Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Au pays de l’amour
Culture 3 min. 13.10.2018

La chronique de Stéphane Bern: Au pays de l’amour

De gauche à droite: Laeticia Hallyday, l'épouse du chanteur, Laura Smet et David Hallyday, les enfants majeurs de Johnny.

La chronique de Stéphane Bern: Au pays de l’amour

De gauche à droite: Laeticia Hallyday, l'épouse du chanteur, Laura Smet et David Hallyday, les enfants majeurs de Johnny.
AFP
Culture 3 min. 13.10.2018

La chronique de Stéphane Bern: Au pays de l’amour

Ah, le fameux héritage de Johnny Hallyday. Une histoire fleuve, qui a une nouvelle fois inspiré Stéphane Bern dans sa chronique cette semaine.

La chronique de Stéphane Bern

«Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès» écrivait au XIXème siècle le formidable explorateur de la comédie humaine qu’était Honoré de Balzac. Cette pensée a sans doute éclairé les différents protagonistes de l’affaire qui passionne les médias depuis dix mois: l’héritage de Johnny Hallyday. 


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

Selon des informations divulguées dans la presse, sa veuve, Laeticia Hallyday, rentrée ces jours-ci en France avec ses deux filles pour assurer la promotion du dernier album du chanteur, «mon pays c’est l’amour» à paraître le 19 octobre chez Warner, et dont elle est la directrice artistique, pourrait trouver un accord avec les deux enfants aînés de Johnny, Laura Smet et David Hallyday. 

Depuis le début de l’été dernier, leurs avocats négocient en coulisses. Selon des proches qui ont accepté de témoigner, «le temps a calmé les tensions qui régnaient entre Laeticia, Laura et David. Elle a tendu la main plusieurs fois et ils l’ont saisie. La preuve, Laura a pu revenir à la Savannah, la maison de Marnes-la-Coquette où Johnny est décédé, et s’y recueillir pendant une heure. Dès qu’on a fait la demande à ses avocats, Laeticia l’a acceptée». 

D’après les avocats respectifs, il y a eu «des échanges positifs» entre les deux parties. «Aujourd’hui, tout le monde est dans une démarche de négociation». Laura Smet souhaiterait récupérer la villa de Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine), obtenir un pourcentage sur l’exploitation future de l’image de son père et quelques objets personnels qui lui sont chers. 

David Hallyday, lui, demanderait à récupérer les droits d’une partie du catalogue de son père, soit 24 albums (sur 51 avec le dernier), auxquels il tient parce qu’il y a collaboré, à commencer par «Sang pour Sang» qu’il a composé et coproduit en 1999 et qui fut la plus grosse vente de Johnny avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus. Si les parties parviennent à un accord, David Hallyday percevrait les droits que touchait son père sur ces albums, en sa qualité d’interprète - le plus souvent -, mais aussi de compositeur ou de producteur. Le fils de Johnny souhaite aussi que soit mis en place un système de gestion du droit moral de l’artiste - l’exploitation de son œuvre passée et future - à cinq, avec Laeticia, Jade, Joy et Laura. 

Maître Hervé Temime, l’avocat de Laura Smet, «confirme que Laura Smet est animée d’une volonté d’apaisement. Mais à ce jour, aucun accord n’a été trouvé et Laura n’a toujours pas le moindre objet personnel de son père». De fait, tout le monde veut que la sortie de l’album posthume de Johnny se passe bien. 

Rien ne serait pire, pour la promotion de l’album, qu’une guerre de tranchées entre les deux parties. D’autant que l’opinion publique française est majoritairement favorable aux liens du sang et ne comprend pas que les enfants nés de Sylvie Vartan et de Nathalie Baye soient privés de tout héritage. Il y a urgence car il vaut mieux qu’un accord soit trouvé avant le 30 novembre, date du prochain épisode judiciaire. À cette date, le tribunal de grande instance de Nanterre doit dire si, oui ou non, il est compétent pour juger sur le fond cet héritage signé sur le sol américain qui a fait trembler le sol français. 

Ce rapprochement, s’il se concrétisait dans les prochains jours, pourrait éteindre la procédure judiciaire entre les deux parties avant leur rencontre prévue au tribunal en novembre. Si un accord était trouvé d'ici-là, cela mettrait fin à la procédure judiciaire engagée par David et Laura Smet et permettrait d'éviter de passer par la case procès. L’enjeu est de taille: le 51ème album du rockeur sera sans nul doute l'un des plus gros succès commerciaux de l'année. En près de soixante ans de carrière, Johnny a récolté dix Victoires de la musique et écoulé quelque 110 millions de disques. De quoi aiguiser certes les appétits, mais convaincre chacun de se mettre à la table… des négociations!


Sur le même sujet

La chronique de Stéphane Bern: L'amour en héritage
Chaque samedi, Stéphane Bern nous livre sa vision de l'actualité dans sa chronique intitulée "L'air du temps". Cette semaine, il nous parle du clan Hallyday qui se déchire pour l'héritage colossal du chanteur populaire.
Laeticia Hallyday, Laura Smet et David Hallyday lors des obsèques de Johnny à Paris, le 9 décembre 2017.