Changer d'édition

Le bourgmestre de Strassen se sent «trahi»
Culture 4 min. 16.09.2022
Polémique autour du festival de metal

Le bourgmestre de Strassen se sent «trahi»

Le groupe Desdemonia devait en principe se produire ce week-end au festival de metal de Strassen.
Polémique autour du festival de metal

Le bourgmestre de Strassen se sent «trahi»

Le groupe Desdemonia devait en principe se produire ce week-end au festival de metal de Strassen.
Photo d'archves: Elena Arens
Culture 4 min. 16.09.2022
Polémique autour du festival de metal

Le bourgmestre de Strassen se sent «trahi»

Liz MIKOS
Liz MIKOS
Un festival de metal à Strassen fait bouillir les esprits. Les organisateurs et le bourgmestre pourraient bien s'être mal compris.

La 13e édition du «Metalfestival Kopstal» aurait dû débuter samedi à Strassen, mais se tiendra finalement à Pétange selon la radio 100.7 ce vendredi. Les années précédentes, les basses résonnaient encore au centre Wirspesch de Kopstal. Mais comme la salle a été victime des inondations de l'année dernière, le festival devrait se tenir cette année dans la commune voisine de Strassen «beim Fräiheetsbam». Trois jours plus tôt, les organisateurs se voient refuser l'événement par la commune, annoncent les organisateurs sur les réseaux sociaux. 

«Le metal n'est pas de la musique», c'est avec cette déclaration que le bourgmestre de la commune de Strassen, Nico Pundel, aurait justifié son mécontentement vis-à-vis de l'événement. Dans un post du «Metalfestival Kopstal», il est expliqué que c'est aussi la raison pour laquelle le festival ne peut plus avoir lieu à Strassen. «Les conditions ont finalement été modifiées de telle sorte que nous avons été obligés de trouver un nouveau lieu», révèle Jeff Buchette dans un entretien avec le Luxemburger Wort.

«Le volume sonore doit être clarifié»

Des phrases que le bourgmestre de Strassen, Nico Pundel, n'aurait jamais prononcées de la sorte, comme il l'a précisé ce vendredi matin dans une interview au Luxemburger Wort. «Je n'ai jamais dit que le metal n'était pas de la musique. J'ai simplement fait remarquer que le metal est un genre musical dont il faut clarifier le volume», explique l'élu du CSV pour justifier sa position. 

Il avait donné son accord pour une fête de la musique organisée par le club de football de Kopstal en mai, mais il n'avait pas reçu d'autres détails jusqu'au mercredi en question. «Lorsque la demande de matériel est arrivée mercredi, j'ai seulement appris qu'il s'agissait d'un festival de metal». Un concept dont l'association aurait dû discuter au préalable avec le conseil échevinal, comme le regrette le bourgmestre. 

«Nous avons été accusés par la commune de leur avoir menti. Nous aurions fait une demande pour un festival de musique - or le metal n'est définitivement pas de la musique», écrivent en revanche les fans de metal en colère. 

En effet, Jeff Buchette avait indiqué «concert/fête de la musique» dans sa demande. A l'époque, il était question de rebaptiser le festival. «Comme le festival s'est installé dans une nouvelle commune, nous avons d'abord dû réfléchir à la possibilité de changer de nom. Qui aurait pu penser que le genre de musique était déterminant», explique-t-il. 

Souhait d'une plus grande transparence

Le bourgmestre aurait en revanche souhaité plus de transparence. «Lorsque j'ai découvert de quoi il s'agissait, je me suis senti trahi», regrette Nico Pundel. Suite à cela, la commune a décidé de ne pas fournir le matériel et de ne pas prendre en charge l'installation du matériel. «Le festival peut toujours avoir lieu, l'autorisation n'a pas été retirée», souligne Nico Pundel. Il avait simplement attiré l'attention sur le fait qu'en cas de plaintes pour nuisances sonores, le festival devrait être interrompu.

Comme il existe désormais un risque - si le festival se déroule comme prévu à Strassen - que les spectacles soient déjà interrompus après peu de temps, les organisateurs veulent tout de suite jouer la carte de la sécurité. En outre, de telles déclarations et préjugés à l'égard de ce genre musical les empêcheraient d'offrir aux invités l'expérience qu'ils leur ont promise.  

Vague de solidarité sur les réseaux sociaux

Une situation qui ne laisse pas non plus indifférente la communauté metal sur Facebook. «Je ne m'attendais pas à un tel élan de solidarité», déclare Buchette, touché par le soutien qu'ils reçoivent dans leur quête urgente. «Mais ce que nous ne voulions en aucun cas, c'est que le bourgmestre soit pris à partie», lance le fan de metal aux personnes qui le soutiennent. «J'ai simplement voulu raconter la véritable histoire. Ce faisant, il ne fallait pas faire de l'acharnement».

«Pour l'instant, nous restons optimistes», conclut-il en évoquant la situation actuelle de l'événement. «Mais si nous n'avons pas trouvé de nouveau lieu d'ici demain midi, nous devrons reporter le festival». En attendant, l'annulation pure et simple n'est pas une option, d'autant plus que de nombreux spectateurs ont déjà acheté leur billet à l'avance.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.