Changer d'édition

Le Nobel de littérature pour Olga Tokarczuk et Peter Handke
Culture 5 min. 10.10.2019

Le Nobel de littérature pour Olga Tokarczuk et Peter Handke

Olga Tokarczuk

Le Nobel de littérature pour Olga Tokarczuk et Peter Handke

Olga Tokarczuk
Photo: AFP
Culture 5 min. 10.10.2019

Le Nobel de littérature pour Olga Tokarczuk et Peter Handke

Le prix a été attribué à la Polonaise Olga Tokarczuk pour l'édition 2018, reportée d'un an après un scandale d'agression sexuelle, et à l'Autrichien Peter Handke pour 2019, vient d'annoncer l'Académie suédoise.

(AFP) – Alors que le prix avait été ébranlé par la bourrasque #MeToo en 2018, il sera remis avec un an de décalage à Olga Tokarczuk, récompensée pour «une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, symbolise le dépassement des frontières comme forme de vie», a déclaré le secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise, Mats Malm. Peter Handke est distingué pour une oeuvre qui «forte d'ingénuité linguistique, a exploré la périphérie et la singularité de l'expérience humaine», a-t-il ajouté. 


Kazuo Ishiguro en 2005 à la librairie Hatchards à Londres.
«Les Vestiges du jour»: Le Nobel de littérature au Britannique Kazuo Ishiguro
Le prix Nobel de littérature a récompensé jeudi l'écrivain britannique d'origine japonaise Kazuo Ishiguro, auteur des «Vestiges du jour», qui succède au poète-musicien américain Bob Dylan.

Tous deux succèdent au palmarès Nobel au romancier britannique d'origine japonaise Kazuo Ishiguro, auteur des «Vestiges du jour», consacré en 2017.   

 Engagée politiquement à gauche, écologiste et végétarienne, Olga Tokarczuk est la 15e femme seulement à recevoir le Graal des écrivains depuis sa création en 1901.
Engagée politiquement à gauche, écologiste et végétarienne, Olga Tokarczuk est la 15e femme seulement à recevoir le Graal des écrivains depuis sa création en 1901.
Photo: AFP

 Auteur d'une douzaine d'ouvrages, Olga Tokarczuk, 57 ans, est considérée comme la plus douée des romanciers de sa génération en Pologne. Son oeuvre, extrêmement variée et traduite dans plus de 25 langues, va d'un conte philosophique «Les Enfants verts» (2016), à un roman policier écologiste engagé et métaphysique «Sur les ossements des morts» (2010), et à un roman historique de 900 pages «Les livres de Jakob (2014)». 

 Engagée politiquement à gauche, écologiste et végétarienne, l'écrivaine, la tête toujours couverte de dreadlocks, n'hésite pas à critiquer la politique de l'actuel gouvernement conservateur nationaliste de Droit et Justice (PiS). 

Peter Handke est un auteur foisonnant en lutte contre les conventions, au prix de violentes polémiques, notamment en raison de ses prises de position pro-serbes.
Peter Handke est un auteur foisonnant en lutte contre les conventions, au prix de violentes polémiques, notamment en raison de ses prises de position pro-serbes.
Photo: AFP

 Peter Handke, 76 ans, qui a publié plus de 80 ouvrages, est un des auteurs de langue allemande les plus lus et les plus joués dans le monde. Il publie son premier roman, «Les frelons», en 1966, avant d'accéder à la notoriété avec «L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty», en 1970, puis «Le malheur indifférent» (1972), bouleversant requiem dédié à sa mère.

 Le Nobel de littérature ? «Il faudrait enfin le supprimer. C'est une fausse canonisation» qui «n'apporte rien au lecteur», a-t-il un jour déclaré. Toutefois selon l'académie qui l'a appelé jeudi, il s'est dit très heureux et a assuré qu'il viendrait chercher son prix en Suède. 

Il avait rendu le prix Büchner

 Dans le monde de l'édition, nombreux sont d'ailleurs ceux qui pensaient que le prix lui échapperait à jamais, malgré une oeuvre mondialement reconnue, à cause de son engagement pendant la guerre en ex-Yougoslavie. D'origine slovène par sa mère, l'écrivain né le 6 décembre 1942 en Carinthie (sud de l'Autriche), s'affiche alors comme un des rares intellectuels occidentaux pro-serbes. A l'automne 1995, quelques mois après le massacre de Srebrenica, il part en Serbie et rapporte ses impressions de voyage dans un livre controversé, "Voyage hivernal vers le Danube, la Save, la Morava et la Drina". 

