Changer d'édition

Les «petites collections» de la Photothèque

Les «petites collections» de la Photothèque

Les «petites collections» de la Photothèque
Au Ratskeller

Les «petites collections» de la Photothèque


par Thierry HICK/ 31.07.2022

L'exposition présente une centaine de clichés de photographes souvent amateurs et anonymes datant des années 1900 à 2000. Photo: Marc Wilwert

L'exposition «Luxembourg 360°» présente une centaine de photographies inédites de la capitale.

La Photothèque municipale de la Ville de Luxembourg est riche de quelque huit millions de clichés. L’institution a pour but de conserver un riche patrimoine historique: ses collections Théo Mey, Tony Krier, Edouard Kutter et Pol Aschman font partie d’un trésor bien préservé. La photothèque conserve aussi dans ses archives une multitude de témoignages de photographes, certes moins illustres ou tout simplement anonymes, mais non moins précieux. Pour preuve, l’actuelle exposition «Luxembourg 360°» au Ratskeller.  

Arsène Diederich, Jean-Paul Baatz, Robert Obry, Pit Schneider, Pierre Gremling... et bien d’autres, les noms ne sont plus connus du grand public, et pourtant tous ces photographes, souvent amateurs et passionnés, livrent leurs regards inédits sur une capitale aujourd’hui à maints égards transfigurée. 93 photographies sont exposées dans les différentes salles du Ratskeller, place d’Armes.

Scènes de vie à Luxembourg-Ville.
Scènes de vie à Luxembourg-Ville.
Photo: Marc Wilwert

Des clichés encore jamais montrés

«Pour cette exposition estivale, on voulait présenter nos ’petites collections’, c’est-à-dire les travaux de photographes moins connus, mais tout aussi intéressants, car toutes ces photographies proposent un regard inédit sur la capitale, d’autant plus qu’il s’agit dans le cas présent de clichés encore jamais exposés. On avait à notre disposition des centaines de propositions, nous avons dû faire des choix. Une sélection s’imposait. Notre volonté était d’exposer un large et représentatif éventail de la capitale et de son développement. Représenter le plus possible de quartiers, varier les thèmes, ces idées nous ont guidés dans nos recherches. On a été très surpris de la qualité de certaines photos prises par des amateurs», explique Gaby Sonnabend, de la Photothèque de la Ville de Luxembourg et commissaire de l’exposition «Luxembourg 360°». 

Avec notre choix de photos, nous voulions certes documenter le passé, mais aussi avant tout créer des atmosphères particulières.

Gaby Sonnabend, commissaire

Un siècle de témoignages

Les photos les plus anciennes présentées au public remontent aux années 1900, les plus récentes à la fin du XIXe siècle. Est-ce à dire que le fond de la Photothèque s’arrête à l’aube du XXIe siècle? «Absolument pas, nous avons dû nous fixer un cadre temporel. Peut-être pourrons-nous un jour présenter des collections plus récentes», espère la responsable. 

Plongée dans l'histoire de la ville

Retour au Ratskeller pour une plongée dans l’histoire de la ville. La fabrique des champagnes Mercier en 1935, la première gare de Luxembourg en 1905, l’hôtel Terminus en 1907, le ciné Eldorado en 1950... peut-être que certains visiteurs de l’exposition «Luxembourg 360°» (re)découvriront des lieux de leur enfance, reconnaîtront un bâtiment, une rue et constateront les profonds changements urbanistiques de la capitale. 

«Bien sûr, en découvrant tant de choses disparues, la nostalgie du passé existe. Avec notre choix de photos, nous voulions certes documenter le passé, mais aussi avant tout créer des atmosphères particulières», précise la commissaire Gaby Sonnabend.

Gaby Sonnabend, la commissaire de l'exposition organisée par la Photothèque de Luxembourg.
Gaby Sonnabend, la commissaire de l'exposition organisée par la Photothèque de Luxembourg.
Photo: Marc Wilwert

Un inconnu  avenue de la Faïencerie

Un inconnu croisé avenue de la Faïencerie en 1949 – que fait-il, où va-t-il?, la photo n’apporte pas de réponse –, des bâtiments aujourd’hui détruits – à l’image de la synagogue –, les quartiers du Kirchberg et Gasperich en devenir, mais aussi des métiers anciens ou de simples moments de vie aux quatre coins de la cité, auxquels viennent se greffer la Schueberfouer, la construction du Pont Rouge, la vallée de la Pétrusse..., ces instantanés, presque tous en noir et blanc, racontent tous une histoire, des moments de vie inédits. 

Un inconnu croisé avenue de la Faïencerie en 1949 – que fait-il, où va-t-il?, la photo n’apporte pas de réponse.
Un inconnu croisé avenue de la Faïencerie en 1949 – que fait-il, où va-t-il?, la photo n’apporte pas de réponse.
Photo: Marc Wilwert

Certaines personnalités viennent compléter le tableau: les grandes-duchesses Charlotte et Marie-Adelaïde, Winston Churchill... et Lydie Polfer sont également présents.  

Moments de repos, de répit  

La petite centaine de photos qui s’offrent au regard sont autant de moments de repos, de répit: il faut se prendre le temps de les regarder, de les comprendre. Un exercice quelque peu tombé en désuétude aujourd’hui. Comme un pied de nez à notre univers de l’image toujours plus rapide et saccadé? 

 Avec cette exposition, la Photothèque veut par ailleurs rendre hommage aux donateurs et collectionneurs qui lui ont confié leurs photographies. Elle veut poursuivre dans cette voie. C’est la raison pour laquelle, ce service communal, qui a ouvert ses portes en 1984, lance en parallèle à l’exposition au Ratskeller un appel aux photographes, tant professionnels qu’amateurs, à lui confier à leur tour leurs clichés. «Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux matériels pour venir compléter la documentation du développement urbain de notre ville. Ceci dans le but de continuer à préserver le patrimoine visuel de la capitale», insiste Gaby Sonnabend. 

L’exposition «Luxembourg 360°» est accessible au public jusqu’au 18 septembre au Ratskeller (Cercle Cité), place d’Armes, Luxembourg-Ville, de 11 à 19 heures. Entrée libre. www.cerclecite.lu

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une ville, ce sont des rues, des bâtiments, des quartiers, mais avant tout, ce sont des habitants et leurs histoires. Un changement constant dont, heureusement, il y a des témoins: visite à la photothèque de la Ville de Luxembourg qui conserve plus de 4 millions de documents!
Ecoliers rue Aldringen en 1954