Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Amende honorable
Culture 3 min. 07.10.2017

La chronique de Stéphane Bern: Amende honorable

Julia Roberts dans le film Eat, Pray, Love (2010)

La chronique de Stéphane Bern: Amende honorable

Julia Roberts dans le film Eat, Pray, Love (2010)
archives LW
Culture 3 min. 07.10.2017

La chronique de Stéphane Bern: Amende honorable

Chaque week-end, Stéphane Bern nous livre sa vision de l'actualité dans sa chronique intitulée "L'air du temps". Aux yeux de Stéphane Bern, Julia Roberts a réussi à rester accessible et populaire, sans jamais tomber de son piédestal.

Par Stéphane Bern

Dans une actualité morose, et même particulièrement violente aux Etats-Unis, l’Amérique éprouve soudain le désir impérieux de rêver. Aussi, les stars d’Hollywood reprennent-elles toute leur place et se confient en toute honnêteté sur papier glacé.

Dans une interview accordée au très chic « Harper’s Bazaar », Julia Roberts revient sur ses débuts d’actrice, sa rencontre avec son mari, ses exigences pour les rôles et ses cinquante ans qui approchent. Et l’actrice, qui a choisi le magazine pour faire une confession sincère, avoue avoir été capricieuse, autocentrée, imbue d’elle-même et insupportable.

Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort
Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort
LW

« J'étais ma priorité » confie-t-elle, « une petite morveuse égoïste qui faisait des films ». Cette phase d'adolescence n'a pas duré longtemps selon elle, mais ce n'est qu'en rencontrant son actuel mari, le photographe Daniel Moder, en 1999, qu'elle a atteint totalement la sérénité dans sa vie.

« Quand je pense à ce qui fait de ma vie ma vie, et qui a du sens et qui brille à l'intérieur de moi, c'est lui. Tout est là pour moi ». Une belle histoire d’amour qui est née sur le tournage du film « Le Mexicain ». Aujourd'hui, Julia Roberts et Daniel Moder ont trois enfants, des jumeaux de 12 ans, Hazel et Finn, et un fils de 10 ans, Henry. En totale confiance avec son mari, Julia Roberts explique qu'elle s'est sentie prête pour collaborer avec lui sur une série de projets de films et de téléfilms: « Il y a du réconfort, mais aussi la terreur de travailler avec son conjoint, ce qui est une bonne combinaison. De la terreur parce que la personne que je veux impressionner le plus me regarde ».

J'avais déjà été gâtée avec d'excellents rôles, alors je me demandais pourquoi faire moins bien ?

L’iconique actrice de « Pretty Woman » avoue par ailleurs qu’elle est devenue plus exigeante sur les rôles qu'elle accepte, révélant qu'elle n'a pas travaillé sur un film ces douze derniers mois. Maintenant, il lui faut un script et un réalisateur vraiment géniaux pour attirer l'actrice loin de sa famille. « Si je n'étais pas là aujourd'hui (à vous parler), je serais dans la voiture en train de conduire mes enfants à l'école », dit-elle ainsi. « Rappelez-vous pourquoi vous faites ce que vous faites. C'est votre ancrage. Cultivez votre goût et votre prise de décision, je n'ai pas travaillé pendant quelques années durant ma vingtaine parce qu'on me proposait des scripts mauvais. Je pensais pouvoir payer mon loyer et attendre quelque chose de bien. J'avais déjà été gâtée avec d'excellents rôles, alors je me demandais pourquoi faire moins bien ? ».

Celle qui va passer le cap de la cinquantaine à la fin du mois d’octobre estime que ses priorités ont complètement changé. Julia Roberts fait preuve d’une grande lucidité sur sa vie et sa carrière… sans pour autant ne jamais casser le mythe qui fait d’elle une star aimée et respectée. « Au fond, nous savons tous qu'on ne peut pas rester éternellement au point culminant, reconnaît-elle. (...) Il y a de grandes choses que j'ai accomplies et je serais heureuse d'accomplir plus, bien sûr, pour impressionner mes enfants et mon mari. Mais vous savez quoi? J'ai déjà été gâtée ». On ne le dira jamais assez, mais dans un monde où chacun se met en scène au moyen de selfies et revendique son quart d’heure de gloire sur la toile, les confidences de Julia Roberts ont quelque chose de rafraîchissant et de rassurant. La star a réussi à rester accessible et populaire, sans jamais tomber de son piédestal.


Sur le même sujet

Dans l'air du temps: La fleur de l’âge
Dans sa chronique hebdomadaire, Stéphane Bern revient sur la «multi-récidiviste» qui a été désignée pour la cinquième fois en 2017, femme la plus belle du monde: Julia Roberts. Il y voit «un signal envoyé à toutes les femmes dans la maturité de l’âge». Car Julia Roberts n'a pas cédé aux sirènes de la chirurgie esthétique ou autre rajeunissement artificiel.