Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Avis de recherche
Culture 3 min. 09.06.2018 Cet article est archivé

La chronique de Stéphane Bern: Avis de recherche

Où est donc passée Melania Trump?

La chronique de Stéphane Bern: Avis de recherche

Où est donc passée Melania Trump?
AFP
Culture 3 min. 09.06.2018 Cet article est archivé

La chronique de Stéphane Bern: Avis de recherche

Chaque samedi, Stéphane Bern nous livre sa vision de l'actualité dans sa chronique intitulée "L'air du temps". Cette semaine, il nous parle de la Première dame américaine, Melania Trump.

Dans les rues de l’East Village à New York, des affichettes ont été placardées: «Disparue. Melania Trump. Avez-vous vu cette personne?». Des avis de recherche humoristiques alors que la First lady américaine a quitté les écrans radars pendant plus de trois semaines.

Oublié l’accord tacite de laisser tranquille Melania Trump et son fils Barron, la presse d’outre-Atlantique, sans doute lassée de spéculer sur la garde-robe de la First Lady, son silence après les révélations sur la relation de son mari avec l’actrice porno Stormy Daniels ou la façon qu’elle a de tenir ou non la main de son mari, cherche à comprendre les raisons secrètes de l’absence de Madame Trump.


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

A croire que Melania est devenue, malgré elle, la pièce maîtresse d’un échiquier subtil qui permettrait de comprendre l’univers énigmatique de Donald Trump.

Aussi, après trois dernières semaines de cure médiatique et d’absence de la sphère publique, la première dame américaine a tenté de rassurer par une réapparition mise en scène sur Twitter, le mode de communication préféré de la Maison Blanche.

«Ce soir, @POTUS (l’acronyme du président américain) et moi avons été honorés de rendre hommage à nos héros disparus», a écrit Melania Trump sur le réseau social, accompagnant le message d’une série de photos la montrant dans l’aile Est de la Maison Blanche assise à côté de Donald Trump lors d’une réception en l’honneur des familles de soldats américains tombés au combat.

Mais cela n’a pas suffi à éteindre les rumeurs. 

D’autant que la première dame n’accompagne pas son mari ni au sommet du G7, à Québec, ni au sommet de Singapour, avec la Corée du Nord. La dernière fois que Melania Trump avait été vue en public, seule ou accompagnée, remontait à la nuit du 10 mai, lorsqu’elle était venue accueillir, avec le président, trois anciens prisonniers américains que Pyongyang venait de libérer.

Le 14 mai, la Maison Blanche avait annoncé qu’elle avait subi «une procédure d’embolisation pour traiter un problème bénin au rein». Depuis, plus rien : silence radio… devenant invisible alors même qu’elle venait de lancer l’initiative Be Best (soyez meilleurs) contre le harcèlement sur les réseaux sociaux.

Aussitôt, sur ces mêmes réseaux sociaux, les amateurs de théorie du complot s’en sont donné à cœur joie pour spéculer sur cette absence. «Elle a quitté la Maison Blanche et est retournée vivre à New York» ; «elle est hébergée par le couple Obama»; «elle a subi une opération de chirurgie esthétique et récupère»...

La chaîne de télévision CNN a rebondi, publiant un calendrier affichant les jours d’absence de la première dame, tentant de justifier ses interrogations à propos de cette disparition. Dans l’ombre, Melania réagit sur Twitter, pour rassurer ses fans: «Je vois que les médias font des heures supplémentaires en spéculant où je suis et ce que je fais. Rassurez-vous, je suis ici à la Maison Blanche, avec ma famille, je vais bien et travaille dur pour les enfants et le peuple américain!».

L’équipe de communication de la première dame est sur le pont pour tordre le cou à la rumeur: «Conjectures et absurdités. Mme Trump a toujours été une femme forte et indépendante qui place sa famille et, bien entendu, sa santé avant tout, et ça ne va pas changer à cause de journalistes enragés», a déclaré Stephanie Grisham, la porte-parole de Melania Trump.

Avant elle, Bess Truman ou Nancy Reagan s’étaient mises au vert sans que cela ne déclenche une telle hystérie. Mais force est de constater que l’attention des médias pour la première dame a explosé avec la présidence Obama, qui a misé sur le développement des réseaux sociaux pour promouvoir – avec succès! – la marque Michelle Obama.

L’ironie de l’histoire, c’est que ceux-là même qui fustigent les absences de la Première dame, sont les premiers à lui contester tout rôle public. Et cela est aussi vrai sous toutes les latitudes.


Sur le même sujet

Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter
Le réseau social a signalé pour la première fois mardi des messages du président américain comme «trompeurs» mais était dans le même temps violemment attaqué pour avoir laissé le locataire de la Maison Blanche accuser, sans l'ombre d'une preuve, un ancien élu d'avoir assassiné une assistante parlementaire.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump speaks to the press on May 22, 2020, in the Brady Briefing Room of the White House in Washington, DC. - President Donald Trump tweeted a conspiracy theory on May 26, 2020 accusing one of his media critics of murder -- and prompting a demand that Twitter block the Republican leader's "vicious lie." The president's attempt at character assassination of MSNBC host Joe Scarborough by spreading the baseless rumor to his nearly 80 million followers was only his latest foray into conspiracy theory territory. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Stéphane Bern et le mystère Melania
Notre chroniqueur traverse cette semaine l'Atlantique, direction Washington où une biographie non autorisée de la First Lady américaine vient de paraître. Si cet ouvrage suscite de nombreux commentaires et lève un coin du voile sur l'épouse de Donald Trump, les zones d'ombre demeurent encore nombreuses.
(FILES) In this file photo taken on November 11, 2019, US President Donald Trump and US First Lady Melania Trump listen to Taps during a Veterans Day event at Madison Square Park in New York. - Melania Trump on December 4, 2019, publicly rebuked Constitutional law professor Pamela Karlan,who used her 13-year-old son's name to make a point during an impeachment hearing against the president. Karlan invoked Barron Trump to demonstrate how the Constitution imposes distinctions between a monarch's power and that of a president. "The constitution says there can be no titles of nobility," Karlan told lawmakers, "So while the president can name his son 'Barron', he can't make him a baron." The pun led to chuckles in the congressional hearing room, but Melania Trump made clear it was no laughing matter. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)