Changer d'édition

Les hauts-fourneaux ont tremblé pour le Sonic Visions
Vêtue d’un jogging rouge, avec un béret assorti, la jeune chanteuse belge Angèle a commencé son show avec sa célèbre chanson «La thune».

Les hauts-fourneaux ont tremblé pour le Sonic Visions

Photo: Noémie Koppe
Vêtue d’un jogging rouge, avec un béret assorti, la jeune chanteuse belge Angèle a commencé son show avec sa célèbre chanson «La thune».
Culture 17 2 3 min. 18.11.2018

Les hauts-fourneaux ont tremblé pour le Sonic Visions

La Rockhal et le Rocklab enchaînent un 11e succès avec cette édition 2018 du Sonic Visions. Entre rap, rock, pop et folk, le public était servi. Retour sur ces deux soirées intenses en découvertes. En vidéo et interview.

Par Noémie Koppe

Des lampions ronds ou en forme de cactus, des food-trucks et le bruit des basses… Pas de doute, le Sonic Visions a débuté les festivités comme il se doit. Le week-end a tout juste commencé, le public est encore parsemé. En déambulant entre les quatre scènes, on s’aperçoit que la programmation du vendredi attire surtout un public jeune.

Avec Moha La Squale ou encore Kikesa, impossible de louper l’événement pour la jeunesse de la grande région. Malgré les trois degrés, les fans ont pris de l’avance et se sont déjà placés devant la scène pour être sûrs d’avoir une place au premier rang. Les plaids, les bonnets, les écharpes et les gants, toute l’artillerie contre le froid était de sortie.

Quand vient l'heure du show, plus besoin de cet équipement, la chaleur humaine devient bien plus efficace. Ils sautent, ils dansent, ils crient, les fans vibrent aux sons de leurs artistes favoris et ce, peu importe la température.

Après avoir regardé et assisté aux shows des têtes d’affiche du vendredi, il est temps de découvrir les groupes émergents choisis par le Rocklab et la Rockhal. On retrouve MNNQNS dans la « Red Stage », qui réveille avec son rock-punk puissant.

Puis on découvre, avec grand plaisir, les sonorités électriques et électroniques du groupe autrichien Hearts Hearts, faisant danser le public jusqu’à la fin du concert.

Angèle et Eddy de Pretto

Les hauts-fourneaux de Belval ont vu défiler un public en petit comité vendredi soir, le samedi affichait sold out. Que ce soit au Street Food Market, sous les lampes chauffantes, devant les scènes ou près des bars, le public était au rendez-vous. Alors que de nombreux groupes se produisent un peu partout sur le lieu, le public n’attend que deux noms : Eddy de Pretto et Angèle:

À 45 minutes du concert, l’espace devant la scène principale est presque noir de monde. Les fans, dont la moyenne d’âge se situe entre 16 et 20 ans, sont déjà installés au premier rang, Smartphones à la main, prêts à filmer chaque moment. Inutile d’évoquer les multiples cris stridents lorsqu’Angèle a fait son entrée sur scène.

Vêtue d’un jogging rouge, avec un béret assorti, la jeune chanteuse belge a commencé son show avec sa célèbre chanson « La thune ». Chacun a poursuivi en chantant chaque mot du titre et de tous les autres.

Malgré les 4 degrés, Angèle a réchauffé les cœurs et les corps en faisant danser la foule. Si elle a su faire danser son public, Eddy de Pretto l’a également fait. Avec un batteur pour seul musicien, le jeune Français a fait bouger le public du Sonic Visions.

Des textes pointus et criant d’amour ont été entonnés par des centaines de spectateurs. Ces shows rythmés et colorés ont comblé les attentes du public, qui en ressort impressionné.

Place importante pour les groupes luxembourgeois

Alors que toutes les bouches ne parlent que des têtes d’affiche, ce n’est pas pour autant que les artistes nationaux ont été oubliés. Maz, Say Yes Dog, C’est Karma ou encore Bartleby Delicate, chacun a trouvé son public.

C’est le cas de la jeune chanteuse C’est Karma, qui du haut de ses 16 ans, a réussi à faire salle comble pour son set. Avec sa voix pleine de mélancolie et ses textes, elle parvient à transmettre les émotions.

S’ensuit le concert de son ami Bartleby Delicate. Cet auteur, compositeur et interprète nous livre ses musiques folk, pop, électroniques et éclectiques, seul sur scène. Le public bouge la tête, danse et frappe des mains.

La mission est accomplie pour ces groupes, qui ont pour seul but de faire découvrir et partager leur musique. Ce week-end de découverte est une réussite pour la Rockhal et le Rocklab. Prochain rendez-vous l’année prochaine, en espérant que le public fera abstraction du froid pour venir se réchauffer en concert.


Sur le même sujet

Sonic Visions: la découverte au cœur de la 11e édition
La Rockhal et le Rocklab rempilent pour une nouvelle édition du Sonic Visions. Les 15, 16 et 17 novembre, le public, les artistes, managers et autres professionnels de la musique sont conviés à ce festival qui fait la part belle aux artistes émergents de la scène internationale et locale.