Changer d'édition

Les réseaux sociaux, passage obligé pour faire circuler l'info
Culture 4 min. 18.10.2014 Cet article est archivé
Assises du journalisme de Metz

Les réseaux sociaux, passage obligé pour faire circuler l'info

Assises du journalisme de Metz

Les réseaux sociaux, passage obligé pour faire circuler l'info

Photo: Shutterstock
Culture 4 min. 18.10.2014 Cet article est archivé
Assises du journalisme de Metz

Les réseaux sociaux, passage obligé pour faire circuler l'info

S'appuyer sur les lecteurs pour faire circuler l'information via les réseaux sociaux, c'est le pari de certains sites, comme Buzzfeed ou Upworthy. Une pratique adoptée par les médias qui y voient un moyen d'attirer un maximum d'internautes sur leur page web.

(AFP) - S'appuyer sur les lecteurs pour faire circuler l'information via les réseaux sociaux, c'est le pari de certains sites, comme Buzzfeed ou Upworthy. Une pratique adoptée par les médias qui y voient un moyen d'attirer un maximum d'internautes sur leur page web.

Fin 2013, la société Shareaholic a analysé l'origine du trafic de quelque 200.000 sites internet dans le monde.

Cette étude montre que les internautes venus des principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing, Ask, AOL) sont en baisse (-6% sur un an), même s'ils restent majoritaires (40% du trafic des sites), alors que les visiteurs en provenance de certains réseaux sociaux (Facebook, Pinterest, Twitter, StumbleUpon, Reddit) a plus que doublé (+110,95%) pour atteindre 24% du total des visites.

Cette tendance touche aussi les sites d'information, comme l'ont souligné les participants aux 8e Assises du journalisme, organisée de jeudi à samedi à Metz.

«Une porte d'entrée qui monte pour les sites de médias»

"Les réseaux sociaux sont une porte d'entrée qui monte pour les sites de médias. Google reste très important pour la presse mais il commence à avoir des concurrents très sérieux", a déclaré lors d'une conférence Arnaud Mercier, le directeur de l'Observatoire du webjournalisme.

Ce "chemin" pour accéder aux sites d'information est beaucoup plus répandu chez les plus jeunes, abonde le Digital news report 2014 du Reuters Institute.

Photo: Shutterstock

Plus du tiers (38%) des 18-24 ans passent par Facebook ou Twitter alors qu'ils ne sont que 20% dans la tranche 45-54 ans et 17% chez les plus de 55 ans.

Cet usage est dopé par le développement des smartphones et des tablettes qui permettent d'emmener partout les réseaux sociaux et de partager, commenter ou "aimer" tel ou tel contenu à la caisse du supermarché, dans le bus ou en marchant, soulignent les spécialistes.

75% du trafic issu des réseaux sociaux

Certains médias, nés ces dernières années, ont construit leur modèle là-dessus.

Buzzfeed, le site américain d'informations et de divertissement aux 150 millions de visiteurs uniques (VU) par mois dans le monde, voit 75% de son trafic internet provenir des réseaux sociaux. Il revendiquait 80 millions de VU il y a un an.

Dans ses bureaux, à New York, une équipe est uniquement chargée "d'observer ce qui se passe sur Snapchat, Whatsapp et Facebook pour augmenter notre propre expertise", a expliqué à Metz, Scott Lamb, le vice-président de Buzzfeed en charge de l'international.

En outre, chaque article publié est "observé par un tableau de bord pour permettre au journaliste de comprendre où et comment il a été partagé", a-t-il ajouté, estimant que les lecteurs étaient devenus le "réseau de distribution" des contenus pour les sites d'information.

En France, des rédactions pure-players, c'est-à-dire nées directement sur internet, telles que Melty ou le groupe Webedia (Purepeople, Puretrend, Puremedias...), utilisent également des outils de monitoring du web.

Trensboard, autre logiciel qui permet, à travers une technologie sémantique, d'analyser les communautés des réseaux sociaux est présent dans une vingtaine de rédactions, a expliqué à Metz son cofondateur Benoît Raphaël.

Prédominance de Facebook face à Twitter

A Rue89, un tiers des internautes proviennent de Facebook ou Twitter, a expliqué son fondateur Pierre Haski. "Facebook est largement majoritaire par rapport à Twitter et tous les autres réseaux sociaux sont minoritaires", explique-t-il, relevant que l'amélioration de l'application mobile de Facebook avait fait augmenter le trafic issu des smartphones.

De son côté, Michaël Szadkowski, en charge des réseaux sociaux au Monde entre 2011 et 2014, indique à l'AFP que 4,4% du trafic total des visites (76 millions en septembre, selon l'OJD, précise-t-il) proviennent des réseaux sociaux.

"Quand j'avais commencé en tant que responsable réseaux sociaux, en 2011, on était autour de 3%. C'est très peu en pourcentage mais ça fait du volume et ça correspond à notre lectorat", analyse-t-il, avant de rappeler qu'une part importante des internautes viennent directement en tapant l'adresse du site car "on a une marque éditoriale qui est très forte".


Sur le même sujet

Messenger n'a pas échappé non plus au chaos qui a affecté les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien. Pas de quoi arranger les affaires de Mark Zuckerberg.
04.10.2021, Bayern, Kempten: ILLUSTRATION - Auf dem Bildschirm eines Smartphones sind die Icons von Instagram, Facebook und WhatsApp zu sehen. (zu dpa: Großer Ausfall: Facebook-Dienste für viele Nutzer nicht verfügbar) Foto: Karl-Josef Hildenbrand/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le réseau social le plus utilisé au monde était aux prises dans la nuit de mercredi à jeudi avec une panne de grande ampleur, privant d'accès totalement ou partiellement de nombreux utilisateurs pendant une dizaine d'heures.
Facebook a annoncé mardi son intention de se lancer sur le marché des sites de rencontres tout en insistant sur les efforts entrepris pour protéger les données de ses utilisateurs après l'affaire Cambridge Analytica.
Facebook a annoncé mardi des modifications dans la hiérarchisation de son fil d'actualité, où ses membres lisent les publications de leurs amis ou des pages de marques ou d'entreprises qu'ils ont aimées sur le réseau social.
Pour faire de la place, Facebook va faire descendre dans la liste les commentaires faits par les amis de l'utilisateur sur une information de presse ou une publication d'un tiers.
Fin 2014, 7 internautes sur 10 avouaient être actifs sur les réseaux sociaux, selon une étude publiée par GlobalWebIndex. C'est surtout sur Facebook qu'ils aiment revenir plusieurs fois par jour pour "aimer" une publication ou lire un article.
Les utilisateurs actifs de réseaux sociaux peuvent passer jusqu'à 2h par jour à surfer dessus.
Le livre de Glenn Greenwald sur l'affaire Snowden, un article de l'AFP sur la couverture du groupe Etat islamique et un travail de recherche sur la presse people et la politique ont été récompensés vendredi par le prix des Assises du journalisme de Metz.
Photo de famille des élus, des lauréats et du jury des Assises du journalisme à Metz