Changer d'édition

Hitchcock, une image de marque
Culture 2 5 min. 12.02.2022
Exposition au Ratskeller

Hitchcock, une image de marque

Une collection consacrée à un monstre sacré du cinéma.
Exposition au Ratskeller

Hitchcock, une image de marque

Une collection consacrée à un monstre sacré du cinéma.
Photo: Claude Piscitelli
Culture 2 5 min. 12.02.2022
Exposition au Ratskeller

Hitchcock, une image de marque

Thierry HICK
Thierry HICK
Paul Lesch dévoile sa collection personnelle consacrée au célèbre cinéaste.

Cela fait maintenant plus de 40 ans, que Paul Lesch collectionne tout ce qui a trait au cinéaste Alfred Hitchcock. «J’ai débuté jeune en cherchant des photos, des autographes et autres pièces, comme un adolescent collectionnant des objets de son idole.» Avec le temps, son patrimoine s’est étoffé, a envahi les moindres espaces de son domicile et en partie son bureau de directeur du Centre national de l’Audiovisuel de Dudelange. «Comme je ne peux pas inviter tout le monde chez moi, j’ai saisi l’occasion qui m’a été offerte ici au Ratskeller», note Paul Lesch. 

Avec l’exposition «Hitchcock. The Brand.», le cinéphile et collectionneur entend partager avec le public, entre autres celui du LuxFilmFest, sa passion pour le réalisateur britannique, né en 1899 et décédé en 1980. Mais pourquoi donc Alfred Hitchcock? La réponse de Paul Lesch fuse: «Parce que le personnage, même plus de quarante ans après sa mort est toujours présent. Hitchcock fait indéniablement partie de notre mémoire collective. Aujourd’hui encore». 

L'univers d'Hitchcock passé au crible
L'univers d'Hitchcock passé au crible
Photo:Claude Piscitelli

Le titre de l’exposition, «Hitchcock. The Brand.», donne un indice supplémentaire, qui a motivé Paul Lesch. «Donc pourquoi Hitchcock? A cela il y a trois raisons principales. Il a été l’inventeur de certaines formes. Son travail avec la caméra, avec le son, son goût pour l’expérimentation étaient inédits. Au-delà de la forme, il était aussi un vrai auteur avec des thèmes et des idées bien précis. Cela le rapprochait d’un Truffaut, Rohmer ou encore Chabrol. Vient ensuite un aspect qui m’a tout particulièrement intéressé pour cette exposition. Hitchcock a su comme personne d’autre établir son personnage, sa marque». 

Le personnage, même plus de quarante ans après sa mort, fait indéniablement partie de notre mémoire collective.

Paul Lesch, collectionneur

 «Si Hitchcock reste encore aujourd’hui une référence incontournable non seulement parmi les cinéphiles, mais également auprès du grand public, ce n’est pas uniquement dû à ses films, mais également à une image publique forte et cohérente, une sorte de ’marque Hitchcock’, qu’il a créée et cultivée lui-même tout au long de sa carrière. Hitchcock a toujours eu un sens aigu de l’autopromotion», souligne dans l’avant-propos de l’exposition le collectionneur commissaire. 

Paul Lesch sous le regard avisé du maître.
Paul Lesch sous le regard avisé du maître.
Photo: Claude Piscitelli

 La voix du maître 

Cette «marque Hitchcock» servira donc de fil rouge tout au long de l’exposition du Ratskeller. Le visiteur est accueilli par un «lobby spot» du maître enregistré pour les besoins des projections d’époque du film «Psycho». Une mise en bouche qui va se poursuivre par la découverte de nombreuses stations autour de la vie et de l’œuvre du cinéaste. La première partie, dans la grande salle du Ratskeller, met en lumière ce que Paul Lesch appelle des «dispositifs», qui tous avaient un but particulier: mettre en avant le personnage.

 «Ses films étaient célèbres, mais Hitchcock voulait aussi rendre célèbre son personnage, aussi pour renforcer encore davantage la célébrité de ses films.» «Des apparitions furtives»: ce premier chapitre revient sur une pratique récurrente du cinéaste.  Apparaître brièvement, quelques secondes seulement, dans ses propres films. 

