Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Michelle superstar
Culture 4 min. 17.11.2018

La chronique de Stéphane Bern: Michelle superstar

La chronique de Stéphane Bern: Michelle superstar

AFP
Culture 4 min. 17.11.2018

La chronique de Stéphane Bern: Michelle superstar

Chaque samedi, l'animateur Stéphane Bern livre sa vision du monde et des people dans sa chronique exclusive pour le Luxemburger Wort. Cette semaine, il nous parle de la tournée mondiale de l'ex-première dame américaine, Michelle Obama, pour la promotion de son livre, "Devenir".

Beyoncé? Rihanna? Justin Timberlake? Non, aucune star de pop-music, mais Michelle Obama dont la promotion de ses mémoires prend des allures de tournée triomphale. Entre 54 à 99 euros, c'est le prix qu'il faudra débourser pour assister à une conférence de l'ancienne première dame américaine lorsqu’elle sera en France le 5 décembre à l'occasion de la sortie de son livre de mémoires "Devenir".

Son éditeur français, Fayard, n’a pas lésiné sur les moyens pour s’assurer des ventes à la hauteur des à-valoir vertigineux versés à l’ex First Lady. La rencontre avec Michelle Obama aura lieu à La Seine musicale, sur l'île Seguin, à Boulogne-Billancourt et l’on y attend quatre mille personnes dont 10% des places réservées et offertes à des jeunes par le biais d’associations. 

On pourrait croire à une sorte de grand-messe laïque où chaque participant recevra son exemplaire du livre tant espéré. «Avec la sincérité, l'humour et l'esprit qu'on lui connaît, elle se livrera et racontera son histoire telle qu'elle l'a vécue», a promis l'éditeur. "Devenir" ("Becoming" en anglais) est sorti dans le monde entier mardi dernier, traduit simultanément dans une trentaine de langues.

Pour en faire la promotion, l'ex-première dame a donc prévu une tournée digne d'une rockstar et ses éditeurs américains et européens ont vu très grand. On est loin des signatures des auteurs même célèbres qui présentent leur livre dans des librairies, des cafés, ou des salons littéraires, comme on a vu l’ancien président français François Hollande le faire non sans un plaisir évident.


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

Michelle Obama, elle, a choisi une promo façon star de la pop. Elle s'est associée à Live Nation, un groupe organisateur de concerts qui gère la carrière de grands artistes, dont Beyoncé, et va faire une tournée dans une dizaine de grandes villes dans des stades de 20.000 personnes. Une première dans le monde de l'édition.

Et une opération réussie, semble-t-il. Dès leur mise en vente, les places, vendues entre 29,50 et 3.000 dollars, se sont arrachées. Dix pour cent des revenus de la tournée seront reversés à des œuvres caritatives.

Pour son passage à l'American Airlines Center à Dallas, un stade de basket de 20.000 places, le billet le moins cher encore disponible est à 1.500 dollars. À ce prix, on a aussi droit à un livre dédicacé. Pour 2.700 dollars, on a droit à un traitement VIP avec siège au premier rang, réception et photo avec l'ex-première dame… À Washington, la demande était telle que Live Nation a ajouté une deuxième date. Mais il faudra débourser minimum 500 dollars, soit le prix des places les moins chères encore disponibles. «Mme Obama voulait que sa tournée soit le plus possible accessible», a expliqué l’une des responsables de Live Nation Touring.

Vraiment ? Pourtant pas accessible à n’importe quel prix et ses fans ont manifesté leur irritation sur les réseaux sociaux. Pour autant, Michelle Obama a promis des «conversations intimes et honnêtes» avec différents intervenants, un exploit dans une arène sportive ou musicale! «J'ai passé un an et demi à réfléchir sur mon histoire aussi profondément et honnêtement que je le pouvais et je suis maintenant excitée à l'idée de voyager dans le pays… je suis impatiente de le partager avec le reste du monde», ajoute-t-elle, espérant que «cette tournée allait inspirer d'autres à réfléchir et partager leurs histoires».

Toutes n’ont pas eu le même succès et l’on pourrait comprendre qu’Hillary Clinton en soit jalouse après la sortie de son livre en 2017 What Happened, elle qui n'avait eu droit qu'à de petites salles de moins de 4.000 personnes. On n'ose imaginer ce que sera la promotion pour Barack Obama dont les mémoires sont attendus l'année prochaine. Les éditeurs se frottent les mains. Ils ont fait un bon investissement en leur versant quelque 65 millions de dollars d’avance...

Ce succès populaire fait déjà rêver le camp démocrate à une candidature de Michelle Obama à la Maison-Blanche. La réponse est pourtant dans ses Mémoires, «je n'ai jamais été une fan de politique et mon expérience ces dix dernières années n'a pas fait beaucoup pour changer ça. Je continue à être découragée par la méchanceté». Même si elle montre qu’elle sait aussi y répondre par de jolis coups de griffes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.