Changer d'édition

«Luxembourg Jazz Meeting»: Du savoir-faire au faire-savoir
Culture 4 min. 09.09.2014 Cet article est archivé

«Luxembourg Jazz Meeting»: Du savoir-faire au faire-savoir

Le trio Khalifé, Schumacher Tristano.

«Luxembourg Jazz Meeting»: Du savoir-faire au faire-savoir

Le trio Khalifé, Schumacher Tristano.
(Photo: Anouk Antony)
Culture 4 min. 09.09.2014 Cet article est archivé

«Luxembourg Jazz Meeting»: Du savoir-faire au faire-savoir

Le Luxembourg regorge de musiciens de jazz de talent. Encore faut-il que ces derniers soient (re)connus tant dans leur pays d'origine qu'au-delà des frontières. A l'image du festival «Sonic Visions» à la Rockhal, l'Abbaye de Neumünster accueillera le temps d'un week-end la crème du jazz «made in Luxembourg» et de nombreux professionnels du monde des «blue notes».

(thi) - Le Luxembourg regorge de musiciens de jazz de talent. Encore faut-il que ces derniers soient (re)connus tant dans leur pays d'origine qu'au-delà des frontières. A l'image du festival «Sonic Visions» à la Rockhal, l'Abbaye de Neumünster accueillera du 12 au 14 septembre 2014 la crème du jazz «made in Luxembourg» et de nombreux professionnels du monde des «blue notes».

«Si les professionnels jouent le jeu et font leur travail, ces rencontres seront un succès», espère le guitariste Greg Lamy.

Durant trois jours, le fleuron de la scène luxembourgeoise aura l'occasion de faire ses preuves. «Nous ne nous limitons pas à un seul genre, notre but est de présenter toutes les facettes du jazz. Mais aussi de donner la parole à la jeune génération», précise Marco Reusch, président de l'association «Jazz in Luxembourg», coorganisatrice avec le CCRN et «music:LX» du «Luxembourg Jazz Meeting».

Toutes générations confondues

Musiciens et groupes – toutes générations et orientations stylistiques confondues – tenteront au travers de leurs concerts-éclairs de 30 minutes à l'Abbaye de Neumünster –, de convaincre ou de séduire leurs publics. Même si ces show-cases sont ouvertes au grand public, ce sont bien les professionnels qui seront choyés.

Patrice Hourbette, le directeur du bureau luxembourgeois d'export musical «music:LX», est affirmatif: «Pour la première édition en 2012, nous avions invité près de 40 professionnels et avions enregistré un rapport de près de 80 % de contacts et un retour sur investissement de 400.000 à 500.000 euros. De nombreux projets de disques et de concerts ont leur origine dans cette première édition. Cette année on va remettre le paquet».

Des rencontres nécessaires

Sont donc attendus à l'Abbaye de Neumünster près de 80 professionnels du jazz. «Des festivals, des maisons de disques, des programmateurs, des journalistes venus d'Europe, du Canada, des Etats-Unis, du Japon et d'ailleurs ont été invités. Ces rencontres sont absolument nécessaires pour un secteur qui ne cesse de bouger», signale Patrice Hourbette.

«Ce rendez-vous est aussi une belle vitrine pour le Luxembourg et ses artistes. Cela ne se chiffre pas. Les programmeurs veulent voir les musiciens sur scène avant de les engager. Souvent, ils fonctionnent au coup de cœur».

«Le jazz c'est comme une grande famille. Même si je connais certains membres de cette famille, il y en a encore beaucoup que je ne connais pas ou qui ne me connaissent pas», explique pour sa part Pascal Schumacher.

Le vibraphoniste ne se plaint pas d'un manque d'opportunité de concerts à l'étranger – «j'ai des agents qui font un travail exemplaire». Les éventuelles rencontres qu'il pourra faire ce week-end à Neumünster devraient lui permettre d'ouvrir de nouvelles scènes et pourquoi pas de mieux coordonner ses concerts à l'étranger.

Une évidence

«Participer au show-case est une évidence et correspond à une vraie envie de ma part. C'est aussi l'occasion de retrouver la famille des musiciens luxembourgeois et tout particulièrement les musiciens-improvisateurs», note pour sa part Francesco Tristano.

«Le bureau ,music:LX‘ nous a largement aidés dans notre travail. C'est également un outil d'accompagnement nécessaire pour les jeunes musiciens ou groupes qui se lancent dans l'aventure», estime Greg Lamy, qui vient avec son ensemble de décrocher un contrat avec un label belge. «Un formidable outil de promotion pour notre groupe. A cela viennent s'ajouter des critiques de presses étrangères élogieuses. «Cependant, nous devons continuer à nous montrer et aller de l'avant».

Même s'ils sont nombreux à sillonner les scènes d'Europe et d'autres continents, les musiciens de jazz du Luxembourg doivent également savoir «se vendre». Comme le signale le bureau d'export «music:LX», le Luxembourg ne manque pas de savoir-faire mais peine encore sur le faire-savoir. D'où la nécessité d'organiser de telles rencontres. «La scène est d'une excellente qualité, les retours que nous avons de l'étranger sont plus que positifs», conclut le directeur de «music:LX».

Le nombre de jeunes musiciens poursuivant leurs formations musicales à l'étranger ne fléchit pas – à l'image de Pit Dahm, qui sera sur la scène du CCRN vendredi soir –, les tournées hors frontières de Jeff Herr, Pascal Schumacher, Francesco Tristano et autres musiciens ont de quoi surprendre à l'étranger. «Le Luxembourg doit pouvoir exporter sa culture», insiste Marco Reusch. «La création du bureau d'export est une bonne chose. Les efforts de soutien des autorités publiques doivent se poursuivre et s'intensifier».

Mais, malgré tout, les musiciens luxembourgeois ne sont pas toujours très connus ou reconnus dans leur propre pays. La reconnaissance à l'étranger – où les cachets sont également souvent plus importants – est plus forte», semble regretter Patrice Hourbette.

www.jail.lu

www.musiclx.lu


Sur le même sujet

En été, les musiciens s'exportent bien
Dix ans que l'Asbl Music:LX veille à promouvoir la scène luxembourgeoise à l'étranger. Mais pour que les uns chantent comme des cigales en été, il faut un travail de fourmi toute l'année.
2005-2015: Happy Birthday Philharmonie!
La Philharmonie Luxembourg célèbre son dixième anniversaire du 26 au 28 juin 2015. Elle invite durant le week-end à de nombreux concerts festifs et gratuits avec les stars du pays et des invités venus de l'étranger. Voici le programme.
Junges Publikum hat im Programm einen zentralen Platz.
Etat des lieux de la scène metal au Luxembourg: Trois groupes et un DVD pour chasser les préjugés
Au départ, «Miles to Perdition» voulait juste tourner un clip. Au final, c'est une soirée entière – trois concerts et des à-côtés – qui vont non seulement être filmés, mais aussi faire l'objet d'un DVD. «Miles to Perdition», Cosmogon et «Kill the Innocent» veulent montrer que la scène metal luxembourgeoise est bien vivante et mérite un détour par la Kulturfabrik le 7 novembre. L'occasion de faire le tour de la scène metal luxembourgeoise.
Miles to perdition au Food for your senses en 2014