Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Le Cavalier sur le retour
Culture 3 min. 18.11.2017

La chronique de Stéphane Bern: Le Cavalier sur le retour

Silvio Berlusconi

La chronique de Stéphane Bern: Le Cavalier sur le retour

Silvio Berlusconi
AFP
Culture 3 min. 18.11.2017

La chronique de Stéphane Bern: Le Cavalier sur le retour

Chaque week-end, Stéphane Bern nous livre sa vision de l'actualité dans sa chronique intitulée "L'air du temps". Cette fois, il nous parle du retour soudain sur la scène politique de Silvio Berlusconi, le "Cavaliere".

Par Stéphane Bern

On n’est jamais mort en politique ! La preuve en est faite avec le retour soudain, sur la scène politique italienne, du Cavaliere Silvio Berlusconi, 81 ans, plus lifté que jamais, les cheveux teints et la mine orangée, qui vient de revendiquer une victoire électorale régionale en Sicile alors que lui-même est toujours inéligible après sa condamnation pour fraude fiscale. 

Comment fait-il pour occuper tout à la fois les pages politique, judiciaire, mondaine et même l’actualité des spectacles ? 

Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort
Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort
LW

Pour mieux faire oublier ses nouveaux ennuis judiciaires - il est soupçonné d'être impliqué dans des crimes commis par la mafia au début des années 1990 - l’insubmersible Cavaliere revendique toujours un rôle central dans la vie politique italienne, décidé à tirer les ficelles de Forza Italia vers une victoire électorale en mai 2018 et à jouer les faiseurs de rois. 

Il ne lâche donc jamais et cette ténacité finit par forcer l’admiration de ses adversaires. Si Silvio Berlusconi est de retour, c’est surtout sur les écrans. 

Paolo Sorrentino, Oscar du meilleur film étranger en 2014 pour La Grande Bellezza et réalisateur de The Young Pope, est en train de terminer les dernières scènes du 12e long-métrage inspiré par l'homme qui est depuis 23 ans le symbole de la politique transalpine. 

Silvio Berlusconi y est interprété par Toni Servillo. Autant de talents mis au service de sa personne avaient, dans un premier temps, séduit l'ex-Cavaliere. 

Paolo Sorrentino fut invité à le rencontrer dans son palais romain et Silvio Berlusconi lui avait offert d'ouvrir, si nécessaire, les portes de ses multiples résidences pour tourner certaines scènes. 

Les premières indiscrétions sur le film ont toutefois gelé cet enthousiasme. Il y serait en effet question de dîners galants, de starlettes désinhibées, de bunga bunga et de l'origine douteuse de la fortune du héros. 

« J'ai entendu d'étranges rumeurs sur le film de Sorrentino, a déclaré Silvio Berlusconi. J'espère qu'il ne s'agit pas d'une agression politique ». Sa réputation sulfureuse lui colle pourtant à la peau. 

Son épouse Veronica Lario, 61 ans, avait demandé la séparation de l'ex-chef du gouvernement italien en mai 2009, expliquant à l'époque dans une lettre aux journaux « ne pas pouvoir rester avec un homme qui fréquente des mineures ». 

Le couple est officiellement divorcé depuis février 2014 mais se déchire sur la pension alimentaire, d'abord fixée à trois millions d'euros par mois puis réduite à 1,4 million. 

Cette semaine, un tribunal de Milan saisi par le magnat des médias a entièrement annulé cette pension, au motif que l'ex-femme était suffisamment riche pour subvenir à ses besoins avec un capital de 16 millions d'euros, des bijoux de famille et une maison d'édition, selon les médias italiens. 

Dès mai dernier, la Cour de cassation italienne avait en effet statué que la pension alimentaire n'était pas destinée à garantir le même train de vie que pendant le mariage et ne pouvait être octroyée que si l'ex-conjoint ne pouvait subvenir à ses besoins. 

Veronica va donc devoir lui rendre les quelque 60 millions d'euros déjà perçus. Ce genre de victoire n’est pas destinée à refréner le narcissisme échevelé de Silvio Berlusconi, qui continue à croire en sa baraka. 

Winston Churchill le disait : « Le succès, c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme ».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.