Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: L'étoffe d’une héroïne
Culture 3 min. 20.10.2018

La chronique de Stéphane Bern: L'étoffe d’une héroïne

Lady Gaga lors de la soirée Women in Hollywood

La chronique de Stéphane Bern: L'étoffe d’une héroïne

Lady Gaga lors de la soirée Women in Hollywood
AFP
Culture 3 min. 20.10.2018

La chronique de Stéphane Bern: L'étoffe d’une héroïne

Chaque samedi, l'animateur livre sa vision du monde dans sa chronique exclusive pour le Luxemburger Wort. Cette semaine, il évoque Lady Gaga.

Par Stéphane Bern

On ne s’attache guère qu’à l’écume des choses, à la mousse de l’actualité, la superficialité qui fait le buzz et alimente les clics sur la Toile.

Ne faudrait-il pas, parfois, aller au-delà des apparences et des faux-semblants? Pour preuve, le compte rendu que délivrent les gazettes américaines de la soirée Women in Hollywood organisée par le magazine Elle à l’hôtel Four Seasons de Beverly Hills à Los Angeles.

Il n’est question que de l’officialisation de la relation sentimentale débutée en février 2017 entre la reine de la pop américaine, Lady Gaga, 32 ans, avec son compagnon, l’agent artistique de 49 ans, Christian Carino.


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

La chanteuse et actrice a elle-même remercié lors d’un discours son «fiancé» de sa présence et de son soutien. Il fallait pourtant aller bien au-delà des informations dont est friande la presse people.

Distinguée lors de cette soirée, la chanteuse s'est surtout confiée sur la place des femmes dans l'industrie du divertissement, évoquant plusieurs traumatismes personnels.

C'était probablement la prise de parole la plus émouvante de la 25e édition de la soirée Women in Hollywood du Elle américain.

Bouleversée, des larmes dans la voix, Lady Gaga a livré un discours vibrant dans lequel elle s'est confiée sur l'agression sexuelle dont elle assure avoir été victime, le trouble psychologique dont elle souffre et la place des femmes à Hollywood.

La chanteuse, dont certains prédisent la nomination comme actrice aux Oscars pour le film de Bradley Cooper, A Star is Born, faisait partie des huit personnalités distinguées lors de l'événement.

Accueillie sur la scène par une standing ovation, les yeux pleins de larmes, elle s'est d'abord exprimée sur sa tenue, un costume «oversize» griffé Marc Jacobs: « J'ai essayé une multitude de robes aujourd'hui pour être prête pour cet événement ce soir. Certaines avec des corsets, d'autres avec des talons, des plumes, dans les plus belles matières et les plus belles soies du monde. Et pour être honnête? Ça m'a rendue vraiment malade.»

«Et je me suis demandée: “Qu'est-ce que ça veut vraiment dire d'être une femme à Hollywood?” Nous ne sommes pas seulement là pour divertir. Nous ne sommes pas de simples images destinées à faire sourire ou grimacer les gens. Nous ne sommes pas les candidates d'un gigantesque concours de beauté qui devraient se liguer les unes contre les autres pour le plaisir du public. Nous, femmes d'Hollywood, avons des voix. Nous avons des pensées profondes, des idées, des croyances et des valeurs à propos du monde et nous avons le pouvoir de parler, d'être entendues et de nous battre en retour lorsque nous devons nous taire».

Une prise de conscience et un changement dans la mentalité et dans la manière de voir le monde que Lady Gaga souhaitait également exprimer dans sa façon de s'habiller. Pourquoi? Car elle savait que pour la plupart, tout ce qui allait importer était la manière dont elle allait se vêtir pour fouler le tapis rouge.

«J'ai vu un costume oversize Marc Jacobs qui attendait tranquillement dans un coin. C'était un costume d'homme, mais fait pour les femmes. Dans cet habit je me suis sentie moi-même aujourd'hui. En tant que victime d'harcèlement sexuel par un homme de cette industrie, en tant que femme qui n'est à ce jour toujours pas assez courageuse pour donner son nom, en tant que femme qui a été conditionnée très jeune à écouter ce que les hommes pouvaient me dire. J'ai décidé aujourd'hui que je voulais reprendre le pouvoir. Aujourd'hui je porte un pantalon».

Plus qu’une affaire de style, une question d’élégance morale. Parce qu’elle est aujourd’hui heureuse et comblée dans sa vie, Lady Gaga a trouvé le courage de parler ouvertement, de briser le tabou, de mettre publiquement des mots sur ses maux.

Pour servir le bien commun de toutes les femmes. En rappelant que l’industrie du cinéma ne serait rien sans les femmes, elle a reçu d’emblée le soutien de Charlize Theron et Jennifer Lopez et de toutes ces actrices - Kate Beckinsale, Vanessa Hudgens, Keira Knightley, Chloë Moretz, Sarah Paulson, Ellen Pompeo - sans qui la machine à rêves ne fonctionnerait plus.

Assurément, une star, avocate de la cause des femmes, est née.