Changer d'édition

«Je suis quelqu'un de normal»
Culture 5 min. 30.09.2014 Cet article est archivé
Rencontre avec Marianne Faithfull

«Je suis quelqu'un de normal»

"Give my Love to London", le dernier album de Marianne Faithfull et sorti lundi.
Rencontre avec Marianne Faithfull

«Je suis quelqu'un de normal»

"Give my Love to London", le dernier album de Marianne Faithfull et sorti lundi.
Culture 5 min. 30.09.2014 Cet article est archivé
Rencontre avec Marianne Faithfull

«Je suis quelqu'un de normal»

Il y a cinquante ans, la planète musicale découvrait Marianne Faithfull, protégée de Keith Richards et Mick Jagger qui lui avaient offert «As Tears Go By». Aujourd'hui, Marianne Faithfull est une artiste affirmée et confirmée qui continue de s'entourer des plus grands pour créer des titres fidèles à son image. Son dernier opus «Give my Love to London» est sorti hier et Lady Marianne sera à la Rockhal le 12 octobre.

Il y a cinquante ans, la planète musicale découvrait Marianne Faithfull, protégée de Keith Richards et Mick Jagger qui lui avaient offert «As Tears Go By». Aujourd'hui, Marianne Faithfull est une artiste affirmée et confirmée qui continue de s'entourer des plus grands pour créer des titres fidèles à son image. Son dernier opus «Give my Love to London» est sorti hier et Lady Marianne sera à la Rockhal le 12 octobre.

Miss Faithfull vous donnez un concert à la Rockhal le 12 octobre. Ce n'est pas la première fois que vous venez au Luxembourg. Gardez-vous des souvenirs de vos précédentes visites?

J'ai énormément de souvenirs du Luxembourg. Quand j'étais plus jeune, je connaissais Radio Luxembourg. Mais je n'ai commencé à m'y produire que plus tard. J'aime ce pays, même si je n'ai jamais eu le temps d'y faire du tourisme. Il est très joli. J'ai toujours été fascinée par le nombre de banques.

Qu'allez-vous proposer au public luxembourgeois?

Je ne sais pas... Un concert de Marianne Faithfull qui ne ressemblera pas à un concert de Miley Cyrus. Cela fait 50 ans que je suis sur scène. Il y aura d'anciens titres, beaucoup d'extraits de mon magnifique nouvel album «Give my Love to London» et quelques surprises pour les fans.

Comment vous est venue l'idée de ce nouvel album et de travailler avec tous ces musiciens différents?

Ce sont tous des amis, sauf Steve Earle, un auteur-compositeur et écrivain américain, que je n'avais jamais rencontré. Je l'ai vu en concert à Paris et j'ai vraiment adoré sa musique. J'aime beaucoup de choses en lui. Il était la personne qu'il me fallait pour collaborer à mon album. C'est un de mes musiciens préférés sur l'album. Il y a aussi Nick Cave, Roger Waters qui m'a écrit «Sparrows Will Sing», et une petite nouvelle Anna Calvi. Je suis enchantée d'avoir collaboré avec toutes ces personnes. Il manque des gens, mais je les aurai la prochaine fois...

Quel est le genre musical que vous préférez travailler?

Je les mélange tous! Je n'en préfère aucun. Ils ont tous leurs avantages et leurs intérêts. En fait, cela dépend de mon humeur. Cette fois, j'ai voulu faire quelque chose d'inédit, qui n'a rien à voir avec ce que j'ai pu faire par le passé. La grande œuvre de ma maturité.

Durant votre carrière, on vous a fait porter différentes casquettes: chanteuse, actrice, icône des sixties, junkie, groupie...

Je ne suis pas une groupie! Je n'en ai jamais été une... Je suis une artiste en activité, une musicienne, une chanteuse. Je suis effectivement tombée amoureuse d'une rockstar, mais cela ne fait pas de moi une groupie. J'emmerde les personnes qui osent dire cela!

Vous seriez-vous imaginé il y a 50 ans avoir une telle carrière?

