tableaux

«Mona Lisa ou environnement, c'est un peu un chantage»

Des activistes les mains collées au mur sous les "Tournesols" de Vincent van Gogh après avoir jeté de la soupe à la tomate sur le tableau à la National Gallery à Londres.
Photo: AFP
Culture 3 min. 10.11.2022
«Attaques de soupe» sur des tableaux

«Mona Lisa ou environnement, c'est un peu un chantage»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Plusieurs musées européens ont été victimes d'actions de militants écologistes s'en prenant à des oeuvres d'art. Le musée de la Villa Vauban prévoit-il de renforcer sa sécurité dans ce contexte?

Tarte à la crème jetée sur «La Joconde», des tableaux de van Gogh aspergés de soupe à la National Gallery de Londres et au palais Bonaparte à Rome. Les actions de militants écologistes se multiplient ces dernières semaines dans des musées à travers le monde.


Un autre van Gogh aspergé de soupe à Rome
Des militants écologistes ont aspergé vendredi à Rome de la soupe sur un van Gogh protégé par une vitre pour attirer l'attention sur le changement climatique, une action aussitôt condamnée comme un «acte ignoble» par le ministre de la Culture.

Ce mercredi encore, des manifestants s’en sont pris à l'une des œuvres célèbres «Campbell's Soup» d'Andy Warhol exposée en Australie en collant leur main dessus. Les deux activistes ont également dessiné des graffitis sur les protections des différentes toiles qui composent l'œuvre, sans l'abîmer, a fait savoir la Galerie nationale d'Australie à Canberra.

La Villa Vauban va-t-elle renforcer sa sécurité?

Ces multiples actions inquiètent-elles la Villa Vauban au Luxembourg? «Non, nous ne sommes pas extrêmement nerveux par rapport à ça», répond Boris Fuge en charge du service communication. Il fait remarquer que le musée respecte plusieurs normes de sécurité standard internationales, notamment une alarme si quelqu'un s'approche à moins de 20 centimètres d'un tableau et des gardiens qui surveillent les œuvres.


Traffic autoroute polution, Luxembourg, le 18 Juillet 2017. Photo: Chris Karaba
Êtes-vous prêts à rouler moins vite pour sauver le climat?
Dans ses propositions, le Klimabiergerrot plaide pour une réduction de la vitesse sur l'autoroute. Une idée qui séduit de nombreux automobilistes en France selon une récente étude.

Le musée envisage-t-il de renforcer son dispositif de sécurité dans le contexte actuel? Selon Boris Fuge, cela ne s'avère pas nécessaire: «Contrairement à d'autres musées à Londres ou au Louvre à Paris, nous accueillons moins de visiteurs, c'est donc plus facile d'avoir une vue d'ensemble pour la surveillance. Ces activistes cherchent d'ailleurs surtout des toiles avec une renommée internationale et nous n'en avons pas. Nous ne prévoyons donc pas de gardiens supplémentaires».

Le responsable de la communication de la Villa Vauban rappelle également que le musée dispose d'une caméra de vidéosurveillance. Ce dispositif permet d'alerter rapidement les gardiens en cas de comportements suspects. «Si nous recevons des œuvres célèbres se posera peut-être la question de les protéger avec une vitre», précise l'intéressé.

C'est un peu un chantage, ils font des oppositions qui n'ont pas de lien.

Boris Fuge, responsable de la communication de la Villa Vauban

«Utiliser le rayonnement des œuvres pour mener ces actions me paraît être contre-productif. Beaucoup de personnes sensibles à la cause climatique ne sont pas enthousiasmées par ces actes. Ils peuvent même juger cela ridicule. Les manifestants nuisent ainsi peut-être davantage à leur message», estime Boris Fuge.

Dans leur message justement, ces activistes écologistes disent regretter que l'opinion publique se préoccupe davantage du sort des toiles aspergées de soupe au lieu de l'avenir de la planète. «Sacrifier la culture ne fait rien avancer. C'est un peu un chantage, ils opposent des choses qui n'ont pas de lien. S'ils demandent ce qui est plus important entre Mona Lisa et l'environnement, c'est bien sûr l'environnement. Mais l'un n'a rien à voir avec l'autre», considère Boris Fuge.

