Changer d'édition

Le retour du «Lëtzebuerger Filmpräis»

  • Les dés sont jetés
  • Trois questions à Yann Tonnar
  • Les nominés
  • Les dés sont jetés 1/3
  • Trois questions à Yann Tonnar 2/3
  • Les nominés 3/3

Le retour du «Lëtzebuerger Filmpräis»

Le retour du «Lëtzebuerger Filmpräis»
Ce vendredi

Le retour du «Lëtzebuerger Filmpräis»


par Thierry HICK/ 24.11.2021

Guy Daleiden (à gauche) et Yann Tonnar sont en charge de l'organisation. Photo: Thierry Hick

Après une année d'absence, la grande famille du cinéma luxembourgeois se retrouvera au Grand Théâtre pour célébrer les meilleures productions. Il s'agira d'un flash-back sur les trois dernières années.

1

Les dés sont jetés
Copier le lien

Les lauréats du Lëtzebuerger Filmpräis sont déterminés. Les quelque 400 membres de la Filmakademie ont fait leur choix, puisque leurs votes se sont clôturés le 19 novembre. Mais pas question de lever le voile jusqu'à ce vendredi soir. En attendant, après une année de pause forcée, la grande famille du septième art se retrouvera avec joie. 

«Le Lëtzebuerger Filmpräis a pour but de récompenser les meilleures contributions au cinéma et à l’audiovisuel luxembourgeois, afin de mettre en valeur les œuvres de qualité, d’encourager la création cinématographique et audiovisuelle, de favoriser le développement de l’industrie du film au Luxembourg et d’attirer l’attention du public sur les productions luxembourgeoises»: c’est en ces termes que les deux organisateurs définissent la raison d’être et le rôle du concours.  

La dernière traditionnelle photo de famille du cinéma luxembourgeois remonte à septembre 2018.
La dernière traditionnelle photo de famille du cinéma luxembourgeois remonte à septembre 2018.
Photo: Anouk Antony

Plusieurs nouveaux prix 

Pour cette neuvième édition, le nombre des catégories a été revu à la hausse. Pas moins de 13 statuettes – toujours réalisées par l’artiste plasticienne Patricia Lippert – seront distribuées. Avec cette année de nouveaux prix à la clé: celui de la meilleure musique et celui de la meilleure interprétation, qui, scindé en deux catégories, récompensera, le meilleur acteur et la meilleure actrice. 


Wolfwalkers
Deux films d'animation luxembourgeois en finale
La production luxembourgeoise peut avoir le sourire. «Where is Anne Frank» (Samsa) et «Wolfwalkers»(Mélusine Productions) sont en lice pour obtenir le prix du meilleur film d'animation.

Le directeur du Film Fund, Guy Daleiden, explique ce changement: «Le secteur du cinéma au Luxembourg ne cesse de se développer, de s’agrandir. Le Filmpräis suit en toute logique cette évolution. Il est donc normal que le nombre de catégories évolue aussi. A nos débuts, nous avions six prix, aujourd'hui nous en sommes à treize». 

A cette liste déjà longue de prix, viendront se greffer deux distinctions supplémentaires: le prix de la meilleure œuvre de réalité virtuelle et un prix décerné par l’Association luxembourgeoise de la presse cinématographique – les lauréats de ces deux catégories ne seront pas déterminés par la Filmakademie, mais par des jurys indépendants. 

L'arrivée de la VR

L’arrivée de la réalité virtuelle est justifiée pour Guy Daleiden: «Nous soutenons ce secteur depuis de nombreuses années. La réalité virtuelle fait depuis quelques années déjà partie intégrante du LuxFilmFest, qui au Centre Neumünster présente les meilleures réalisations du genre». 


Leo, une étrange musicienne, va confronter le vieil Antonio à sa propre réalité.
«Io Sto bene» file vers les Oscars
Et si le réalisateur luxembourgeois Donato Rotunno revenait de Los Angeles, le 27 mars prochain, les bras chargés d'un Oscar? En tout cas, son film a été retenu pour figurer parmi la sélection 2022.