Un foisonnement de propositions.
Un foisonnement de propositions.
Photo: Claude Piscitelli

Avec sa série «Alfred Hitchcock Presents», dès les années 1955, le cinéaste utilise les avantages du petit écran pour asseoir sa réputation. Son nom se retrouvera ensuite lié à de nombreuses anthologies d’histoires policières ou criminelles. Ayant compris avant l’heure l’importance des trailers, Hitchcock n’hésita pas à se filmer lui-même sur les scènes de tournage de ses films. Personnage connu et reconnu, le cinéaste a par ailleurs été le sujet de multiples dessins et caricatures, mais aussi le sujet de célèbres photographes portraitistes...

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Bien d’autres thèmes sont encore exploités dans «Hitchcock. The Brand.» L’exposition foisonne de documents, photographies, livres, lettres, disques, ouvrages divers, bibelots en tout genre que Paul Lesch amasse et collectionne depuis des décennies en farfouillant les ventes aux enchères, les galeries, le site e-Bay.... Il pose fièrement devant une photo grandeur nature de sa bibliothèque, qui «doit contenir sans doute 400 ouvrages sur le personnage écrits dans toutes les langues, même dans celles que je ne comprends pas....»


Quelques objets rares et inédits.
Quelques objets rares et inédits.
Photo: Claude Piscitelli

Au Ratskeller, le visiteur a l’occasion de pénétrer dans l’univers, voire dans l’intimité, d’un personnage que l’on croit connaître. Et pourtant les propositions de Paul Lesch surprennent, questionnent. Qui était donc ce mythique homme du 7e art? Les réponses ici sont nombreuses. D’innombrables Unes de journaux et magazines d’époque, affiches de film, figurines et poupées, et tant d’autres témoignages sont présentés. Ce sont aussi souvent des pièces inédites et rares, bien différentes de ce que l’on a l’habitude de voir, qui s’offrent au regard. Parmi elles, une édition dédicacée de l’ouvrage d’Eric Rohmer et Claude Chabrol consacré au cinéaste, ainsi que plusieurs clichés autographiés du célèbre photographe Philippe Halsman. 

Expo Hitchcock -The Brand - Paul Lesch - Luxembourg - Ville -  - 10/02/2022 - photo: claude piscitelli
Expo Hitchcock -The Brand - Paul Lesch - Luxembourg - Ville - - 10/02/2022 - photo: claude piscitelli
Photo: Claude Piscitelli

Le visiteur est littéralement happé par l’abondance de cette collection protéiforme à plus d’un titre. Rendant ainsi une visite au pas de course impossible. Un rideau de douche très personnalisé fait le lien entre la période historique du personnage et son rayonnement toujours contemporain, exposé dans la petite salle côté rue de la galerie. 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

L’espace est consacré à des œuvres d’artistes qui ont repris à leur compte l’héritage du monstre du cinéma. Arts plastiques – avec entre autres une œuvre de Tina Gillen, qui représentera cette année le Grand-Duché à la Biennale de Venise -, sculptures, cartoons et caricatures, musique, littérature, théâtre.... les références au maître sont plurielles. Et font toute la fierté d’un collectionneur, aussi pédagogue, qui veut faire profiter le public de ses recherches. Finalement, d’où lui vient cette veine de collectionneur? Paul Lesch glisse, non sans humour. «C’est la faute de mon père. Il était dentiste et collectionnait tout ce qui avait à voir avec la dentisterie!». A chacun son choix. 

L’exposition «Hitchcock. The Brand.» est à voir jusqu’au 10 avril, tous les jours de 11 à 19 heures, le samedi, visite guidée à 15 heures. Entrée libre. Ratskeller, rue du Curé/place d’Armes, Luxembourg. Plusieurs activités seront proposées en parallèle à l’exposition. Toutes les infos sur: www.cerclecite.lu

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet