Changer d'édition

La saison 2 de Bad Banks se tourne au Luxembourg
 Larisa Faber, Mai Duong Kieu, Paula Beer, Désirée Nosbusch, Marc Limpach et Albrecht Schuch

La saison 2 de Bad Banks se tourne au Luxembourg

Chris Karaba
Larisa Faber, Mai Duong Kieu, Paula Beer, Désirée Nosbusch, Marc Limpach et Albrecht Schuch
Culture 7 1 2 min. 01.03.2019

La saison 2 de Bad Banks se tourne au Luxembourg

Des banques, des monstres, des milliards: la série germano-luxembourgeoise revient avec six nouveaux épisodes qui verront les grandes banques d'investissement malmenées par de jeunes start-up des Fintech.

Après une première saison couronnée de succès, dont le Grimme-Preis pour la comédienne Désirée Nosbusch, le tournage de la saison 2 de la série Bad Banks a commencé, avec certaines scènes filmées au Grand-Duché. «Nous sommes ravis d'avoir remporté de nombreux prix, mais cette reconnaissance suscite également des attentes», explique Nicolas Steil, directeur d'Iris Productions, la société de cinéma luxembourgeoise qui coopère avec la société allemande Letter Box pour la production de la série.

Une pression qui peut aussi ouvrir certaines portes: celles du Freeport à l'aéroport du Findel par exemple, un cadre unique où sont entreposées des œuvres d'art et où la société de production a été autorisée à installer ses caméras. D'autres scènes ont été tournées au Centre de conférences du Kirchberg et à Esch-Belval. 


«Bad Banks», le Luxembourg et l'autocritique
Coproduite par le Luxembourg, la série télévisée sur le secteur financier, «Bad Banks», est présentée en avant-première mondiale ce mercredi à la Berlinale. Rencontre avec son producteur, Nicolas Steil.

Pour les six épisodes de cette deuxième saison, les scénaristes ont situé l'intrigue au moment de la crise financière de 2008. Effondrement des banques, du système monétaire, spéculation ébouriffante: pas le choix, les établissements bancaires doivent se réinventer, et la société fictive "Deutschen Global Invest" n'est pas épargnée. Elle va devoir faire face aux start-up des Fintech qui se lancent à la conquête du marché.

Disponible sur Netflix

Ces changements dans le monde financier vont affiner le profil des personnages de Bad Banks: «Leur côté sombre va prendre le dessus. L'envie, l'avidité et même la violence attendent le public», a révélé Nicolas Steil, lors de la conférence de presse qui s'est tenue il y a deux jours au Kirchberg, sur les lieux du tournage. Une atmosphère confirmée par les costumes noirs et les mines grises des comédiens que les journalistes ont pu voir ce mercredi 27 février à Luxembourg.

Diffusée en 2018 sur ZDF et Arte, puis vendue dans le monde entier, la première saison de ce thriller bancaire qui plonge le spectateur dans le monde de la finance, ses jeux de pouvoir, ses manipulations et ses trahisons, est maintenant disponible sur Netflix.     

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.