Non! Je n'aurais jamais pensé avoir une vie aussi remplie. Les choses arrivent, se mettent en place. Et je suis consciente que tout le monde n'a pas la même chance extraordinaire que moi. Roger Waters m'a composé une des plus belles chansons que je n'ai jamais interprétées. Ma carrière a commencé grâce à «As Tears Go By» de Mick Jagger et Keith Richards. La chanson de Roger est encore plus belle.

Vous avez peut-être trop interprété «As Tears Go By».

Peut-être. Je la chante car je l'aime, pas parce que j'y suis obligée. Je dois beaucoup à cette chanson et à ses auteurs. C'est plus excitant pour moi de chanter «Sparrows Will Sing» ou «Late Victorian Holocaust» de Nick Cave.

Vous considérez-vous comme une muse?

Non, c'est un emploi horrible. Elles finissent toutes par se suicider pour l'art. Je suis indépendante, pas une de ces filles qui inspirent d'autres personnes. Je ne crois pas faire cela et je ne veux pas être une muse. Je vis ma vie comme tout le monde. J'ai travaillé, aimé, eu des enfants et des petits-enfants. Je n'ai pas eu une vie aussi extraordinaire que tout le monde le croit. Je suis quelqu'un de normal. J'ai dû travailler dur pour gagner ma vie et être une femme n'est pas toujours facile. Il y a des différences énormes entre les hommes et les femmes. Ce n'est pas juste. Les hommes sont égoïstes. Heureusement, la situation des femmes s'améliore avec le temps.

On a écrit et dit tellement de choses sur vous. Un nouveau livre sort en octobre. Ne trouvez-vous pas que votre vie a été trop exposée?

J'ai dû apprendre à me cacher et à garder beaucoup de choses pour moi, car je parle beaucoup trop. Mais le livre de photographies qui sort le 8 octobre est tellement beau. J'y ai collaboré en écrivant les commentaires qui accompagnent des photographies de moi. Vous savez, ma vie est très confidentielle. Je ne fais pas grand-chose et je ne parle à la presse que quand j'ai besoin de vendre les places de mes concerts. Je n'aime pas du tout le faire, mais cela fait partie du job. Je veux parler de ce que je crée, parce que c'est un business.

par Sophie Kieffer

Marianne Faithfull sera au Club de la Rockhal le 12 octobre.


Sur le même sujet

La chanteuse britannique Adele s'est adressée mercredi directement à ses millions de fans en publiant sur son compte Twitter une lettre dans laquelle elle annonce que son nouvel album s'appellera "25" et sera un album de "réconciliation" avec elle-même.
Adele wollte die Spekulationen um eine mögliche Trennung nicht unkommentiert auf sich sitzen lassen.
Séance de rattrapage
Mélomanes à l'emploi du temps chargé, vous êtes peut-être passés à côté des succès musicaux de l'année 2015. Cinq genres, cinq albums : nous avons sélectionné des playlists à écouter au bord de la piscine, à la plage ou en road trip...
Les disques incontournables de 2015
Madonna, Marylin Manson ou encore Rihanna signent leur grand retour en 2015 avec chacun un nouvel album. Des sorties à ne pas oublier.
Muse
Marianne Faithfull au Club de la Rockhal
Sister Morphine fume une e-cigarette, elle s'est fait opérer de la hanche et prend des anti-douleurs tout à fait autorisés. Pourtant, elle ne s'est pas assagie. Marianne Faithfull a prouvé à ses fans réunis au Club de la Rockhal dimanche soir qu'elle était toujours aussi rebelle, même après cinquante ans de carrière parsemés de tubes et de perles.
Marianne Faithfull à la Rockhal.
Marianne Faithfull, rescapée des turbulentes années 60, des drogues et d'un cancer, ne se voit pas en légende vivante du rock mais bien comme "une artiste en activité" alors que paraît son nouvel album écrit entre autres par Roger Waters, Nick Cave et Anna Calvi.
Marianne Faithfull à l'Atelier en novembre 2009.