Changer d'édition

La Rockhal tente de réanimer le secteur du «live»
Culture 4 3 min. 03.12.2020

La Rockhal tente de réanimer le secteur du «live»

La Rockhal tente de réanimer le secteur du «live»

Photo: Claude Piscitelli/archive
Culture 4 3 min. 03.12.2020

La Rockhal tente de réanimer le secteur du «live»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
A l'arrêt forcé depuis le printemps, l'écosystème des spectacles en salle se trouve dans «une situation complexe», reconnaît Olivier Toth, directeur de la Rockhal. Raison pour laquelle ce dernier lance une opération pensée à l'échelle européenne afin d'imaginer le monde d'après.

Encore hypothétique à ce jour, l'idée d'une reprise de l'activité des grandes salles de concerts dans le courant 2021 trotte depuis longtemps dans la tête de certains. Notamment dans celle d'Olivier Toth et de Robert Fitzpatrick, le directeur général de la Rockhal à Belval et celui de l'Odyssey Trust à Dublin. Pour parvenir à leur but, les deux gestionnaires travaillent depuis l'été sur une initiative qui se veut la réponse à «une situation complexe» qui demande «de la solidarité et non plus de l'exclusivité».


La Rockhal veut par tous les moyens conserver le contact avec son public et les musiciens.
La Rockhal cherche désormais à «se réinventer»
Alors que son activité est à l'arrêt depuis huit mois, la salle de concert fait part d'un bien sombre bilan. Mais la crise sanitaire ne saurait arrêter ses équipes qui développent de nouveaux projets visant à «soutenir la création et maintenir le lien entre le public et les musiciens».

Comprenez qu'au lieu d'être concurrentes, les quelque 300 salles capables d'accueillir au moins 5.000 personnes en Europe devraient s'accorder sur ce qu'Olivier Toth nomme «des lignes directrices» destinées à «permettre une reprise progressive de l'activité de planification de nos activités». Autrement dit, de permettre aux grands acteurs du secteur de s'accorder sur la marche à suivre pour réanimer un écosystème mis en sommeil forcé depuis le printemps. Que ce soit pour l'organisation de concerts, d'événements sportifs indoor ou bien encore de spectacles de divertissement.

Pour y parvenir, les membres de l'Arena resilience alliance entendent jouer sur plusieurs tableaux. Aussi bien au niveau européen que national pour fédérer aussi bien les acteurs qui organisent, promeuvent, jouent ou se produisent dans ces grandes salles. Une «stratégie de dialogue» dédiée à un monde post-covid officiellement soutenue par Mariya Gabriel, commissaire européenne à l'Innovation, la Recherche, la Culture, l'Éducation et la Jeunesse.

Dans les faits, ce premier pas vers une stratégie commune de sortie de crise va se traduire par l'organisation, le 8 décembre prochain, d'un webinar auquel participeront notamment Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Culture, les eurodéputés Tomasz Frankowski (PPE) et Monica Semedo (Renew Europe) ou bien encore Jason Danter, directeur de production d'artistes tels que Madonna, Lady Gaga ou Iron Maiden. Une conférence européenne destinée à s'accorder sur les méthodes à mettre en place, avant que ne vienne la question des moyens à y accorder...

Interrogé sur le calendrier possible d'une reprise de l'activité des salles de concert, Olivier Toth se veut prudent, évoquant «des retours timides au printemps prochain» et «un grand espoir de voir reprendre la saison des concerts en plein air avec un certain degré de normalité». Une année 2021 de transition donc qui devrait être marquée par deux principaux facteurs. D'un côté de possibles réticences d'une partie plus ou moins grande du public à retourner dans des espaces clos avec des centaines, voire des milliers de personnes. De l'autre, l'absence de grandes tournées menées par des artistes de renommée internationale motivée par la volonté de ne pas risquer de nouvelles pertes financières dans un contexte sanitaire incertain.

«Comme me disait Jason Danter, 'le secteur paiera la facture en 2021 et il fera à nouveau du bénéfice en 2022'», résume le directeur général de la Rockhal. A en croire ce dernier, les événements à venir l'année prochaine devraient donc se concentrer «sur du contenu transfrontalier, voire sur de premières tournées européennes qui seraient limitées à quelques pays». Mais même si les événements proposés ne devraient pas ressembler à ce qui avait lieu avant la pandémie, la reprise de l'activité dans les salles de concert est vue comme «une manière aussi de jouer sur le bien-être et la santé mentale de la population mise à rude épreuve ces derniers mois.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Rockhal cherche désormais à «se réinventer»
Alors que son activité est à l'arrêt depuis huit mois, la salle de concert fait part d'un bien sombre bilan. Mais la crise sanitaire ne saurait arrêter ses équipes qui développent de nouveaux projets visant à «soutenir la création et maintenir le lien entre le public et les musiciens».
La Rockhal veut par tous les moyens conserver le contact avec son public et les musiciens.
L'Atelier veut retrouver le public
Plongée dans le silence depuis mars, la salle de concerts piaffe d'impatience de retrouver musiciens et spectateurs. Ce ne sera pas encore pour ce mois-ci, mais en novembre si tout va bien.
Trivium at Den Atelier / Foto: Joaquim VALENTE
Rockhal et Philharmonie attendent des jours meilleurs
Alors que musées et bibliothèques ont entamé leur déconfinement prudent et progressif, les salles de concerts doivent patienter avant d'accueillir à nouveau du public.La Rockhal et la Philharmonie, à l’arrêt forcé, cherchent une sortie de crise pour au plus tôt la rentrée de septembre.
Philharmonie