Un homme avait entarté la Joconde fin mai en appelant les gens à «penser à la planète».
Un homme avait entarté la Joconde fin mai en appelant les gens à «penser à la planète».
Photo: Capture Twitter

Un geste de «désespoir»?

Pour Raymond Aendekerk, directeur de Greenpeace Luxembourg, ces actions illustrent le «désespoir de la jeunesse». Soutient-il ces ''attaques à la soupe'' dans les musées? «Les actions qui ne provoquent pas de dommages aux personnes et aux matériels sont un bon moyen pour dire que quelque chose ne va pas dans notre société. Les jeunes ont cette approche de le faire avec force pour que cela choque. On peut critiquer cela et je ne veux pas non plus qu'on endommage de l'art, ça c'est clair. Mais nous devons aussi voir comment arrêter la politique actuelle détruisant la planète. Je peux comprendre les personnes en détresse voyant leur futur comme une catastrophe.»


Stade de Luxembourg beleuchtet in den Landesfarben, STadion, Stadionfoto,Stadionbild mit dem Wasserturm links in rot-weiss-blau
/ Fussball, UEFA WM-Qualifikation 2022, Saison 2020-2021, Gruppe A, European Qualifiers / 14.11.2021 /
Luxemburg - Irland (Luxembourg vs Republic of Ireland) / 
Stade de Luxembourg, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
La capitale présente son plan énergie pour l'hiver
La température de l'eau des piscines sera abaissée, les bâtiments publics seront moins éclairés, voire pas du tout.

Boris Fuge rappelle de son côté que les musées de la Ville participent aussi actuellement au plan d'économie d'énergie de la capitale. «Nous n'éclairons plus la façade de la Villa Vauban. Et cela restera le cas peut-être aussi à l'avenir. Il faudra généralement repenser l'éclairage de la Ville. Il faudra voir ce qui a un sens et ce à quoi on peut renoncer.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Nous serons officiellement 8 milliards d'habitants sur Terre le 15 novembre, est-ce trop? Pas forcément, répondent les experts, qui alertent plutôt sur la surconsommation des ressources de la planète par la partie la plus riche de l'humanité.
Quelque 200 pays se retrouvent à partir de ce dimanche à Sharm el-Cheikh en Egypte pour tenter de donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts qui déferlent dans un monde divisé et préoccupé par d'autres crises.
A handout picture released by the Egyptian Presidency of the 27th UN Climate Change Conference shows the illumination of Khafre Pyramid, one of the three ancient pyramids of Giza, on November 5, 2022. - Expectations are running high as leaders and diplomats from nearly 200 countries are set to gather for the November 6-18 COP27 conference, in a world justifiably anxious about its climate-addled future as deadly floods, heat waves and storms across the planet track with worst-case climate scenarios. (Photo by Egyptian Presidency of COP27 / AFP) / == RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO / EGYPTIAN PRESIDENCY OF COP27" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS ==
L'événement débute ce dimanche
La Conférence de l'ONU sur les changements climatiques se déroulera à Charm el-Cheikh (Egypte) du 7 au 18 novembre. Le Premier ministre ainsi que la ministre de l'Environnement seront, entre autres, sur place.
Alors que la production mondiale de plastique a doublé depuis l'an 2000, seulement 10% du plastique mondial est recyclé.
La douceur automnale de ces dernières semaines n'est pas sans conséquence sur certaines espèces végétales et animales du Luxembourg, qui craignent particulièrement les écarts de températures extrêmes.
Laut Umweltministerium wurden in den vergangenen zweieinhalb Jahren 19,9 Millionen Ökopunkte (= 19,9 Millionen Euro, Anm. der Red.) neu geschaffen und 15 Millionen Punkte zerstört. Demnach wurden fünf Millionen Punkte an zukünftiger Zerstörung antizipiert. Zusätzlich wurden 2,1 Millionen Punkte direkt auf dem Baugelände umgesetzt und somit durch Baupromoteure selbst generiert.