Changer d'édition

Gueule de bois
Culture 2 min. 23.04.2020

Gueule de bois

The Stones at home, comme tout le monde. Il n'y a plus d'idoles...

Gueule de bois

The Stones at home, comme tout le monde. Il n'y a plus d'idoles...
Photo: Getty Images
Culture 2 min. 23.04.2020

Gueule de bois

Gaston CARRE
Gaston CARRE
Si même les Rolling Stones acceptent, sur invitation de madame Gaga, de s'exposer en confinés et d'admettre donc leur soumission à la loi du virus, alors on peut dire que Corona est une opération de police réussie.

«You can’t always get what you want». Tu ne peux pas toujours avoir ce que tu veux. Et ce sont les Stones qui le disent, ces crapules, ces brigands.

Les Rolling Stones, oui. Un demi-siècle durant ils ont établi leur fonds de commerce sur l’affirmation contraire, l’assertion diamétralement opposée: sex, drugs and rock and roll, tu peux avoir tout ce que tu veux, et la liberté en plus, une forme d’immortalité même en sus. Et les voilà qui tels de vieux marquis désoeuvrés répondent à l’appel de dame Gaga et participent, ce 18 avril, à son opération «One World», ce Woodstock viral, ce Live Aid des confinés, Jagger, Richards, Woody et Charlie, synchrones at home, Charlie tapant cartons et casseroles pour la rythmique de ce «You can’t always get what you want» par quoi les Rolling Stones signent leur propre internement en gériatrie. Pathétique!

Et inutile, et superflu. On le savait déjà, qu’on ne pouvait tout avoir, la vitesse et la durée, l’intensité et la longévité, l’ivresse et l’assurance vieillesse, on savait que la fête est finie, de longue date. Voilà trente ans qu’on la singe la fête, qu’on la raille et qu’on l’ironise, trente ans qu’on démonte le cirque, qu’on en déconstruit la scène, le lexique et la geste, trente ans que l’on pratique la modération, le poulet bio et le principe de précaution, les jeunes aujourd’hui sont vieux sans avoir pris le temps d’être cons.

Nous savions de même que nous étions périssables. Malgré le bio. Car si la fête est éphémère, alors les fêtards de même ne durent pas toujours. Bowie n’est plus, Prince non plus, même Johnny est mort. Et cependant, on pouvait toujours compter sur les Stones pour un démenti, sur Richards en particulier pour faire objection: the show goes on, il m’en reste de la bonne, l’éternité est une hypothèse plausible, on peut survivre à tout et rouler toujours. 

Hélas, voilà que Richards aussi, s’exposant en confiné, s’incline devant le virus et reconnaît qu’un pou pourrait le couler, lui, l’insubmersible, et voilà que cet homme qui a tout défié, qui a tiré le diable même par la queue, tel un petit épargnant hypoalcoolique prend ses précautions et nettoie au javel sa lame à hacher le rail.

Le virus, le corona, ne fait qu’entériner cette fin de partie, cette gueule de bois: non, je ne puis avoir tout ce que je veux, la «distanciation» éloigne les chairs, la musique est mauvaise en cuisine et mon dealer a fermé boutique faute de fournisseurs – le virus a tout pris, tout confisqué, d’autorité, et si même les Stones s’alignent, si même Jagger et Richards acceptent docilement leur réclusion alors on peut dire, décidément, que Corona est une opération de police réussie.


TOPSHOT - A woman wearing a face mask and goggles, amid concerns of the COVID-19 coronavirus, relaxes after exercising in a garden in Beijing on April 3, 2020. (Photo by WANG ZHAO / AFP)
L’extraordinaire
Nous possédons des voitures intelligentes et des lave-linge qui nous parlent, mais un virus suffit à nous replonger dans le Moyen Age, l’âge de la peste, quand un simple bacille terrassait l’Europe.

Christophe, lui, a filé avant que le fléau ne lui brûle les ailes. Luciole fragile et prodigue il n’aurait pu se soumettre aux lois mesquines que le virus a imposées. Christophe s’est envolé, emportant notre adolescence et ses Mots bleus.

Les Stones, eux, poussent plus loin le dépouillement, en annonçant que l’âge de raison est advenu.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L’extraordinaire
Nous possédons des voitures intelligentes et des lave-linge qui nous parlent, mais un virus suffit à nous replonger dans le Moyen Age, l’âge de la peste, quand un simple bacille terrassait l’Europe.
TOPSHOT - A woman wearing a face mask and goggles, amid concerns of the COVID-19 coronavirus, relaxes after exercising in a garden in Beijing on April 3, 2020. (Photo by WANG ZHAO / AFP)