Le Film Fund a à sa charge la cérémonie du Lëtzebuerger Filmpräis demain soir au Grand Théâtre. Le déroulement de la soirée – le nom de celui ou celle qui va mener les débats reste un mystère bien entretenu – mais aussi l’accueil des quelque 800 invités, sans oublier l’incontournable buffet dînatoire doivent être réglés comme du papier à musique. 

Le secteur de l’audiovisuel ne cesse de se développer. Le Filmpräis se doit de suivre cette évolution.

Guy Daleiden, directeur du Film Fund Luxembourg

Une nouvelle procédure de vote 

Pour le contenu de la soirée, le choix des lauréats, c’est la Filmakademie qui est sollicitée. Cette académie représente au travers de ses 400 membres tous les domaines du secteur de l’audiovisuel au Luxembourg. C’est cette même Filmakademie qui a décidé d’un changement notoire au vu de la procédure du vote. Jusque-là une commission décidait des projets à nominer dans un premier temps, avant que les membres de la Filmakademie ne choisissent les gagnants. Désormais, ce sont ces mêmes membres qui choisissent aussi parmi les films éligibles, qui sera nominable pour le deuxième tour de vote. Ce principe a le mérite, selon Yann Tonnar, le président de la Filmakademie d’ouvrir davantage la compétition. 


Quand Belmondo s'arrêta au Luxembourg
Oui, en 1986, "L'as des as" a rejoint le Grand-Duché le temps d'une courte visite. Pas question de cinéma cette fois, mais de sculptures, celles de Paul, le père de Jean-Paul Belmondo.

Avec ce choix, le Luxembourg, qui s’aligne sur les pratiques du genre d’autres pays européens, entend aussi limiter le nombre de candidats par catégorie. Quitte à laisser sur le bord de la route des films, certes éligibles, mais absents de la phase finale. Un choix dû au nombre accru de prétendants au titre suprême suite au report l’année passée de la compétition biannuelle. 

Fort de son succès international, «Capitani» caracole en tête des nominations et ne devrait pas sortir les mains vides.
Fort de son succès international, «Capitani» caracole en tête des nominations et ne devrait pas sortir les mains vides.
Photo: Samsa

Le Filmpräis (qui avec le Theaterpräis, le Danzpräis, et en quelque sorte les Luxemburg Music Awards a trouvé des émules) entend mettre sous les feux de la rampe un secteur culturel en constante effervescence. Et profiter de l’occasion pour une grande fête de famille, qui pourra être partagée une fois n'est pas coutume par le grand public. 

Alors que le rendez-vous du vendredi 26 novembre au soir se fera «sur invitation», les cinéphiles intéressés pourront suivre la cérémonie, en direct, sur www.filmprais.lu

2

Trois questions à Yann Tonnar
Copier le lien

Le cinéaste Yann Tonnar a été élu à la présidence de la Filmakademie en mai 2019. Il succédait ainsi au producteur Claude Waringo, qui dirigeait l’académie depuis sa création en 2012.  

Yann Tonnar est depuis 2019 président de la Filmakademie
Yann Tonnar est depuis 2019 président de la Filmakademie
Photo: archives LW

La remise du Filmpräis permet de dresser un bilan. Quel regard portez-vous sur ces dernières années? 

Yann Tonnar : «Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler mes favoris avant l’heure. Je prends un exemple: dans la catégorie du meilleur long-métrage luxembourgeois, on avait sept candidats éligibles, c’est du jamais-vu jusqu’ici. Dans les autres catégories, la situation est identique. De plus, nos films sont récompensés à la Berlinale, sont nominés aux Oscars, aux Golden Globes....Je constate que la qualité ne fait que de s’améliorer à chaque édition. Dire cela, faire ce constat, relève certes du cliché, mais correspond tout à fait à la réalité. 

Pour quelles raisons, la Filmakademie a-t-elle opté pour un deuxième tour de vote afin de déterminer les gagnants? 

«Nous suivons le fonctionnement d’autres académies à l’étranger. Ce deuxième vote donne plus de pouvoir aux membres de la Filmakademie, qui regroupe des représentants de tous les secteurs de la production audiovisuelle. Auparavant, le choix des nominés (le premier vote donc) était opéré par une commission, souvent trop impliquée. Ce deuxième vote, qui limite le nombre de nominés, confère plus de légitimité et d’excellence. 

