Changer d'édition

Le Grand-Duché à l'affiche à Angoulême
Culture 4 min. 20.08.2019

Le Grand-Duché à l'affiche à Angoulême

Parmi les neuf films luxembourgeois présentés à Angoulême, il y aura «Black Dju», un long-métrage de Pol Cruchten, une production Samsa Film avec dans les rôles principaux Richard Courcet (à gauche) et Philippe Léotard.

Le Grand-Duché à l'affiche à Angoulême

Parmi les neuf films luxembourgeois présentés à Angoulême, il y aura «Black Dju», un long-métrage de Pol Cruchten, une production Samsa Film avec dans les rôles principaux Richard Courcet (à gauche) et Philippe Léotard.
Photos: Samsa Film, AFP
Culture 4 min. 20.08.2019

Le Grand-Duché à l'affiche à Angoulême

Le festival du cinéma francophone rend hommage aux productions luxembourgeoises cette année. La présidence du jury est confiée à Jacqueline Bisset mais c'est la grande-duchesse Maria Teresa qui remettra le «Valois de diamant» au meilleur film.

DH avec Marc Thill -  Le cinéma luxembourgeois est à l'honneur au Festival du Film Francophone d'Angoulême dont la douzième édition débute ce mardi. Quelques grands noms du cinéma français comme Catherine Deneuve, Dany Boon, Guillaume Gallienne, André Dussolier, Claude Lelouch, Charlotte Gainsbourg et Jacqueline Bisset, qui préside le jury de la compétition sont présents. Le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa assisteront à la cérémonie de clôture, dimanche. C'est la Grande-Duchesse qui remettra le «Valois de diamant» au meilleur film en compétition.

Agent artistique puis producteur,  Dominique Besnehard est aujourd'hui le délégué général du Festival d'Angoulême depuis 2008. Cette année, le Luxembourg est à l'affiche. Celui qui voué sa vie au Septième art s'en explique: «Depuis sa création notre festival a mis en avant différents pays francophones, notamment des pays africains pour les aider à promouvoir leurs films. On s’est dit, faisons le Luxembourg en 2019. C’est un pays proche, un pays producteur de films.»

Dominique Besnehard conserve un excellent souvenir de sa dernière visite au Luxembourg en 20017.
Dominique Besnehard conserve un excellent souvenir de sa dernière visite au Luxembourg en 20017.
Photo: AFP

«Nous avons récompensé des films qui par la suite ont connu une grande notoriété à travers toute la France et les pays francophones», souligne celui qui a révélé Sophie Marceau, Beatrice Dalle ou encore Juliette Binoche et qui ne craint pas la concurrence de la bande dessinée. «Moi je dis toujours: "La BD c’est pour l’hiver, le film pour l’été"». 

 «Je voudrais soulever également la présentation du film à laquelle va assister le couple grand-ducal», dit-il. «Le regard de Charles est un film que personne n'a su qu'il a été fait. Pendant des années Charles Aznavour a filmé sa famille, ses rencontres, c'est un journal filmé. Cette production n'est pas un hommage au musicien parti en 2018, ce n'est pas un documentaire, c'est un vrai film, c'est le regard de Charles Aznavour, un monstre du spectacle, sur une partie de sa vie.» 


Pol Cruchten
Le cinéaste Pol Cruchten est décédé
Auteur de huit longs métrages, le réalisateur a consacré toute sa vie au cinéma. Alors qu'il s'apprêtait à tourner un nouveau film en septembre, ce dernier a trouvé la mort à La Rochelle à l'âge de 56 ans.

Le chanteur aux mille deux cents chansons, interprétées en plusieurs langues, était un ami du natif de la région parisienne. Le cinéaste Pol Cruchten aussi. En 2007, en villégiature au Grand-Duché, il avait assisté à une pièce de théâtre mise en scène par le Pétangeois. «Je connaissais bien Pol, un grand cinéaste malheureusement parti trop tôt. On montre deux de ses films, Hochzäits-nuecht et Black Dju. Pol a été à Cannes, il a une vraie filmographie, et j'espère que le public va voir ses films tout comme les autres productions luxembourgeoises.»

Besnehard apprécie le cinéma luxembourgeois, particulièrement Il est un petit pays de René Leclère, le premier film luxembourgeois produit en 1937. «Il montre les châteaux, ce côté féodal du pays, et en même temps les paysans qui vendent leurs poules au marché. J'ai bien aimé ce film avec sa musique façon Tino Rossi, c'est un vrai bijou.»

Et puis l'Officier de l'ordre des arts et des Lettres n'oublie pas non plus que «le Luxembourg est aussi un peu le sauveur des productions françaises». «Il manquait toujours de l'argent, alors, pour un certain nombre de films français, on a trouvé des coproducteurs luxembourgeois en faisant les extérieurs en France et les prises d'intérieurs au Luxembourg. C'était notamment le cas pour le film que j'ai produit Avant l'aube. L'histoire se déroule dans les Pyrénées, dans des hôtels touristiques, et pour le tournage on a pu monter les chambres d'hôtels en studio au Luxembourg.»

 


Sur le même sujet

Le cinéaste Pol Cruchten est décédé
Auteur de huit longs métrages, le réalisateur a consacré toute sa vie au cinéma. Alors qu'il s'apprêtait à tourner un nouveau film en septembre, ce dernier a trouvé la mort à La Rochelle à l'âge de 56 ans.
Pol Cruchten
Le Luxembourg en force à Cannes
Le Grand-Duché affichera quatre films au prestigieux Festival, qui s'ouvre mardi, dont trois en compétition officielle « Un certain regard » et un film à la « Quinzaine des Réalisateurs ».
La saison 2 de Bad Banks se tourne au Luxembourg
Des banques, des monstres, des milliards: la série germano-luxembourgeoise revient avec six nouveaux épisodes qui verront les grandes banques d'investissement malmenées par de jeunes start-up des Fintech.
Kultur- Bad Banks, season 2, filmset, Marc Limpach, Désirée Nosbuch, Larisa Faber, Mai Duong Kieu, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Une production luxembourgeoise primée à la Mostra de Venise
A la Mostra de Venise, Kais Nashi a reçu le prix Orizzonti du meilleur acteur pour son rôle dans la production luxembourgeoise «Tel Aviv on Fire». Le film «Roma» d'Alfonso Cuaron, distribué par Netflix, a reçu samedi sans surprise le Lion d'Or.
Primé au Lëtzebuerger Filmpräis: Pas d’Oscar pour le Luxembourg
Les espoirs d’un Oscar pour le film «Never Die Young» du réalisateur Pol Cruchten se sont évanouis. Le film documentaire, qui retrace l’histoire de la lutte d’un homme contre sa dépendance à la drogue, concourait en présélection pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.
Le réalisateur Pol Cruchten revient une nouvelle fois à la problématique de la dépendance à l'héroïne.