En 1999, il rend un prestigieux prix littéraire allemand, le prix Büchner, et quitte l'Eglise catholique pour protester contre les frappes de l'OTAN sur Belgrade, évoquant un «nouvel Auschwitz». Sept ans plus tard, il provoque un tollé en se rendant aux funérailles de l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic, accusé de crimes contre l'humanité et génocide. 

Il est contraint de renoncer à un prix que doit lui décerner la ville de Düsseldorf et la Comédie-Française déprogramme l'une de ses pièces. Des intellectuels, dont sa compatriote Elfriede Jelinek, Nobel de littérature en 2004, prennent sa défense.  

Le Nobel de la Paix dévoilé vendredi

Protecteur de l'académie créée en 1786, le roi Carl XVI Gustaf a dû intervenir pour remettre de l'ordre et réformer les statuts, les fauteuils vacants ont été pourvus et un nouveau secrétaire perpétuel élu, Mats Malm, sur qui repose désormais la responsabilité de préserver la réputation de la «Svenska Akademien». 

Les lauréats, s'ils l'acceptent, recevront leur prix -9 millions de couronnes (environ 830.000 euros), une médaille et un diplôme- des mains du roi lors d'une fastueuse cérémonie le 10 décembre à Stockholm. La saison Nobel s'est ouverte lundi avec le prix de médecine, suivi par la physique et la chimie. Vendredi à Oslo, le comité Nobel norvégien dévoilera le nom du ou des lauréats du prix Nobel de la paix. Enfin lundi sera annoncé le dernier prix, celui d'économie, créé en 1968 par la Banque de Suède à l'occasion de son tricentenaire. 


Sur le même sujet

Le Nobel pour les pères de la batterie lithium
John Goodenough, Stanley Whittingham et Akira Yoshino ont été récompensés pour l'invention des batteries au lithium. Un objet aujourd'hui présent dans de nombreuses technologies du quotidien.
A screen displays the portraits of the laureates of the 2019 Nobel Prize in Chemistry (L-R) John Goodenough of US, Britain's Stanley Whittingham and Japan's Akira Yoshino during a press conference at the Royal Swedish Academy of Sciences in Stockholm, Sweden, on October 9, 2019. (Photo by Naina Helen JAMA / TT News Agency / AFP) / Sweden OUT
Le Nobel de physique à des cosmologues
Avant eux Marie Curie, Albert Einstein ou Niels Bohr ont inscrit leur nom au palmarès. Ce mardi, trois éminents cosmologues, le Canado-Américain James Peebles et les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz ont été distingués.
A computer screen displays the portraits of the laureates of the 2019 Nobel Prize in Physics (L-R) Canadian-American James Peebles, Swiss scientists Michel Mayor and Didier Queloz, at the Royal Swedish Academy of Sciences on October 8, 2019 in Stockholm. - Canadian-American James Peebles, Swiss scientists Michel Mayor and Didier Queloz on October 8, 2019 won the Nobel Physics Prize for their work in cosmology, the Royal Swedish Academy of Sciences said.
Peebles won one-half of the prize "for theoretical discoveries in physical cosmology," while Michel Mayor and Didier Queloz shared the other half "for the discovery of an exoplanet orbiting a solar-type star," professor Goran Hansson, secretary general of the academy, told a press conference. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)
Le Nobel de médecine à trois spécialistes de l'oxygène
Les Américains William Kaelin et Gregg Semenza et le Britannique Peter Ratcliffe ont été récompensés pour leurs recherches sur l'adaptation des cellules à l'apport variable d'oxygène qui ouvrent des perspectives pour le traitement du cancer et de l'anémie.
Nobel Assembly members (L-R) Patrik Ernfors, Anna Wedell and Randall Johnson sit in front of a screen displaying the winners of the 2019 Nobel Prize in Physiology or Medicine (L-R) Gregg Semenza, Peter Ratcliffe and William Kaelin after their names were announced during a press conference at the Karolinska Institute in Stockholm, Sweden, on October 7, 2019. - US researchers William Kaelin and Gregg Semenza and Britain's Peter Ratcliffe won the Nobel Medicine Prize for discoveries on how cells sense and adapt to oxygen availability, the Nobel Assembly said. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)