Le secteur ne cesse de se développer et de gagner en notoriété ici, mais aussi à l’étranger. Comment expliquez-vous cette évolution récente? 

«C’est vrai, le secteur va bien. Et c’est aussi parce qu’il est bien soutenu, des gros efforts ont été faits. Dans le domaine de l’écriture de scénarios aussi. Mais, le nombre d’acteurs disponibles restant limité, tous les rôles ne sont pas jouables. C’est normal au vu de la taille du pays. On approche du point critique. Mais, la situation s’améliore. Le succès à l’étranger, que vous évoquez, a aussi une autre explication: le Film Fund, avant de soutenir un projet cinématographique, est désormais bien plus exigeant que par le passé, où tout était plus facilement accepté. 


Le cinéma luxembourgeois, un savoir-faire qui séduit
Le thriller anti-guerre «Hinterland» a décroché le prix du public au festival de Locarno. Une récompense qui devrait mettre en lumière le monde du 7ème art au Grand-Duché, à en croire Alexander Dumreicher-Ivanceanu, directeur de la maison de production Amour fou.

Aujourd'hui le nombre de propositions a fortement augmenté, la qualité des soumissions retenues augmente aussi. Et cela se traduit par une plus forte présence à l’international. Nos coproductions ont fait un sacré bond ces deux dernières années et sont désormais bien représentées dans les festivals étrangers. Nous avons acquis une bonne expérience des compétitions internationales. La prochaine étape sera de placer encore davantage sur l’échiquier international les films luxembourgeois, de faire progresser la notoriété de nos réalisateurs et acteurs...»

3

Les nominés
Copier le lien

Les quelque 400 membres de la Filmakademie distingueront dans 13 catégories  les meilleurs productions de cinéma des trois dernières années. Deux autres prix seront de plus distribués. 

La statuette créée par  Patricia Lippert sera une fois encore l’objet de toutes les convoitises.
La statuette créée par Patricia Lippert sera une fois encore l’objet de toutes les convoitises.
Photo: Filmakademie

Prix du meilleur long-métrage luxembourgeois de fiction ou d’animation

  • Escapada, de Sarah Hirtt, 
  • Hytte, de Jean-Louis Schuller, 
  • Peitruss, de Max Jacoby, 
  • Sawah, d’Adolf El Assal, 
  • Superjhemp retörns, de Félix Koch 

Prix du meilleur film long-métrage de fiction ou documentaire en coproduction 

  • Bad Luck Banging or Loony Porn, de Radu Jude, 
  • Collective, d’Alexander Nanau, 
  • Deux, de Filippo Meneghetti, 
  • Jumbo, de Zoé Wittock, 
  • Tel Aviv on Fire, de Sameh Zoabi 

Prix du meilleur film long-métrage d’animation en coproduction 

  • Les Hirondelles de Kaboul, de Eléa Gobbé-Mévellec, Zabou Breitman,
  • Pachamama, de Juan Antin, 
  • Wolfwalkers, de Tomm Moore, Ross Stewart 

Prix du meilleur court-métrage de fiction ou documentaire 

  • Daca ne desteptam (If We Smarten Up), de Larisa Faber, 
  • Lupus, de Laurent Prim, 
  • Portraitiste, de Cyrus Neshvad, 
  • Touch Me (Was bleibt), d'Eileen Byrne, 
  • Vis-à-Vis, d'Émile V. Schlesser 

Prix du meilleur film court-métrage animation

  • «Abigail», de Nicolas Debray, 
  • «Mania», d’Ugur Darya Eroglu, 
  • «Seed of Hope», de Claude Kongs 

Prix du meilleur long-métrage documentaire 

  • An Zero – Comment le Luxembourg a disparu, de Myriam T.,  Julien Becker,
  •  California Dreaming, de Fabrizio Maltese, 
  • Histoire(s) de Femme(s), d’Anne Schroeder, 
  • River Tales, de Julie Schroell, 
  • The living witnesses, de Karolina Markiewicz, Pascal Piron, 
  • Zero Impunity, de Stéphane Hueber-Blies, Nicolas Blies, Denis Lambert 

