Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern : Mona Lisa superstar
Culture 1 3 min. 27.07.2019

La chronique de Stéphane Bern : Mona Lisa superstar

A défaut de pouvoir l'approcher, les visiteurs repartent avec une foule de gadgets à l'image de la belle Mona Lisa.

La chronique de Stéphane Bern : Mona Lisa superstar

A défaut de pouvoir l'approcher, les visiteurs repartent avec une foule de gadgets à l'image de la belle Mona Lisa.
Photo: Reuters
Culture 1 3 min. 27.07.2019

La chronique de Stéphane Bern : Mona Lisa superstar

Notre chroniqueur revient cette semaine sur la folie qui entoure le tableau le plus célèbre du Louvre. Il est vrai que la Joconde attire les visiteurs qui se muent, rapidement, en acheteurs. De Vinci fait la fortune du musée même.

Véritable rock-star du musée parisien du Louvre, la Joconde de Léonard de Vinci a été déménagée d’étage cette semaine avec mille soins jaloux et sous la protection d’une armada de gardiens. Mona Lisa fait recette et crée même une indescriptible cohue dans le 1er musée du monde. D’ailleurs, désormais, il faut emprunter la file de circulation, comme à l'aéroport, obligeant le public à slalomer dans deux salles avant d’arriver devant l'icône, galerie Médicis, où des agents vous interpellent en deux langues, anglais et français, « une seule photo et avancez ».


(FILES) In this file photo taken on October 02, 2018, the Louvre Pyramid is illuminated in the night, prior to the Louis Vuitton Spring-Summer 2019 Ready-to-Wear collection fashion show in Paris. - The world's most popular museum, the Paris Louvre, received over 10 million visitors in 2018, a record which it partly attributed Thursday to a Beyonce video shot against the backdrop of the Mona Lisa and other famous works. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)
Louvre: plus de 10 millions de visiteurs en 2018, un record
Le Louvre, musée le plus visité au monde, a dépassé la barre des dix millions de visiteurs en 2018, un chiffre inégalé pour un musée international de beaux-arts et d'antiquités, d'après sa direction.

Il y a un côté transhumance du bétail sous la bonne garde d’un berger regrette un gardien, dépassé par cette « folie furieuse ». Cette folie se manifeste aussi dans l’afflux de réservations pour l’exposition-événement autour de Léonard de Vinci qui se tiendra à partir du 24 octobre, pour le 500ème anniversaire de la mort du peintre. 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Mona Lisa n'est pas seulement un chef-d'œuvre, c’est une vache à lait des produits dérivés à la boutique de la Réunion des Monuments Nationaux. Voire un veau d'or : 172 références produits autour de la Joconde vendus à partir de 1,90 euro pour le crayon papier jusqu'à 150 euros pour l'estampe en passant par le torchon, l'étui à lunettes ou le Rubik's cube. Plus étonnant, la paire de chaussettes à l'effigie de la Joconde, sur fond rose ou bleu, a détrôné le magnet, produit vedette sur Léonard de Vinci depuis des lustres. 

Au Louvre, on ne badine pas avec le sourire le plus célèbre du monde, qui est vite devenu celui des responsables marketing des boutiques. La Joconde est une machine à cash qui doit produire toujours plus, au risque de s’emballer ou de fournir des souvenirs kitsch à la lisière du bon goût. Quand on aime, on ne compte pas ! 

  Le business n’a pas encore réussi à tuer l’art et la culture.


En 2018, sur les 100 meilleures ventes des boutiques du musée, Mona Lisa apparaît 45 fois. Il s’est vendu en 2018, 872 000 articles à l’effigie de la Joconde, offrant au Louvre un pactole de plus de 3 millions d'euros. 

Il est vrai que selon une étude, 85% des dix millions de visiteurs annuels du Louvre viennent essentiellement pour la voir et lever en l’air les deux mains devant la Joconde afin de l’immortaliser sur leur smartphone, sans vraiment se soucier de l’identité de la Florentine Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo qui lui a légué son nom pour l’Histoire.

Les tickets s'arrachent

La Leonoardomania ne connaît plus de limites. Parmi les folies du moment, une pièce de monnaie Mona Lisa d'une valeur de 89.000€, frappée par la Monnaie de Paris, splendide bas-relief sur une pièce de 1 kilo or de 85 mm de diamètre. Insensé ? « On a déjà eu des commandes avant même qu'elle ne soit réalisée. Il y a des collectionneurs », souligne Julien Sabouret, chef de produit à la Monnaie de Paris.

 Reste qu’entre un sac en toile et une boule à neige à l’effigie de la Joconde, les livres sur Léonard de Vinci s’arrachent autant que les tickets pour l’exposition d’octobre. Par chance, le business n’a pas encore réussi à tuer l’art et la culture.


Sur le même sujet

Le mystère du «Salvator Mundi»
Où est passé le tableau le plus cher du monde? L'oeuvre de Leonard de Vinci, vendue 450 millions de dollars en 2017, n'est plus réapparue en public, alors que la France et l'Italie commémorent ce jeudi les 500 ans de la mort du génie italien.
(FILES) In this file photo taken on October 24, 2017 Christie's employees pose in front of a painting entitled Salvator Mundi by Italian polymath Leonardo da Vinci at a photocall at Christie's auction house in central London ahead of its sale at Christie's New York on November 15, 2017. - Later this year, the Louvre museum in Paris will host an exhibition grouping masterpieces of the great Italian painter Leonardo da Vinci to mark his death 500 years ago in France.
The "Salvator Mundi", sold at auction as a work by Leonardo for a record $450 million dollars in 2017, has not been displayed in public since, as doubts swirl about its ownership, whereabouts and authenticity. (Photo by Tolga Akmen / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION