Changer d'édition

«KuFa's Urban Art»: Esch au rythme de l'art urbain
Culture 18 2 min. 08.07.2016 Cet article est archivé

«KuFa's Urban Art»: Esch au rythme de l'art urbain

La fresque de "Mantra" aux portes de la Kulturfabrik

«KuFa's Urban Art»: Esch au rythme de l'art urbain

La fresque de "Mantra" aux portes de la Kulturfabrik
Photo: Alex Carvalho
Culture 18 2 min. 08.07.2016 Cet article est archivé

«KuFa's Urban Art»: Esch au rythme de l'art urbain

Marie-Laure ROLLAND
Marie-Laure ROLLAND
La Place du Brill, au coeur de la Cité du fer, va battre ce week-end au rythme du street art. En avant-première, nous sommes allés voir les graffitis qui ont envahi ville.

Par Alex Carvalho

On vise de plus en plus grand à la Kulturfabrik. Cela fait trois ans que la KuFa développe son projet «KuFa's Urban Art». Cette année, elle est passée à la vitesse supérieure en s'associant avec la France, la Belgique et l'Allemagne. Sept villes au total vivent actuellement à l'heure de l'art urbain.

«Tout a commencé en 2014», explique Fred Entringer, coordinateur des événements. «Le but principal était de donner un nouveau visage à la ville d'Esch, et ceci au moyen d'un art dynamique, jeune et en plein essor partout dans le monde: le street art». Les activités ont débuté en avril.

Plus de 300 jeunes participants

Au programme: des conférences d'artistes et invités venus de toute l'Europe mais aussi des workshops destinés à des jeunes en situation difficile. On a compté plus de 300 participants dans 740 activités. «Ces ateliers permettent non seulement à des gens de découvrir cet art, mais aussi de créer de nouvelles relations entre personnes issues de mondes très différents. J'ai eu l'occasion de voir deux jeunes tisser une amitié lors d'un workshop de graffiti; l'un était handicapé mental, l'autre réfugié syrien», observe le coordinateur.

Depuis lundi 4 juillet 2016, sept interventions urbaines réalisées par des artistes reconnus dans le monde entier ont été réalisées. L'Espagnol «Dulk» ou le Français «Mantra» incorporent tous deux un message dans leur oeuvre: «Dulk» a créé une fresque de près de 20 mètres de haut, riche en couleurs, qui évoque les dures réalités du réchauffement climatique dans le monde animal. «Mantra» a fait petit à petit apparaître son mur au style surréaliste: une jeune femme dans une bibliothèque. Pour lui, «de la curiosité naît l'imagination».

Rendez-vous place du Brill

Ce week-end, le public est invité à participer gratuitement au festival de clôture. A l'affiche: concerts, life-paintings, video-mapping, sports urbains foodtrucks... L'épicentre se situe sur la place du Brill mais chacun pourra déambuler dans la ville pour découvrir les fresques qui se nichent au recoin d'un mur ou d'un square.

www.kulturfabrik.lu