Prix de la meilleure production TV et nouveaux médias de fiction ou documentaire

  •  Bad Banks – Saison 2, de Christian Zübert, 
  • Capitani, de Christophe Wagner, 
  • Ex Aequo! (collectif de réalisateurs),
  • routwäissgro – Saison 3 (collectif de réalisateurs), 
  • What We Talk About When We Talk About Sex, de Catherine Dauphin 

Prix de la meilleure production TV et nouveaux médias d'animation

  • Barababor, de Laurent Witz, 
  • Fox & Hare, de Mascha Halberstad, Tom van Gestel, 
  • Nächst Statioun, de Sarah Sutter, Frédéric Wedeux 

Prix de la meilleure interprétation féminine 

  • Fabienne Hollwege (An Zero), 
  • Larisa Faber (Angelo») 
  • Désirée Nosbusch (Bad Banks 2
  • Sophie Mousel (Capitani), 
  • Magaly Teixeira (Coyotes

Prix de la meilleure interprétation masculine 

  • Luc Schiltz (Capitani), 
  • Jules Werner (Capitani), 
  • Jérôme Varanfrain (Deux), 
  • Nilton Martins (Sawah), 
  • André Jung (Superjhemp retörns

Prix de la meilleure contribution créative dans un long-métrage de fiction ou documentaire 

  • Thierry Faber, Eric Lamhène Christophe Wagner (scénario Capitani), 
  • Jean-Louis Schuller (image Hytte), 
  • Nikos Welter (image Sawah), 
  • Adolf El Assal, Sirva Magory (scénario Sawah), 
  • Amadine Klee (image Skin Walker

Prix de la meilleure contribution créative dans un film long-métrage d’animation 

  • Stéphane Lecoq (décor Oops! Finny wou bass de?), 
  • Julien Silvestre Da Conceiao (composition Oops! Finny wou bass de?), 
  • Michel Pisson (décor Pachamama), 
  • Nicolas Debry, Gilles Rudziak et leur équipe (animation, Wolfwalkers),
  • Pascal Gérard et son équipe (décor, Wolfwalkers

Prix de la meilleure musique 

  • Kyan Bayani (Bad Banks 2), 
  • Emre Sevindik (California Dreaming), 
  • Ivan Boumans (Hytte), 
  • Eric Bintz (Sawah), 
  • André Dziezuk (Tel Aviv on Fire

Autres prix 

Deux prix supplémentaires viendront compléter le palmarès et seront remis par deux jurys indépendants: le Prix de la meilleure œuvre XR ainsi que le Prix de la Critique luxembourgeoise (ALPC, Association luxembourgeoise de la presse cinématographique). 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le festival du cinéma francophone rend hommage aux productions luxembourgeoises cette année. La présidence du jury est confiée à Jacqueline Bisset mais c'est la grande-duchesse Maria Teresa qui remettra le «Valois de diamant» au meilleur film.
Refractaire - Regisseur:Nicolas Steil -  Drehbuchautoren:Jean-Louis Schlesser et Nicolas Steil - Grégoire Leprince-Ringuet
Arthur Dupont
Marianne Basler
Thierry van Werveke
Judith Davis
Carlo Brandt
Swann Arlaud
Luc Feit
Kim Hermans
Michel Voïta
Pierre Niney
Pierre Derenne
Guillaume Gouix
André Jung
Frédéric Frenay
Patrick Hastert
Yoann Denaive
Hervé Sogne
Daniel Plier
Marc Olinger
Véronique Fauconnet
Raphaël Tilliette
Charles Muller - CAB Productions
Le Magritte du meilleur acteur du cinéma belge revient au jeune acteur-danseur Victor Polster.
Best actor award winner Victor Polster poses during the 9th edition of the 'Magritte du Cinema' film awards ceremony in Brussels on February 2, 2019. - The awards are given to films made by Belgian French-speaking producers. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La septième édition du Lëtzebuerger Filmpräis s'est déroulée ce samedi soir au Grand Théâtre de Luxembourg. Le film "Eng nei Zäit" de Christophe Wagner est le grand gagnant de la soirée.