Changer d'édition

Le Luxembourgeois branché sur le futur
Culture 1 2 min. 09.03.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourgeois branché sur le futur

«Tune into the Future» retrace la vie de l'inventeur du terme de la science-fiction.

Le Luxembourgeois branché sur le futur

«Tune into the Future» retrace la vie de l'inventeur du terme de la science-fiction.
Photo: Samsa Film
Culture 1 2 min. 09.03.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourgeois branché sur le futur

Un documentaire sur Hugo Gernsback, l'inventeur du terme «science-fiction» est projeté dans le cadre du LuxFilmFest 2020. Le réalisateur du film «Tune into the future», Eric Schmockel, revient sur ce personnage peu connu de ses compatriotes.

(ota avec Vesna Andonovic) – Ce n'est pas un hasard si la rue qui longe le Kinepolis au Kirchberg est baptisée Hugo Gernsback depuis 2002. En effet, ce Luxembourgeois passe pour être le père de la science-fiction, bien que peu de ses compatriotes en aient conscience. Le documentaire d'Eric Schmockel retraçant la vie de cet homme né à Bonnevoie en 1884 et qui immigrera vers les Etats-Unis à l'âge de 20 ans, tente de lever le voile sur la vie peu ordinaire d'Hugo Gernsback.

Pour le réalisateur, interrogé par le Luxemburger Wort, il ne s'agit aucunement de faire un film sur un «héros luxembourgeois», mais plutôt de présenter une œuvre qui plaise au plus grand nombre, y compris à un public international. Car le travail d'Hugo Gernsback, éditeur de plusieurs publications dont une revue de vulgarisation scientifique ou du fanzine «Amazing stories», a marqué des générations entières. Lorsqu'il sort, en 1929, le premier numéro de Science Wonder Stories, l'éditorial qu'il rédige contient la première trace écrite du terme «science-fiction». 

Son travail n'était pas pourtant que fictionnel puisqu'il compte parmi ses amis des inventeurs comme Thomas Edison ou Nikola Tesla. Gersnback lui-même aura déposé 80 brevets au cours de sa carrière. Pour autant, il n'a jamais cherché la lumière, préférant travailler dans les coulisses dit en substance Eric Schmockel. 

A partir de 1926, Hugo Gernsback publie le magazine «Amazing Stories».
A partir de 1926, Hugo Gernsback publie le magazine «Amazing Stories».

Le réalisateur rappelle notamment la publication par le natif de Bonnevoie d'une couverture de magazine avec un homme volant qui a inspiré, par exemple, deux garçons à inventer le personnage de Superman. L'un des premiers fondateurs de Marvel Comics, plus tard disparu, a également travaillé pour Gernsback dans les années 1920, et deux publications appartenant à sa maison d'édition auraient inspiré Bill Gates à fonder Microsoft grâce à leurs articles. 

Un juste retour des choses, puisque selon Eric Schockmel, «tout au long de sa vie, Gernsback a cru en la science. Grâce à elle, nous pouvons comprendre et changer le monde qui nous entoure et prendre notre avenir en main».

«Tune into the future» est produit par Samsa production et sera projeté le 13 mars à 9.15h au cinéma Utopia.


Sur le même sujet

LuxFilmFest, clap dixième!
L'ouverture officielle de la dixième édition du Festival du film de la Ville de Luxembourg s'est déroulée jeudi soir. Bien des découvertes sont promises au public jusqu'au 15 mars.
Les femmes prennent le pouvoir au LuxFilmFest
Pour la première fois, le festival de film international qui débute ce jeudi n'aura pas un président masculin. Le premier rôle de cette dixième édition revenant à la cinéaste franco-iranienne Marjane Satrapi
Neimënster au centre de la réalité virtuelle
Pour la troisième année consécutive, le Film Fund consacre un pavillon entièrement dédié à la réalité virtuelle qu'il organise dans le cadre de la 10e édition du Luxembourg City Film Festival. L'ouverture des portes est programmée le 4 mars prochain à 18h30.
Kuktur - VR Pavillon, Casino Forum Art Contemporain, réalité virtuelle, Virtual reality, VR, foto: Chris Karaba/Luxembourg Wort