Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: dans la peau de Michaël Jackson
Culture 3 min. 02.02.2019

La chronique de Stéphane Bern: dans la peau de Michaël Jackson

Rodrigo Alves, Brésilien de 34 ans, a subi plus de 100 opérations esthétiques pour ressembler à la poupée Ken.

La chronique de Stéphane Bern: dans la peau de Michaël Jackson

Rodrigo Alves, Brésilien de 34 ans, a subi plus de 100 opérations esthétiques pour ressembler à la poupée Ken.
Photo: Shutterstock
Culture 3 min. 02.02.2019

La chronique de Stéphane Bern: dans la peau de Michaël Jackson

Ressembler à son idole, personnage réel ou fictif: Stéphane Bern nous parle cette semaine de deux hommes qui ont subi plus de 100 opérations esthétiques pour atteindre leur but. Mais... dans quel but, finalement?

Vous vous souvenez sans doute du Brésilien Rodrigo Alves, 34 ans, accro à la chirurgie esthétique qui, à ce jour, a déjà dépensé environ 120.000 euros pour atteindre ce qu'il considère comme la perfection: ressembler à Ken, le fiancé de Barbie. Rectifications du nez, liposuccion du visage, implants pectoraux et autres traitements capillaires, il a déjà subi 145 interventions.

Sans compter les injections d'acide botulique chaque année, des comprimés de collagène, des pilules contre la rétention d'eau et d'autres pour la pousse des cheveux.

Cette quête de la perfection a cependant failli tuer le jeune homme. Non content de s’être fait ôter quatre côtes pour affiner sa taille, il ne peut plus respirer en raison de ses nombreuses rhinoplasties. A Londres où il vit, un médecin a enfin pu mettre des mots sur ses maux: il souffre d'un trouble dysmorphique, une obsession pour sa propre apparence qui lui fait vivre un enfer. «J'espère que cette thérapie va m'aider à arrêter de toujours vouloir m'améliorer et changer mon apparence. C'est très douloureux», a-t-il confié à la télévision où il est devenu une bête de foire courant les plateaux. 

A-t-il conscience que vouloir ressembler à Ken, c’est n’être personne? Au mieux une poupée de vitrine, une plastique désincarnée. Dans le même genre de course effrénée vers le vide, un Argentin de 22 ans, Leo Blanco, ne nourrit qu'une seule ambition dans la vie: devenir le meilleur sosie au monde de Michael Jackson. Fan depuis toujours de la star défunte, Léo a déjà subi onze interventions sur son visage, dont quatre rhinoplasties. Et il n'avait que 15 ans lors de sa première opération!

Sa ressemblance avec le Michael Jackson des années 1990 est si frappante que l'émission britannique «Hooked on the Look» lui a consacré un reportage. Quand il sort de chez lui, le sosie de l’artiste le plus populaire de tous les temps est régulièrement suivi par des fans qui lui demandent des selfies. «Je suis très surpris, c'est très gratifiant», dit-il. Pour leur faire plaisir, le jeune homme esquisse souvent quelques pas de breakdance, dans la rue. Il évoque aussi sans détour sa prochaine intervention: un remodelage de la mâchoire et du menton. «Chaque opération me rapproche de mon objectif, dit-il. J'ai dépensé environ 30 000 dollars jusqu'à présent. Ce n'est pas ce que j'imaginais, mais pour réaliser mon rêve, cela vaut le coup!». 

Il faut dire que Michael Jackson est toute sa vie. «Je regarde tout le temps ses photos, je l'écoute tout le temps, je le ressens depuis toujours ». Du coup, Leo a les mêmes mimiques que Bambi. «C'était donc devenu difficile pour moi de ne pas lui ressembler physiquement», se justifie-t-il. Ses parents n’ont pas eu d’autre alternative que d’accepter son choix, mais ils détestent le voir aussi souvent passer sur le billard. Face à sa mère qui a peur qu'il y laisse sa peau, Leo lui répond du tac au tac: «C'est de ta faute. Si tu m'avais fait plus beau, je n'aurais pas besoin de toutes ces opérations de chirurgie esthétique!»

Par-delà l’exemple pathétique de ce jeune homme qui a participé au défi sur Instagram du #10YearChallenge publiant des photos avant et après sa métamorphose, ne faudrait-il pas, dans notre société qui starifie la notoriété au-dessus de toutes les autres valeurs, aider chacun à s’assumer comme il (ou elle) est et finir par s’accepter ? Suivi par 45.000 abonnés, Léo est désormais connu… pour s’être fait reconnaître comme quelqu’un d’autre, une icône disparue à laquelle il ressemblera pour l’éternité. Aussi étrange que cela puisse paraître, Michael Jackson aura eu sa peau !


Sur le même sujet